Rechercher

L’envoyé russe en Israël dément une possible maladie de Poutine

Anatoly Viktorov a affirmé que le président russe allait suffisamment bien "pour continuer son travail important" pour le pays et il a nié d'éventuels crimes de guerre en Ukraine

L'ambassadeur de Russie en Israël Anatoly Viktorov s'adresse aux médias au consulat de Russie à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)
L'ambassadeur de Russie en Israël Anatoly Viktorov s'adresse aux médias au consulat de Russie à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni‎‏/Flash90)

L’ambassadeur russe en Israël a minimisé, dimanche, les informations récentes laissant entendre que le président Vladimir Poutine serait malade.

S’exprimant devant les caméras de la Treizième chaîne, Anatoly Viktorov a déclaré : « Ce n’est pas la peine de vous faire des idées. »

Viktorov a ajouté : « Je peux dire qu’il apparaît quotidiennement à la télévision. Sa santé lui permet de continuer le travail important qu’il effectue pour le pays. »

Newsweek a fait savoir, jeudi, que Poutine avait été pris en charge pour un cancer à un stade avancé au mois d’avril et qu’il avait survécu à une tentative d’assassinat au mois de mars.

L’article, citant les renseignements américains, a toutefois mis en garde contre des conclusions trop hâtives, rapportant qu’il ne fallait pas pour autant prédire l’éventuel décès du maître du Kremlin.

Poutine a paru fragilisé pendant certaines apparitions publiques, ces derniers mois.

Le président russe Vladimir Poutine lors d’une visioconférence avec les chefs des État-membres du forum économique Eurasie à Bishkek via visioconférence à Moscou, en Russie, le 26 mai 2022. (Crédit : Mikhail Metzel, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a lui aussi démenti toute rumeur de maladie de Poutine.

Viktorov a également été interrogé sur les accusations de plus en plus nombreuses de crimes de guerre qui auraient été commis par les troupes russes en Ukraine. « Il n’y a pas de charnier, il n’y a pas de crimes de guerre et aucun crime de guerre n’a été commis. »

Il a ajouté qu’il se sentait « humilié » qu’il lui soit demandé de répondre aux accusations ukrainiennes de génocide « parce que ce n’est rien de plus qu’une campagne médiatique ».

L’invasion russe de l’Ukraine a atteint vendredi à son centième jour. Les forces russes pilonnent actuellement la région du Donbass dans leur tentative de se saisir de l’Est du pays.

L’invasion par la Russie de ce pays voisin a tué des milliers de personnes et forcé des millions d’autres à prendre la fuite, et l’Est de l’Ukraine en paie le prix lourd.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que les forces de Kiev perdaient actuellement jusqu’à cent soldats par jour.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...