L’envoyé de Trump réussit l’affaire de l’etrog du siècle
Rechercher

L’envoyé de Trump réussit l’affaire de l’etrog du siècle

Avi Berkowitz est parvenu à aider les communautés juives américaines après avoir appris que l'importation d’etrogs italiens pour Souccot rencontrait des difficultés

Un etrog. (edelmar/Getty Images via JTA)
Un etrog. (edelmar/Getty Images via JTA)

WASHINGTON (JTA) – Le deadline était difficile à respecter et la mission impliquait des négociations internationales délicates, mais le principal envoyé de l’administration Trump au Moyen-Orient s’est montré à la hauteur de la tâche.

Grâce à Avi Berkowitz, Souccot a été sauvé pour des dizaines de milliers de Juifs de la région de New York.

Fox News a rapporté mercredi que Berkowitz avait réussi à contourner les restrictions liées à la pandémie et à apporter aux États-Unis 100 000 etrogs, ou citrons, l’une des quatre espèces traditionnellement secouées ensemble pendant la fête de Souccot, qui a commencé vendredi soir dernier.

« Nous sommes extrêmement reconnaissants à l’administration Trump pour avoir immédiatement répondu à notre demande d’aide après avoir appris que les importateurs d’etrogs ne pourraient entrer en Italie en raison des restrictions de voyages dues au COVID », a déclaré Fox, citant le rabbin David Niederman, président des organisations juives unies de Williamsburg et de North Brooklyn.

Un haut fonctionnaire de l’administration a déclaré à la JTA qu’en août, Berkowitz avait reçu des appels à l’aide de rabbins new-yorkais. Des restrictions mutuelles sur les voyages empêchaient les superviseurs de casheroute d’entrer en Italie pour contrôler l’exportation.

Berkowitz, alors mobilisé pour l’élaboration des Accords d’Abraham, de normalisation entre Israël et les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn, a pris le temps de contacter l’ambassade italienne. Le fonctionnaire a déclaré à la JTA que les pourparlers ont abouti sur l’autorisation aux superviseurs d’entrer en Italie, où ils ont inspecté les etrogs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...