Les 45 victimes du mont Meron identifiées et enterrées
Rechercher

Les 45 victimes du mont Meron identifiées et enterrées

L’état de quelques blessés s’est amélioré ; 44 corps rendus aux proches ; la police craint un nouvel afflux de fidèles vers le site pour rendre hommage aux victimes

Les funérailles de Menahem Knowlowitz, l'une des victimes de la catastrophe de Meron, le 1er mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Les funérailles de Menahem Knowlowitz, l'une des victimes de la catastrophe de Meron, le 1er mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les funérailles de dizaines de victimes de la bousculade meurtrière lors des célébrations de Lag B’Omer au mont Meron ont eu lieu samedi soir. Des hommes, des adolescents et des enfants ont été enterrés lors de ces cérémonies auxquelles des centaines de personnes ont participé, alors que les autorités ont terminé le processus d’identification de tous les corps.

Les frères Moshe Mordechai Elhadad, 12 ans, et Yosef David Elhadad, 18 ans, de Jérusalem, ont été enterrés samedi soir près de Meron, site de la catastrophe. D’autres funérailles ont eu lieu à Jérusalem, Bnei Brak, Beit Shemesh, où vivaient de nombreuses victimes.

32 des 45 corps avaient été officiellement identifiés à l’Institut médico-légal d’Abou Kabir à Tel Aviv avant le début du Shabbat vendredi soir, et 22 d’entre eux avaient déjà été remis à des proches pour être enterrés. Des funérailles avaient déjà eu lieu pour 13 des victimes. L’institut a interrompu le processus d’identification dans la soirée à la suite d’une décision du grand rabbin selon laquelle il ne pouvait pas poursuivre ses activités pendant Shabbat.

Le travail d’identification s’est poursuivi samedi soir, après la fin du Shabbat, et l’institut a déclaré dimanche matin avoir identifié les 45 corps du drame, et que 44 corps avaient été rendus aux proches pour être enterrés. Le dernier corps doit être rendu dans la journée, à la demande de la famille de la victime.

En haut, de gauche à droite : Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Shraga Gestetner, Shimon Matalon ; 2ème rang, de gauche à droite : Yosef David Elhadad, Moshe Mordechai Elhadad, Moshe Natan Neta Englander, Yehoshua Englander ; 3è rang, de gauche à droite : Haim Seler, Yedidia Hayut, Daniel (Donny) Morris, Nahman Kirshbaum ; 4è rang, de gauche à droite : Abraham Daniel Ambon, Yedidya Fogel, Yisrael Anakvah, Moshe Ben Shalom.

« Le personnel de l’Institut partage la douleur et le chagrin des familles », a déclaré l’institut dans un communiqué publié par le ministère de la Santé.

La tradition juive veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible. Les familles dont les proches ont été les premiers identifiés se sont empressées de le faire vendredi, avant le début du jour de repos juif, avec des centaines de personnes présentes à la plupart des cérémonies.

Des personnes en deuil portent le corps de Shragee Gestetner, un chanteur canadien décédé lors des célébrations de Lag B’Omer au mont Meron, dans le nord d’Israël, lors de ses funérailles à Jérusalem, le 30 avril 2021. (Crédit : AP Photo / Ariel Schalit)

Avigdor Hayut, un résident de Bnei Brak blessé dans la bousculade, a pu quitter l’hôpital pour assister aux funérailles de son fils de 13 ans, Yedidia. Hayut a déclaré que les funérailles de Yedidia devaient initialement avoir lieu vendredi, mais que les autorités avaient accidentellement rendu le corps d’un autre garçon pour l’enterrement.

Des centaines de personnes ont assisté à ses funérailles à Bnei Brak samedi soir.

« Nous avons acheté des parcelles funéraires à côté de la tienne », a déclaré Avigdor Hayut lors des funérailles de son fils adolescent, promettant qu’ils ne seraient jamais séparés.

Shmuel Meir Hayut, 10 ans, a déclaré aux journalistes lors des funérailles qu’il avait crié la prière traditionnelle du Shema alors qu’il étouffait, bloqué sous la foule avec son père et son frère, pensant qu’il mourrait rapidement. Il a finalement réussi à s’extraire du mouvement de foule et a alerté les médecins pour qu’ils s’occupent de son père blessé, mais a perdu de vue son frère aîné.

Yedidia Hayut, 13 ans de Bnei Brak, tué lors de la bousculade au mont Meron, le 30 avril 2021. (Autorisation)

Des centaines de personnes ont également participé aux funérailles de Yosef Mastorov, 17 ans, à Ramle. Son père a déclaré dans son éloge funèbre que « nous avions un rêve de le voir [se marier] sous la houppa, avec ses frères et sœurs ».

« Il m’a dit : ‘Je vais à Meron’ », a ajouté le père.

« J’ai dit : ‘Pourquoi as-tu besoin d’y aller ? »

« Il m’a répondu : ‘Papa, je veux prier toute la nuit, et ensuite je retournerai à la yeshiva.’ »

« Je sais maintenant qu’il étudie au paradis. »

Les funérailles d’Eliiyahu Shmuel Cohen, l’une des victimes de la bousculade de Meron, le 1er mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Yaakov Elhanan Strikovsky, 20 ans, d’Elad a été inhumé samedi soir au cimetière de Yarkon à Petah Tikva.

« Mon enfant est parti. Pourquoi ? Pourquoi ? », a pleuré sa mère, Rachel Strikovsky, selon le site d’information Ynet.

Menachem Knoblowitz, 22 ans, de Borough Park, Brooklyn, a été enterré à Jérusalem sans la présence des membres de sa famille proche ni de sa fiancée. Le hassid du mouvement Gur était fiancé à une jeune femme de Lakewood, New Jersey, selon les réseaux sociaux.

Menachem Knoblowitz, 22 ans, de Borough Park, Brooklyn, a été tué dans la catastrophe de Meron. (Autorisation)

Au moins 20 personnes restaient hospitalisées samedi après la bousculade meurtrière de Meron, avec un certain nombre d’entre elles dans un état critique ou grave. L’état de plusieurs personnes blessées s’est cependant amélioré au cours du week-end. Un homme de 52 ans gravement blessé a repris conscience à l’hôpital Rambam de Haïfa. Dans le même hôpital, l’état d’un garçon de 11 ans gravement blessé s’est également amélioré.

Selon la Douzième chaîne, quelque 10 000 fidèles ultra-orthodoxes étaient toujours présents ce week-end sur le site sacré où la catastrophe s’est déroulée, à proximité de la tombe du rabbin Shimon Bar Yochai, qui a vécu au deuxième siècle de l’ère commune. Quelque 30 000 personnes avaient prévu de passer le week-end sur le lieu saint – lieu de pèlerinage tout au long de l’année – mais la plupart sont rentrées chez elles après le drame.

La chaine a rapporté que la police craignait que des dizaines de milliers de personnes n’affluent de nouveau vers le mont Meron dans la semaine à venir pour rendre hommage aux personnes tuées et blessées. Cela pourrait ainsi conduire à davantage de blessés, a rapporté la Douzième chaîne, et la police renforce donc sa présence sur le site.

Quelque 300 bus ont été envoyés dans la zone samedi soir pour ramener chez eux les fidèles qui y sont restés.

Avec 45 morts et des dizaines de blessés, la catastrophe, survenue dans la nuit de jeudi à vendredi, est considérée comme la pire tragédie en temps de paix de l’histoire d’Israël, dépassant le bilan de 44 morts lors de l’incendie de forêt du mont Carmel en 2010.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...