Le président d’El Al, David Brodet, va quitter son poste
Rechercher

Le président d’El Al, David Brodet, va quitter son poste

L'homme d'affaires israélo-américain Kenny Rozenberg s'est associé à son fils Eli pour gérer la compagnie ; la société a perdu 86 millions de dollars au premier trimestre 2021

Boeing 737 d'El Al Airlines sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 10 mars 2020. (Crédit : Jack Guez / AFP)
Boeing 737 d'El Al Airlines sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion près de Tel Aviv, le 10 mars 2020. (Crédit : Jack Guez / AFP)

Le président de la compagnie aérienne israélienne El Al David Brodet a annoncé dimanche qu’il quitterait son poste après y avoir passé sept mois.

Brodet a déclaré qu’il quittait son poste après avoir atteint les objectifs qu’il s’était fixés lorsqu’il a rejoint la compagnie aérienne en période de crise. « Je suis venu pour accomplir un devoir de réserve », a déclaré Brodet dans un communiqué. « J’ai fixé mes objectifs et je suis heureux de dire qu’ils ont été atteints. Mon devoir de réserve a donc pris fin. »

Brodet quittera ses fonctions à la fin du mois et un nouveau président doit encore être nommé.

La compagnie aérienne a déclaré la semaine dernière qu’elle prévoyait de supprimer 1 900 emplois, soit près d’un tiers de son personnel, dans le cadre d’un processus qui s’achèvera au deuxième trimestre de l’année, afin de se remettre de l’impact de la pandémie de coronavirus.

Le transporteur national a déclaré une perte de 86 millions de dollars au premier trimestre de l’année, contre une perte de 140 millions de dollars à la même période l’année précédente. Les recettes ont chuté de 64 %, passant de 321 millions de dollars à 117 millions de dollars au cours de la même période l’année précédente, et les coûts, y compris les salaires et le carburant pour avion, ont diminué de 54 %. Pour l’ensemble de l’année 2020, sur fond de pandémie, El Al a vu sa perte nette bondir à 531 millions de dollars, contre 60 millions de dollars en 2019.

Pendant la pandémie, qui a entraîné la suspension du trafic aérien et une chute du tourisme dans le monde entier, la compagnie aérienne a changé de propriétaire. Eli Rozenberg, 28 ans, est devenu propriétaire en septembre via la société Kanfei Nesharim, dans le but de réhabiliter une compagnie aérienne en difficulté avant même la pandémie. Le père de Rozenberg, Kenneth (Kenny) Rozenberg, qui a financé l’opération pour son fils, est le fondateur et le PDG de Centers Heath Care, une chaîne de maisons de retraite aux États-Unis.

Après que Kenny Rozenberg a immigré en Israël au début de l’année, il a été autorisé par le gouvernement à rejoindre son fils aux commandes de la compagnie et a été nommé directeur au début du mois.

Au début du mois également, le gouvernement a donné son feu vert à un plan de sauvetage d’El Al qui prévoit l’achat par l’État de billets à l’avance d’une valeur de 210 millions de dollars pour le personnel de sécurité. L’aide du gouvernement est subordonnée à l’émission par la compagnie de 150 millions de dollars de nouvelles actions, ce qu’El Al a déclaré vouloir faire en juillet, ainsi qu’à la suppression d’emplois et d’autres coûts. Dans le cadre de l’accord, l’actionnaire majoritaire doit également injecter 43 millions de dollars dans l’entreprise.

Kanfei Nesharim détient 40,02 % de la compagnie aérienne, le public
36,06 %, l’État d’Israël 13,41 % et Knafaim Holdings 10,51 %, selon une présentation de la compagnie datant de mai 2021 déposée à la bourse de Tel Aviv. El Al possède un total de 45 avions dans sa flotte, dont 18 sont en leasing.

El Al a déclaré au début du mois qu’elle préparait un plan stratégique pour faire face aux conséquences de la crise et à l’évolution du marché de l’aviation. Dans le cadre de ce plan, la compagnie aérienne cherche à atteindre un équilibre de trésorerie pour 2021 et un flux de trésorerie positif en 2022.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...