Le taux de tests positifs au coronavirus grimpe à 12,3 %
Rechercher

Le taux de tests positifs au coronavirus grimpe à 12,3 %

Le nombre de décès s'élève à 1 022 avec 3 nouveaux décès ; 476 patients sont dans un état grave

Un professionnel de santé du Magen David Adom teste des Israéliens au coronavirus dans un site mobile à Lod, le 10 juillet 2020. (Yossi Aloni/Flash90)
Un professionnel de santé du Magen David Adom teste des Israéliens au coronavirus dans un site mobile à Lod, le 10 juillet 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Le pourcentage de tests de dépistage du coronavirus positifs continue de grimper, le ministère de la Santé ayant rapporté lundi que sur les 18 414 tests traités la veille, 12,3 % se sont avérés positifs.

Le pourcentage de tests positifs a augmenté régulièrement au cours de la dernière semaine, contre environ 6 % au cours de la dernière semaine d’août. Au moment où un confinement national imposé plus tôt cette année a été levé, les résultats des tests positifs étaient inférieurs à 1 %.

Au total, 2 157 nouveaux cas de virus ont été identifiés dimanche, et 561 autres de minuit à lundi matin, ce qui porte le nombre total de personnes diagnostiquées dans le pays depuis le début de la pandémie à 131 970, avec 27 099 patients actifs.

Trois nouveaux décès ont porté le bilan national à 1 022 mardi matin, tandis que 103 849 personnes se sont rétablies.

Parmi les malades, 476 sont dans un état grave, dont 137 sous respirateur. Il y a 162 patients ayant développé des symptômes modérés, les autres présentant des symptômes légers ou inexistants de Covid-19, la maladie causée par le coronavirus.

Au milieu d’une seconde vague d’infections, le nombre de morts en Israël a dépassé les 1 000 ce week-end. Il y a un peu plus d’un mois, le 6 août, le nombre de morts s’élevait à 565.

Dimanche soir, le gouvernement est revenu sur son projet d’imposer le confinement de certaines villes où le taux d’infection est particulièrement élevé, décrétant à la place des couvre-feux nocturnes dans une quarantaine de villes, pendant lesquels les entreprises non essentielles devront fermer. Les écoles de ces villes seront fermées pour une durée indéterminée.

La décision de revenir sur les projets de fermeture locale est intervenue après une forte pression de la communauté ultra-orthodoxe, plusieurs villes ultra-orthodoxes étant inscrites sur la liste des foyers épidémiques qui auraient dû être placées sous cordon sanitaire.

Les responsables affirment qu’un confinement national est toujours possible, surtout pendant les fêtes du Nouvel an juif. Une discussion au sein du cabinet coronavirus est prévue jeudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...