Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

« Le procès Goldman », le bruit et la fureur dans les salles obscures

Un film revient sur le procès du demi-frère du chanteur, gangster et militant d'extrême gauche, poursuivi pour le meurtre de deux pharmaciennes, 50 ans après les faits

L'acteur Arieh Worthalter campe le personnage de Pierre Goldman, dans le film 'Le Procès Goldman', en 2023. (Capture d'écran YouTube)
L'acteur Arieh Worthalter campe le personnage de Pierre Goldman, dans le film 'Le Procès Goldman', en 2023. (Capture d'écran YouTube)

Dans la famille Goldman, demandez Pierre : quelques semaines après la sortie d’un essai sur le chanteur, un film revient sur le procès de son demi-frère, gangster et militant d’extrême gauche, poursuivi pour le meurtre de deux pharmaciennes, 50 ans après les faits.

Intitulé « Le procès Goldman », il avait été présenté en ouverture de la Quinzaine des cinéastes, une des sélections parallèles du Festival de Cannes.

Mise en scène épurée, sans musique ni flashbacks : seul le procès est filmé, donnant au spectateur une sensation de huis clos. De cette mise en scène minimaliste se dégage pourtant une force.

« Je ne voulais pas qu’on bascule dans l’identification au personnage », expliquait à l’AFP Cédric Kahn, son réalisateur, en marge du Festival de Cannes.

Au cœur du film – dont le scénario s’est basé sur le compte rendu du procès ainsi que sur des passages du livre de l’accusé: « Souvenirs obscurs d’un juif polonais né en France » – une question : comment juger un homme qui dit qu’il est « innocent parce qu'(il est) innocent » ?

« Le film ne tranche pas la question, ce n’est pas le sujet », assurait son réalisateur, disant avoir voulu faire un film sur « le fonctionnement de la justice ».

Fascination

Né à Lyon en 1944 de parents résistants, Pierre Goldman a toujours rêvé de marcher sur leurs traces. Sa vie bascule en décembre 1970, lorsqu’il est arrêté pour le meurtre de deux pharmaciennes, boulevard Richard-Lenoir à Paris, au cours d’un hold-up en décembre 1969.

Bien qu’il crie son innocence, il est reconnu coupable par la cour d’assises de Paris le 14 décembre 1974 et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Après l’annulation de cet arrêt par la Cour de cassation, il est rejugé aux Assises de la Somme le 4 mai 1976.

C’est sur ce second procès que revient le film.

Ce qui frappe d’emblée le spectateur, c’est la verve de l’accusé. Une verve qui donne l’impression qu’il est prêt, à tout moment, à bondir hors de son box. Mais aussi un charisme hors du commun.

La force du film réside aussi dans ses acteurs : Arthur Harari (le réalisateur d' »Onoda ») dans le rôle du ténor Georges Kiejman, décédé quelques semaines avant la projection du film à Cannes, qui s’occupe de la défense de Goldman.

Mais surtout Arieh Worthalter dans le rôle de Pierre Goldman, qui porte à lui seul toute l’intensité dramatique du film.

Pierre Goldman ? « C’est une figure que je connais bien », avait raconté à l’AFP Arthur Harari. « Mes parents ont été des militants d’extrême gauche dans la même organisation que lui. C’est un nom qui est souvent revenu chez nous », a-t-il poursuivi.

Surtout, c’est cet homme qui lui a inspiré son premier long-métrage très remarqué, « Diamant noir »: « Il y a un peu plus de 10 ans, j’ai lu son livre qui m’a complètement fasciné. De cette fascination, j’ai tiré un film ».

Ce long-métrage, voilà 15 ans que Cédric Kahn y pensait. Pierre Goldman « m’a toujours captivé », a-t-il confié , assurant s’être « laissé le temps. J’aime quand un sujet me rattrape ».

Le film jette aussi une lumière crue sur la société française de l’époque: racisme, défiance envers la police … et ne peut s’empêcher de résonner avec la France d’aujourd’hui.

Blanchi à l’issue de son procès, Pierre Goldman est libéré par anticipation et sort de prison le 5 octobre 1976. Trois ans plus tard, il est abattu en bas de chez lui à Paris.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.