La Fronde de David déclenchée après 2 roquettes signalées en provenance de Syrie
Rechercher

La Fronde de David déclenchée après 2 roquettes signalées en provenance de Syrie

Les roquettes sont finalement tombées sur le sol syrien, a précisé l'armée israélienne

Un test du système de défense anti-missile Fronde de David (Crédit : ministère de la Défense)
Un test du système de défense anti-missile Fronde de David (Crédit : ministère de la Défense)

L’armée israélienne a indiqué lundi avoir tiré sur deux roquettes lancées depuis la Syrie avec son nouveau système antimissile « Fronde de David ».

Les roquettes sont finalement tombées sur le sol syrien, a précisé l’armée dans un communiqué. Elles ne visaient pas spécifiquement Israël mais sont la conséquence de la guerre qui fait rage dans ce pays depuis 2011, a-t-elle ajouté.

La « Fronde de David » est un système d’interception de projectiles à moyenne portée, développé avec le soutien des Etats-Unis. Selon les médias israéliens, c’est la première fois qu’il est déclenché.

Ce dispositif représente un système intermédiaire entre celui appelé « Arrow 2 », doté de missiles antimissiles à longue portée, et les batteries d’interception de roquettes à courte portée baptisé « Dôme de fer ».

Israël est en alerte après l’offensive déclenchée le 19 juin par le régime syrien et ses alliés pour reprendre les zones rebelles dans les provinces de Deraa et de Qouneïtra, dans le sud de la Syrie. Ces régions bordent la partie du plateau du Golan.

Un raid aérien attribué à Israël a visé dimanche une « position militaire » du régime de Bachar al-Assad dans l’ouest de la Syrie, ont rapporté les médias d’Etat syriens.

« Une de nos positions militaires à Massyaf a essuyé une agression aérienne israélienne », a rapporté l’agence de presse officielle Sana, citant une source militaire qui rapporte « uniquement des dégâts matériels ».

Une porte-parole de l’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire. L’Etat hébreu confirme rarement ses incursions militaires chez son voisin syrien, avec qui il est officiellement en état de guerre.

« Le site visé dimanche est un atelier supervisé par les Iraniens, où sont fabriqués des missiles sol-sol à courte portée », a de son côté affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

« Des forces iraniennes et du mouvement [terroriste] libanais du Hezbollah sont stationnées dans ce secteur », a précisé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L’Iran et le groupe terroriste du Hezbollah libanais, deux ennemis d’Israël, sont les principaux alliés du régime syrien au côté de la Russie.

Ces derniers mois, Israël a intensifié ses frappes contre des positions militaires du régime mais aussi contre les forces iraniennes présentes en Syrie, l’Etat hébreu martelant à plusieurs reprises son refus de voir la Syrie devenir une tête de pont pour Téhéran.

La Russie ainsi que deux ennemis jurés d’Israël, l’Iran et le mouvement terroriste libanais du Hezbollah, soutiennent les forces du président syrien Bachar al-Assad.

Tout en veillant à ne pas être aspiré dans le conflit en Syrie, Israël a frappé à plusieurs reprises dans ce pays, notamment contre des positions du régime de Damas et de ses alliés.

Israël et la Syrie sont en état de guerre depuis des dizaines d’années. Israël s’est emparé en 1967 de la majeure partie du plateau syrien du Golan, qu’elle a annexée en 1981. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...