Le procès d’un ex-infirmier d’Auschwitz va devoir redémarrer de zéro
Rechercher

Le procès d’un ex-infirmier d’Auschwitz va devoir redémarrer de zéro

La procédure s'est enlisée en raison de plusieurs demandes de récusation des juges, à la fois par le parquet et les parties civiles, qui les accusaient de "partialité"

Auschwitz (Crédit : shutterstock)
Auschwitz (Crédit : shutterstock)

La justice allemande a renoncé jeudi à poursuivre en l’état le procès d’Hubert Zafke, ex-infirmier âgé de 96 ans du camp de concentration d’Auschwitz, et devra redémarrer toute la procédure judiciaire.

« L’audience de reprise prévue le 10 octobre n’aura pas lieu. (…) Le procès doit redémarrer au point de départ et il est impossible de dire quand cela pourra être le cas », a indiqué un porte-parole du tribunal concerné de Neubrandenbourg (est).

La procédure s’est enlisée en raison de plusieurs demandes de récusation des juges, à la fois par le parquet et les parties civiles, qui les accusaient de « partialité ».

L’accusé, un ancien SS, répond de « complicité » dans l’extermination d’au moins 3 681 juifs gazés dès leur arrivée dans le camp emblématique de la Shoah entre le 15 août et le 14 septembre 1944.

Depuis l’ouverture du procès le 29 février, les faits n’avaient jamais été abordés, les audiences ayant été le théâtre de batailles de procédure et d’experts sur la santé de l’accusé, ainsi que de requêtes en récusation visant le tribunal.

L'ancien gardien d'Auschwitz Reinhold Hanning pendant son procès à Detmold, en Allemagne, le 28 avril 2016. (Crédit : AFP / POOL / Bernard Thissen)
L’ancien gardien d’Auschwitz Reinhold Hanning pendant son procès à Detmold, en Allemagne, le 28 avril 2016. (Crédit : AFP / POOL / Bernard Thissen)

Hubert Zafke est le quatrième accusé d’une vague de procès tardifs du nazisme, après John Demjanjuk (2011), Oskar Gröning (2015) et Reinhold Hanning en mai dernier, tous condamnés dans une ambiance solennelle face à des salles combles.

Mais dans le cas de Zafke « la justice a rarement offert un spectacle aussi indigne », a récemment estimé l’hebdomadaire Der Spiegel, abasourdi par le contraste avec les précédents procès.

Engagé à 19 ans dans la Waffen SS, Hubert Zafke a combattu sur le front de l’Est, suivi une brève formation au camp de Dachau et servi dans ceux de Neuengamme et Auschwitz, auprès des médecins chargés de « sélectionner » les déportés envoyés à la mort.

Sur la période visée par l’accusation, 14 convois de déportés sont arrivés à Auschwitz. Dans l’un d’eux se trouvaient Anne Frank, auteur du célèbre journal, ses parents et sa sœur aînée. La mère de l’adolescente néerlandaise est morte d’épuisement à Auschwitz. Les deux sœurs ont succombé à Bergen-Belsen début 1945.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...