Le taux de fécondité en Israël est plus élevé que dans les autres pays de l’OCDE
Rechercher

Le taux de fécondité en Israël est plus élevé que dans les autres pays de l’OCDE

Le bureau des statistiques indique aussi qu'en 2016, les femmes juives et arabes avaient en moyenne presque le même nombre d'enfants

Photo illustrative d'une maternité dans un hôpital israélien. (Flash90)
Photo illustrative d'une maternité dans un hôpital israélien. (Flash90)

Le taux de fécondité d’Israël était significativement plus élevé en 2016 que celui de tous les autres pays développés, a indiqué mardi le Bureau central des statistiques dans un rapport qui révèle que les femmes juives ont presque autant de bébés que les femmes arabes au cours des vingt dernières années.

Selon le rapport, 181 405 bébés sont nés en Israël en 2016 – une augmentation de 92 % par rapport à l’année 1980. Près de 74 % des bébés sont nés de mères juives et 20,7 % de femmes musulmanes. Parmi les nouveau-nés, 51,5 % étaient des garçons et 48,5 % étaient des filles.

Près de 7 % des bébés sont nés hors mariage. Quelque 4,6 % des nouveau-nés sont nés de grossesses multiples, dont 97 % étaient des jumeaux, selon le rapport.

Le taux global de fécondité pour les Israéliens était de 3,11 enfants par femme, beaucoup plus élevé que dans les autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La moyenne dans l’OCDE est d’environ 1,7 enfant par femme, et le taux de fertilité le plus élevé pour un pays de l’organisation est le Mexique avec environ 2,2.

En 2016, les femmes juives comptaient 3,06 enfants en moyenne, soit plus qu’en 1996 (2,59). En revanche, la femme arabe moyenne comptait 3,11 enfants, en baisse significative par rapport au chiffre de 4,35 en 1996 et à près de 6 en 1980.

Le taux de fécondité le plus élevé dans les communautés de plus de 10 000 habitants se trouvait dans la ville ultra-orthodoxe de Modiin Illit, avec 7,59 bébés par femme et le taux le plus bas, 1,91, dans la ville laïque du nord de Kiryat Tivon.

L’âge moyen auquel les femmes israéliennes ont leur premier enfant a augmenté d’un an et cinq mois depuis l’an 2000, et en 2016, il était de 30,4 ans, selon le rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...