Rechercher

Les athlètes israéliens et juifs aux Jeux Olympiques d’hiver de Pékin

Quatre patineurs et deux skieurs représenteront Israël, et des athlètes juifs des États-Unis et du Canada participeront aux Jeux olympiques de 2022, dès vendredi

L'Israélien Vladislav Bykanov participant aux 1 500 mètres masculin, épreuve de patinage de vitesse sur courte distance de la Coupe du monde, 11 novembre 2016, à l'Anneau olympique de l'Utah, à Kearns, Utah. (Crédit : AP Photo/Rick Bowmer)
L'Israélien Vladislav Bykanov participant aux 1 500 mètres masculin, épreuve de patinage de vitesse sur courte distance de la Coupe du monde, 11 novembre 2016, à l'Anneau olympique de l'Utah, à Kearns, Utah. (Crédit : AP Photo/Rick Bowmer)

Lorsque la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’hiver débutera vendredi à Pékin, seuls six athlètes défileront sous le drapeau israélien, alors qu’ils étaient dix aux Jeux de Pyeongchang en 2018.

Israël n’a jamais remporté de médaille aux Jeux olympiques d’hiver – depuis sa première participation en 1994 – et il devrait en être de même pour cette édition.

Toutefois, les six participants de cette année – dont aucun n’est né dans l’État juif – apportent avec eux des expériences, des histoires, et la fierté de représenter Israël sur la scène internationale.

Leurs disciplines sont le patinage artistique, le patinage de vitesse et le ski alpin.

« Nous avons une délégation de très haute qualité et expérimentée », avait déclaré Yaniv Ashkenazi, chef de la délégation israélienne aux Jeux d’hiver et directeur du département des sports d’élite au Comité olympique israélien, lors d’une conférence de presse en décembre.

« Nous espérons que nos athlètes seront performants, en grande forme, et que tout ira pour le mieux ».

Yael Arad, présidente du Comité olympique israélien et médaillée d’argent olympique en judo, a déclaré que la délégation israélienne à Pékin était peu nombreuse, mais de qualité.

« Nous envoyons une très petite délégation », a déclaré Arad. « Nous voulons qu’ils réussissent, nous croyons en eux, nous avons des athlètes qui sont de solides prétendants aux finales, dans trois disciplines différentes… nous nous efforçons d’être toujours au meilleur niveau possible. »

De nombreux athlètes Juifs du monde entier concourent à Pékin, notamment en provenance des États-Unis et du Canada, et il est fort probable qu’au moins l’un d’entre eux sera médaillé olympique.

Israël n’a pas dit qu’il se joindrait à un boycott diplomatique des Jeux, pour protester contre les politiques brutales de la Chine, en particulier le génocide ouïghour.

Par contre, le ministre de la Culture, Chili Tropper, n’y assistera pas – bien qu’il ait assisté aux Jeux à Tokyo l’année dernière – invoquant des préoccupations concernant la vague de COVID d’Omicron.

Discipline du ski alpin

Les frères et sœurs Noa Szollos – qui fêtera ses 19 ans la veille de la cérémonie d’ouverture – et Barnabas Szollos, 23 ans, représenteront Israël en ski alpin aux Jeux, chacun faisant ses débuts olympiques.

Les frères et sœurs sont tous deux nés en Hongrie. Leur père Peter Szollos, est devenu citoyen israélien naturalisé dans les années 1990 et a participé, puis entraîné l’équipe nationale d’Israël.

Noa et Barnabas Szollos (Amit Shisel/Israel Olympic Committee)

Ils participeront à plusieurs épreuves de ski alpin aux Jeux de 2022, et arriveront avec une grande expérience, car ils skient depuis leur plus jeune âge.

Aux Jeux olympiques de la jeunesse de 2020 à Lausanne, en Suisse, Noa a remporté une médaille d’argent dans l’épreuve combinée et une médaille de bronze dans l’épreuve de Super-G.

Aux Jeux olympiques de la jeunesse de 2016 à Lillehammer, en Norvège, Barnabas – qui représentait à l’époque la Hongrie – a terminé 7e du slalom.

