Les activités pro-palestiniennes sur les campus ne sont pas antisémites, d’après une enquête
Rechercher

Les activités pro-palestiniennes sur les campus ne sont pas antisémites, d’après une enquête

La ZOA s’était plainte du mouvement Students for Justice in Palestine et d’incidents où ils auraient scandé "mort aux juifs"

À l'extérieur de l'UOIT de Toronto, Students for Justice in Palestine à leur table d'information 2016 (Crédit : SJP à UOIT / DC page Facebook)
À l'extérieur de l'UOIT de Toronto, Students for Justice in Palestine à leur table d'information 2016 (Crédit : SJP à UOIT / DC page Facebook)

Les activités d’une association pro-palestinienne sur le campus de l’université de la ville de New York (CUNY) peuvent être offensives, mais pas antisémites, d’après une enquête indépendante.

Les discours offensif ou allant à l’encontre politiquement d’Israël sont également protégés par le premier amendement, selon le rapport publié cette semaine par une ancienne juge fédérale, Barbara Jones, et un ancien procureur fédéral, Paul Shechtman.

L’enquête autour des incidents impliquant des étudiants de Students for Justice in Palestine (SJP) sur le campus de CUNY a eu lieu après qu’une plainte énonçant les faits sur 14 pages a été déposée en février par l’Organisation Sioniste d’Amérique (ZOA). La plainte accusait SJP de créer un « environnement hostile sur le campus » pour les étudiants juifs de CUNY et appelait l’université à exclure ce mouvement.

Le rapport reconnait que des incidents de la sorte peuvent occasionner aux étudiants de la gêne, de l’insécurité et l’impression d’être menacés, et entraînent chez certains un sentiment de peur d’être identifiés visuellement comme juifs sur le campus, est-il écrit, mais il précise que de nombreux actes antisémites ne sont pas commis par des individus associés à l’association SJP, et que c’était une « erreur » d’accuser « SJP pour tous les actes d’antisémitisme commis dans les différentes campus de l’université ».

Schechtman et Jones ont interrogé plus de 60 étudiants, anciens étudiants, et professeurs, selon le Forward.

Différents incidents ont été mis en lumières par la ZOA, qui ont eu lieu sur les campus de CUNY. Pendant un rassemblement organisé par SJP à Hunter, des manifestants auraient scandé : « Juifs, hors de CUNY » et « Mort aux juifs ». A la faculté de droit et de criminologie John Jay, un étudiant avec un drapeau israélien dans le dos aurait été traité de « porc sioniste », et une bouteille d’eau lui aurait été versé sur la tête. La marche du 12 novembre 2015 rassemblant 1 million d’étudiants à la faculté Hunter se serait transformée en attaque contre Israël, les sionistes et les juifs.

Dans un communiqué publié mardi, la ZOA a fermement critiqué le rapport, affirmant qu’il avait non seulement échoué dans sa mission, mais qu’il encouragerait surement plus l’antisémitisme encore sur les campus de CUNY et les autres campus du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...