Le Programme alimentaire mondial suspend son aide à 27 000 Palestiniens
Rechercher

Le Programme alimentaire mondial suspend son aide à 27 000 Palestiniens

Dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, l’aide pour 165 000 Palestiniens sera réduite de 20 %

Des enfants palestiniens se tiennent à côté de sacs d'aide alimentaire fournis par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 janvier 2018. (Crédit : AFP/Said Khatib)
Des enfants palestiniens se tiennent à côté de sacs d'aide alimentaire fournis par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 janvier 2018. (Crédit : AFP/Said Khatib)

A partir du 1er janvier, le Programme alimentaire mondial (WFP) suspendra l’aide alimentaire à 27 000 Palestiniens en Cisjordanie à cause de difficultés budgétaires, selon Reuters.

Dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, l’aide pour 165 000 Palestiniens sera réduite de 20 %.

L’ONU a appelé lundi la communauté internationale à apporter une aide de 350 millions de dollars aux Palestiniens en 2019, affirmant qu’il en fallait davantage mais qu’elle devait être « réaliste » en raison du manque de donateurs.

L’ONU a déclaré que ce montant, équivalent à environ 310 millions d’euros, était en baisse par rapport à 2018 lorsque le budget de l’aide s’élevait à 539 millions de dollars (environ 475 M EUR). Cette assistance doit permettre de soutenir 1,4 million de Palestiniens à travers plus de 200 projets.

Le budget de l’ONU pour l’aide aux Palestiniens a récemment pâti de la décision des Etats-Unis de supprimer la quasi-totalité de leurs contributions financières.

L’administration du président Donald Trump a coupé en 2018 plus de 500 millions de dollars d’aide aux Palestiniens, et cessé de soutenir financièrement l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

Jamie McGoldrick, coordinateur spécial adjoint des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, à son bureau de Jérusalem, le 31 octobre 2018 (Crédit : Raphael Ahren / Times of Israel)

Jamie McGoldrick, coordinateur humanitaire des Nations unies pour les territoires palestiniens, a déclaré lundi qu’en raison du manque de donateurs, les Nations unies devaient être plus « réalistes » lorsqu’elles demandaient des fonds.

« Nous avons axé ce plan d’intervention humanitaire sur les cas les plus prioritaires », a-t-il déclaré lors du lancement de l’appel dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie.

La majeure partie des fonds ira à la bande de Gaza, contrôlée par le groupe terroriste islamiste du Hamas et où vivent deux millions de personnes.

« Gaza est en train d’imploser. Ce n’est pas de l’alarmisme. C’est une réalité », avait averti en octobre l’émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient, le Bulgare Nickolay Mladenov.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...