L’an dernier, aux championnats du monde de Cortina d’Ampezzo, en Italie, la meilleure prestation de Barnabas a été une 13e place au combiné, tandis que Noa a terminé 32e au slalom géant.

Ils ne sont pas en concurrence directe, mais leur frère aîné, Benjamin, skie également en compétition, et ils combinent soutien familial et compétition amicale.

« Nous pouvons nous soutenir mutuellement et nous aurons la concurrence entre nous », a déclaré Barnabas au Forward le mois dernier. « Nous nous sommes entraînés très sérieusement, surtout en slalom géant. C’est actuellement la discipline que j’affectionne, et j’espère vraiment entrer dans le top 30 », a déclaré Noa dans une interview accordée à i24 en Autriche l’année dernière. « Ce serait certainement une réussite majeure ».

Patinage artistique

Le double patineur artistique olympique en couple Evgeni Krasnopolski, 33 ans, sera de nouveau sur la glace à Beijing cette année, cette fois avec la nouvelle venue Hailey Kops, 19 ans. Le duo est l’un des 19 couples de patineurs artistiques du monde entier en compétition à Beijing et espère se qualifier pour les épreuves finales.

Evgeni Krasnopolski et Hailey Kopps participent à une compétition locale à la patinoire de Holon Ice Peaks en décembre 2021. (Crédit : Amit Shisel/Comité olympique israélien)

« J’en rêvais ; J’ai toujours espéré y arriver », a déclaré Kops au Times of Israel dans une récente interview. « C’est fou, c’est une opportunité incroyable et je suis reconnaissant à mon équipe d’avoir pu me donner cette opportunité. »

Ashkenazi, membre du CIO, a déclaré que Noa est « une athlète jeune et talentueuse. Elle est très jeune, concourant dans un domaine où les jeunes athlètes ont généralement plus de mal… mais ce sera une expérience professionnelle incroyable pour elle, et nous espérons qu’elle s’en sorte bien. »

Ashkenazi a déclaré qu’il espérait voir Barnabas se retrouver dans le premier quartile des skieurs alpins olympiques, « ce qui serait un exploit très impressionnant pour le ski en Israël, un domaine qui n’est pas vraiment israélien ».

Krasnopolski a déclaré qu’il était « très fier de représenter Israël pour la troisième fois [aux Jeux olympiques]. Chaque fois que le drapeau israélien est hissé en haut du mat olympique, je ressens un énorme sentiment de fierté. »

Krasnopolski, originaire d’Ukraine est arrivé en Israël quand il était encore enfant, alors que Kops a grandi aux États-Unis, il est devenu citoyen israélien afin de concourir pour l’État Juif, et ils s’entraînent tous deux dans le New Jersey.

Kops a grandi dans une famille religieuse, il ne s’entraîne pas et ne conduit pas le Shabbat. Il n’a fait équipe avec Krasnopolski que depuis l’été dernier, et le couple s’est qualifié pour une place aux Jeux olympiques en terminant cinquième au classement général du Trophée CS Nebelhorn 2021 en Allemagne en septembre, après seulement trois mois d’entraînement ensemble.

Troisième chance

La délégation olympique israélienne à Pékin est complétée par deux athlètes qui participent à leurs troisièmes Jeux : le patineur artistique Alexei Bychenko et le patineur de vitesse Vladislav Bykanov.

L’Israélien Alexei Bychenko, au centre, réagit après sa performance dans la catégorie masculine du programme libre en patinage artistique au cours des Jeux Olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang à Gangneung, le 17 février 2018 (Crédit : AFP PHOTO / Roberto SCHMIDT)

Bychenko, 33 ans, originaire d’Ukraine, est devenu citoyen israélien en 2010, tandis que Bykanov, 32 ans, est arrivé en Israël alors qu’il était encore enfant, en provenance de l’ex-Union soviétique.

Bykanov participera aux courses de 500 m, 1 000 m et 1 500 m en patinage de vitesse sur courte distance à Beijing. Son meilleur résultat aux Jeux olympiques de 2014 a été une 19e place au 500 m, et aux Jeux de 2018, il a terminé 26e au 500 m. Aux Championnats d’Europe de patinage de vitesse sur courte distance en 2020, il a remporté une médaille de bronze au 1 500 m.

