Rechercher

Le parti de Gantz boycotte les votes à la Knesset

Kakhol lavan reproche à la coalition une "rupture des obligations" en matière de sécurité ; la coalition dénonce le "comportement enfantin" du ministre de la Défense

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors d'une conférence au Centre international des conventions à Jérusalem, le 21 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors d'une conférence au Centre international des conventions à Jérusalem, le 21 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Evoquant une liste de griefs contre le gouvernement actuel, le parti Kakhol lavan du ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré lundi un boycott des votes de à la Knesset, ce qui a conduit la coalition à retirer plusieurs projets de loi qui étaient à l’ordre du jour de la soirée.

Le parti Kakhol lavan a déclaré qu’il ne coopérerait pas sur les projets de loi proposés par le gouvernement en raison « des dommages apparents à la sécurité de l’État et du manquement aux obligations de la coalition depuis plusieurs mois ».

Gantz et les autres membres de son parti ont décidé de ne participer à aucun vote à la Knesset lundi, à l’exception d’une motion de censure. Le ministre de la Défense a déclaré qu’il entretenait un « dialogue serein » avec le premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid pour répondre à une série de préoccupations, y compris l’adoption du projet de loi sur la conscription pour les citoyens ultra-orthodoxes, les avantages pour les soldats de réserve, les réformes du système de service national, et la législation pour faciliter le passage vers l’enseignement supérieur à l’issue du service militaire.

La déclaration du parti Kakhol lavan ne mentionne pas explicitement les retraites des militaires, mais Gantz s’en est pris au gouvernement à ce sujet lors d’un discours prononcé lundi matin. Il a affirmé que les oppositions à la hausse des pensions répandaient des « calomnies sanglantes » contre les officiers de l’armée israélienne.

Le Premier ministre Naftali Bennett, à droite, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, à la Knesset, le 2 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Gantz et Bennett se sont rencontrés lundi après-midi à la Knesset, mais n’ont pas réussi à s’entendre, et le gouvernement a retiré une mesure législative qui devait être soumise au vote lundi soir. S’adressant aux journalistes après la réunion, Naftali Bennett a fait l’éloge du comportement du gouvernement et a admis « il y a un problème — nous le réglerons aussi ».

Lundi après-midi, lors d’une réunion de son parti, Gantz a accusé les « populistes » au sein du gouvernement de « miner » la sécurité de l’État.

« Je suis attristé par le fait que des éléments politiques et populistes, dont certains sont carrément post-sionistes, aient décidé sciemment de compromettre la sécurité de l’État, des conscrits, des militaires permanents et des réservistes qui protègent le pays, et qui sont plus importants pour la lutte contre l’Iran que n’importe quel avion ou système sophistiqué », a déclaré Benny Gantz lors de la réunion.

Gantz a dit qu’il « ne se conçoit pas que les franges s’emparent du centre du gouvernement…Kakhol lavan ne fera aucun compromis sur les lois et les politiques requises pour [la sécurité d’Israël] à la Knesset et au gouvernement. »

Après l’annonce de Gantz, des sources de la coalition ont critiqué le ministre de la Défense pour son comportement, et les membres de l’opposition se sont moqués de lui.

« C’est un comportement enfantin de la part de Gantz, qui pense que tout le monde est stupide », a déclaré un communiqué retransmis par les médias israéliens et attribué à des responsables de la coalition. « Il ne s’agit pas de la sécurité de l’État, mais des retraites de ses amis. »

La déclaration laissait entendre que Benny Gantz « tentait encore une fois de miner la stabilité de la coalition comme un petit garçon ; peut-être songe-t-il encore une fois à former un gouvernement avec Bibi [Netanyahu] ».

Miki Zohar, député du Likud, a déclaré sur Twitter que les commentaires de Gantz « donnaient l’impression que la coalition l’avait abandonné. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...