Rechercher

L’entreprise italienne productrice de vins à l’effigie d’Hitler cessera en 2023

Andrea Lunardelli a déclaré qu'il en avait assez de la controverse suscitée par sa "ligne historique" de bouteilles présentant des personnages tels que le leader nazi allemand

Des bouteilles de vin Lunardelli avec des étiquettes à l’effigie du leader nazi Adolf Hitler exposées sur une étagère dans un magasin de vin près de Venise, le 12 septembre 2003. (Crédit : Giuseppe Cacace/Getty Images via JTA)
Des bouteilles de vin Lunardelli avec des étiquettes à l’effigie du leader nazi Adolf Hitler exposées sur une étagère dans un magasin de vin près de Venise, le 12 septembre 2003. (Crédit : Giuseppe Cacace/Getty Images via JTA)

VENISE (JTA) – L’héritier d’un domaine viticole italien qui a longtemps produit un cépage Adolf Hitler dit qu’il mettra un terme à sa série de vins « historiques » l’année prochaine.

« C’en est assez. Nous sommes fatigués de toute cette controverse », a déclaré cette semaine à un journal italien Andrea Lunardelli, qui prévoit de reprendre Vini Lunardelli au début de 2023. « Donc à partir de l’année prochaine, toute la ligne historique aux étiquettes à l’effigie de personnes comme Hitler et Mussolini va disparaître. »

Si Lunardelli va jusqu’au bout de sa promesse, cela mettrait fin à trois décennies de commerce sur le thème nazi pour l’entreprise familiale – et aux vagues de critiques, y compris de la part de groupes juifs.

Vini Lunardelli, située dans le Frioul-Vénétie Julienne, dans le nord-est de l’Italie, a introduit pour la première fois en 1995 une gamme de vin étiquetée des visages de dictateurs et de figures fascistes tels que Francisco Franco et Josef Staline. La société compte actuellement plus de 37 étiquettes différentes, avec des dizaines de slogans à la gloire des nazis tels que « Ein Volk, ein Reich, ein Führer ! (« Un peuple, un empire, un dirigeant »), « Sieg Heil » (« Salut la victoire ») et « Der Prosecco Vom Führer » (« Le Prosecco du Führer »). Une autre série présente des symboles et des mots associés à Benito Mussolini et à son gouvernement fasciste en Italie.

Ces vins suscitent depuis longtemps l’indignation et la censure officielle. En 1997, le gouvernement allemand avait déposé plusieurs plaintes et, dix ans plus tard, la police italienne avait saisi des bouteilles de l’entreprise dans le but de « minimiser la propagande fasciste ». Mais un mois plus tard, un juge italien avait statué qu’elles étaient vendables de façon légale.

En 2012, un couple juif en vacances aux États-Unis a tiré la sonnette d’alarme au sujet de ces bouteilles de vin, déclenchant une enquête des procureurs italiens. Le Centre Simon Wiesenthal, organisation de commémoration de la Shoah et organisme de surveillance de l’antisémitisme, a condamné à plusieurs reprises le gouvernement italien pour avoir autorisé ces articles et a appelé en 2013 à un boycott de la société.

Des bouteilles de vin avec des étiquettes à l’effigie de Mussolini, de Hitler, de Lénine et de Staline dans un magasin du centre de Rome, le 14 septembre 2017. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

La dernière vague de critiques a commencé au début du mois après qu’une touriste de Jesolo, une station balnéaire à 30 km de Venise, a trouvé les bouteilles dans une épicerie et en a parlé sur Facebook.

« C’est une honte ! Dans un supermarché italien ! Les bouteilles sont très populaires auprès des vacanciers allemands, a expliqué la vendeuse en riant », a écrit la femme, selon le site d’information autrichien, Heute.

« On dit que ça existe depuis des années ! Mais pour moi, c’était nouveau, et je n’arrivais pas à en croire mes yeux ! »

Les vins sont interdits à la vente dans la plupart des pays européens, notamment en Allemagne et en Autriche, qui ont des lois strictes interdisant la vente de produits ou de souvenirs célébrant le nazisme. Mais ils sont encore vendus dans des supermarchés en Italie et en ligne.

Le Sunday Times, en Grande-Bretagne, a donné suite à ce post viral en publiant une chronique intitulée « Vine Kampf : Le vin d’Hitler en vente dans les supermarchés », un jeu de mots sur le titre du tristement célèbre manifeste d’Hitler. Vice World News a également couvert l’épisode, en obtenant une interview d’Andrea Lunardelli, qui a déclaré que les vins représentaient « une bonne blague » car Hitler était connu pour être abstinent.

« Ceux qui achètent le vin d’Hitler sont des collectionneurs, se souviennent de l’histoire, ou veulent marquer un certain nationalisme en opposition aux politiques actuelles des multinationales… pas contre les Juifs », a-t-il déclaré à Vice.

Le Forum juif allemand pour la démocratie et contre l’antisémitisme est intervenu par le passé pour tenter d’empêcher la vente de ces vins.

« La stratégie de marketing est irrespectueuse pour toutes les victimes du régime nazi et leurs descendants », a déclaré le groupe juif dans une déclaration faite à Vice World News.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...