Le programme balistique de l’Iran n’est « pas négociable »
Rechercher

Le programme balistique de l’Iran n’est « pas négociable »

L'Iran repousse les appels de l'UE à mettre fin à ses tests et affirme que ces essais se font "dans le cadre du programme défensif du pays"

Un missile lancé des montagnes Alborz, en Iran, et portant l'inscription "Israël doit être effacé", le 9 mars 2016. (Crédit : Fars News)
Un missile lancé des montagnes Alborz, en Iran, et portant l'inscription "Israël doit être effacé", le 9 mars 2016. (Crédit : Fars News)

Le programme balistique de l’Iran n’est « pas négociable », a affirmé le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères en réponse à un appel des 28 chefs de la diplomatie européenne pour que Téhéran cesse ses essais.

« Les essais balistiques de l’Iran se font dans le cadre du programme défensif du pays et les capacités de défense de l’Iran ne sont en aucune manière négociables », a déclaré Bahram Ghassemi, cité mardi par la télévision nationale Irib.

Dans un texte adopté lundi, les chefs de la diplomatie des 28 membres de l’Union européenne (UE), réunis à Bruxelles, s’étaient inquiétés du programme de missiles de l’Iran, l’invitant à ne pas mener d’essais de missiles balistiques.

L’Iran a fortement développé ces dernières années son programme balistique et mené depuis un an plusieurs tests de missiles, dont certains ont une portée de 2 000 km, provoquant la réaction des Etats-Unis et des pays européens.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, pendant une conférence de presse à Téhéran, le 22 août 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, pendant une conférence de presse à Téhéran, le 22 août 2016. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Par ailleurs, Ghassemi a salué la « volonté de l’UE de développer ses relations avec l’Iran » et l’appel lancé par l’UE à toutes les parties pour « appliquer totalement l’accord nucléaire » entre Téhéran et les grandes puissances.

Cet accord, paraphé en juillet 2015, a été négocié entre l’Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne sous l’égide de l’UE). Il vise à garantir la nature pacifique du programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive des sanctions économiques.

Le président américain sortant, Barack Obama, a joué un rôle majeur dans sa conclusion mais son futur successeur Donald Trump a promis de démanteler ce règlement international, qualifié de « pire accord jamais négocié ».

« Il est indispensable que toutes les parties respectent leurs engagements afin de continuer à rétablir la confiance », ont estimé les chefs de la diplomatie de l’UE.

Lors de sa première conférence de presse depuis l’élection de Trump, Barack Obama a jugé que son successeur était un « pragmatique » qui aura du mal à démanteler les accords historiques signés par les Etats-Unis, comme sur le nucléaire iranien et le climat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...