Le sénateur de Géorgie compare Trump à Hitler
Rechercher

Le sénateur de Géorgie compare Trump à Hitler

Le Démocrate Hank Johnson affirmait dans une église d'Atlanta que les Américains avaient élu « un président autoritariste, raciste et anti-immigrés »

Le représentant démocrate Hank Johnson au Georgia Piedmont Technical College de Clarkston, en Géorgie, en février 2016. (Crédit : autorisation)
Le représentant démocrate Hank Johnson au Georgia Piedmont Technical College de Clarkston, en Géorgie, en février 2016. (Crédit : autorisation)

Le sénateur américain Hank Johnson, un Démocrate de Géorgie, a comparé l’élection du président à l’avènement d’Hitler en Allemagne.

S’exprimant depuis le pupitre d’une église baptiste d’Atlanta, il explique qu’Hitler « avait soulevé une vague de nationalisme et d’antisémitisme au pouvoir. Remplacez antisémitisme par : ‘tous les Latinos qui traversent la frontière sont des violeurs, des trafiquants de drogue et des assassins.’ Ça vous rappelle quelque chose ? »

Le sénateur s’est fendu de cette remarque mardi lors d’un événement organisé par le NAACP (Association pour le progrès des personnes de couleur) d’Atlanta pour célébrer le 156e anniversaire de la Proclamation d’émancipation.

« Les Américains ont élu un homme autoritariste, raciste et anti-immigrants à la plus haute fonction du pays » a-t-il ajouté, d’après le journal américain RollCall. « Les Américains, en particulier les noirs, ne peuvent pas se permettre de refaire la même erreur sur le mal que pourrait faire un homme appelé Hitler ou un homme nommé Trump. »

Hank Johnson a également évoqué le rassemblement d’extrême droite à Charlottesville, en Virginie, de l’été 2017 où une contre-manifestante avait été tuée et des chants antisémites, entonnés. En réaction, Trump avait dit que « les deux côtés avaient une part de responsabilité… mais qu’ils comptaient également parmi eux des personnes bien. » Le président avait alors été vivement critiqué pour cette remarque.

« Hitler considérait la violence comme un moyen d’atteindre ses objectifs politiques », a ajouté le représentant du Congrès. « Trump a encouragé la violence contre ses opposants lors de ses meetings, et son message concernant Charlottesville est un signal fort de son approbation des racistes d’extrême droite du pays. »

Matt Brooks de la Coalition juive républicaine a qualifié la comparaison de « déraisonnable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...