Lors d’une conférence de presse en décembre à la patinoire de Holon en Israel, Bykanov a déclaré « c’est un grand honneur de représenter l’État d’Israël. Nous allons nous donner à fond aux Jeux olympiques de Pékin, et nous espérons réaliser d’excellentes performances. »

Ashkenazi a déclaré que le CIO « s’attend certainement à ce que [Bykanov] atteigne la finale, notamment sur les longues distances, où il excelle ».

Il s’agit également des troisièmes Jeux olympiques pour Bychenko, qui s’entraîne dans le New Jersey. Il a terminé 21e au classement général aux Jeux de 2014 à Sotchi et 11e aux Jeux olympiques de 2018.

L’Israélien Alexei Bychenko participe au programme court masculin de patinage artistique par équipe lors des Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018 à la Gangneung Ice Arena à Gangneung le 9 février 2018. (Crédit : AFP /Mladen ANTONOV)

« Je suis vraiment heureux et enthousiaste à l’idée de représenter Israël pour mes troisièmes Jeux Olympiques », a déclaré Bychenko.

« Nous nous attendons à ce qu’il soit dans le top 24. Nous sommes impatients de voir ce qu’il va faire », a déclaré Ashkenazi.

Athlètes Juifs en provenance du monde entier

L’un des athlètes Juifs les plus en vue à Beijing est Jason Brown, 27 ans, un patineur artistique américain qui a remporté une médaille de bronze dans l’épreuve par équipe aux Jeux olympiques de 2014 alors qu’il n’avait que 19 ans.

Jason Brown participe au programme masculin de patinage libre lors des championnats américains de patinage artistique, le dimanche 9 janvier 2022, à Nashville, Tennessee. (Crédit : AP Photo/Mark Zaleski)

Brown n’a pas réussi à se qualifier pour les Jeux de 2018, mais au cours des dernières années, il a consolidé sa place comme l’un des meilleurs patineurs artistiques masculins américains, remportant l’argent au Championnat des quatre continents de patinage artistique en 2020 et une médaille d’argent par équipe au Trophée mondial par équipe de l’ISU l’an dernier.

À Pékin, Brown patinera avec un accompagnement musical extrait de « La Liste de Schindler », du compositeur Itzhak Perlman.

« La musique est si puissante, si émouvante et si importante », a déclaré Brown à un site d’information sur le patinage artistique en novembre. « Je veux l’honorer et exécuter ma prestation avec beaucoup de respect. »

En provenance du Canada, l’équipe masculine canadienne de hockey aux Jeux olympiques de cette année compte trois athlètes Juifs : Jason Demers, 33 ans, Devon Levi, 20 ans, et Josh Ho-Sang, 26 ans.

Le centre des Islanders de New York Josh Ho-Sang contrôle la rondelle contre le défenseur des Flyers de Philadelphie Travis Sanheim lors de la deuxième période d’un match de hockey préparatoire de la LNH à New York, le lundi 26 septembre 2016. (Crédit : AP Photo/ Kathy Kmonicek)

Les joueurs actifs de la NHL ne sont pas autorisés à participer aux Jeux de 2022, ce qui ouvre la voie à d’autres athlètes moins connus.

Ho-Sang, qui a joué auparavant pour les Islanders de New York, joue actuellement pour les Marlies de Toronto, tandis que Demers joue pour une équipe basée à Kazan, en Russie.

Levi, qui a fréquenté l’école juive quand il était enfant, étudie actuellement à l’Université Northeastern et joue pour les Northeastern Huskies.

Le Canada, qui envoie 215 athlètes aux Jeux de 2022, seconde délégation en nombre après les États-Unis, est considéré comme un solide prétendant à la médaille en hockey masculin.

Les athlètes Juifs en compétition à Pékin sont complétés par le snowboarder américain Taylor Gold, le patineur de vitesse américain Emery Lehman, et David Warsofsky, qui font partie de l’équipe de hockey américaine.

La JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...