Les banques israéliennes se « goinfrent » et les entreprises manquent de crédits
Rechercher

Les banques israéliennes se « goinfrent » et les entreprises manquent de crédits

Experts et députés sont scandalisés par la hausse des taux d'intérêt sur les prêts et hypothèques ; les banques disent qu'Israël ne leur accorde pas de couverture suffisante

Image illustrant un resserrement du crédit, une récession. (Morrison1977 ; iStock par Getty Images)
Image illustrant un resserrement du crédit, une récession. (Morrison1977 ; iStock par Getty Images)

Alors que l’activité économique s’arrête à l’ombre du coronavirus, une furieuse querelle entre les banques israéliennes et le ministère des Finances menace de bloquer un plan qui vise à obtenir des crédits vitaux pour les propriétaires de petites et moyennes entreprises afin de les aider à surmonter la crise.

Les clients, les entreprises et les parlementaires accusent les banques de cupidité, car ils voient les prêteurs augmenter les taux sur les nouveaux prêts et les hypothèques à un moment où le crédit est très demandé.

Les banques, pour leur part, accusent le gouvernement de ne pas en faire assez pour partager le fardeau de risques plus élevés à un moment où personne ne sait avec certitude qui pourra rembourser les prêts, et quand. Les risques plus élevés finiront par mettre en danger l’épargne des clients, avertissent-ils.

Pendant ce temps, les entreprises qui ont un besoin urgent de crédit ne l’obtiennent pas, et le gouvernement est accusé de ne pas puiser assez profondément dans ses coffres et les banques sont accusées de ne pas intervenir pour aider en temps de crise.

Que va-t-il se passer ?

Pour comprendre tout cela, cependant, prenons un peu de recul.

Des policiers israéliens portant des vêtements de protection dans le quartier juif ultra orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, le 6 avril 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Alors que les citoyens du monde entier, et en Israël, luttent pour contenir le coronavirus, des personnes perdent leur emploi et l’incertitude plane sur l’avenir des entreprises. Les nations mettent donc en place des plans de sauvetage pour sauver leurs économies dévastées.

Le coronavirus a coûté la vie à 61 personnes en Israël à la mi-journée de mardi, avec plus de 9 000 personnes confirmées comme étant porteuses du virus.

Le mois dernier, Israël a annoncé un plan de sauvetage économique d’une valeur de 80 milliards de shekels (environ 20 milliards d’euros), le plus important de l’histoire d’Israël, pour soutenir son économie alors que le chômage a atteint des niveaux records de quelque 25 % par rapport à un niveau historiquement bas de 3,6 % avant l’apparition du coronavirus. Ce plan de sauvetage a ensuite été porté à 90 milliards de shekels.

Une partie du plan de sauvetage comprend un fonds – appelé fonds pour le coronavirus – destiné aux petites et moyennes entreprises. Ces entreprises sont le moteur de l’économie, mais elles sont les plus vulnérables aux politiques de distanciation sociale et aux quarantaines qui voient les magasins fermer dans le but de maintenir les citoyens en vie et d’éviter l’effondrement des systèmes de santé.

Le fonds se compose de 8 milliards de shekels qui seront mis à la disposition des entreprises par l’intermédiaire des banques, et seront soutenus par des garanties gouvernementales.

Des Israéliens font la queue devant une banque près du marché Hatikva, Tel Aviv, le 15 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les prêts seront accordés à des entreprises dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 400 millions de shekels et qui ont été touchées par la crise du coronavirus. Ces prêts ne seront pas rémunérés la première année et seront assortis d’un taux préférentiel majoré de 1,5 % pour les autres années, ce qui est supérieur aux conditions du marché. Les prêts seront accordés pour une période de cinq ans. Les demandes seront traitées par les banques dans un délai de sept jours, comme l’a promis le ministère des Finances, responsable du programme.

Selon les estimations publiées sur le site financier TheMarker, il y a environ 300 000 entreprises en Israël qui répondent à ce critère.

Les prêts accordés par le fonds bénéficieront de garanties gouvernementales de 85 % par prêt, mais ces garanties sont limitées à 15 % des pertes globales sur le total des prêts accordés dans le cadre du programme. Cela signifie qu’en cas de défaut de paiement d’un prêt, les banques récupéreront 85 % de ce prêt. Mais si un grand nombre de prêts ne sont pas remboursés, les banques ne recevront du gouvernement que 15 % du montant total des défauts de paiement.

Lorsque le coronavirus a frappé, la Banque d’Israël a ordonné aux banques en mars de maintenir les lignes de crédit ouvertes et de continuer à assurer le flux de fonds aux clients.

La contrôleuse des banques Hedva Bar lors d’une réunion de la commission des finances de la Knesset, le 27 janvier 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

Il est essentiel que le système bancaire continue à injecter du crédit dans l’économie et à soutenir la capacité des entreprises et des ménages à surmonter la crise, ont souligné au début de ce mois Hedva Bar, la superviseur des banques, et Amir Yaron, le gouverneur de la Banque d’Israël.

La crise du coronavirus a frappé à un moment où le système bancaire est solide, bénéficiant à la fois de capitaux et de liquidités. Les banques sont un important fournisseur de crédit pour l’économie israélienne, et un fournisseur presque exclusif de crédit pour les ménages et les petites entreprises, ont déclaré les responsables de la Banque d’Israël.

Pour s’assurer que les banques poursuivent leurs activités de prêt, même dans un contexte de risque accru avec la montée du chômage, la banque centrale a abaissé les exigences de capital que les prêteurs doivent avoir dans leurs coffres – un ratio de fonds propres en pourcentage des actifs pondérés en fonction des risques – pour permettre au système d’augmenter le crédit à l’économie.

La banque centrale a également assoupli la réglementation pour habiliter les banques à permettre aux clients de reporter le remboursement de leurs prêts, et a annoncé l’achat d’obligations pour 50 milliards de shekels afin de fournir des liquidités au marché.

Ce qui se passe réellement

Malgré cela, les clients qui se sont adressés aux banques pour obtenir de nouveaux prêts ou hypothèques ont constaté que les taux avaient été augmentés, que les demandes de crédit n’étaient pas traitées assez rapidement et que les dossiers étaient rejetés.

En guise de geste envers les clients, les banques « reportent les paiements hypothécaires, mais facturent des intérêts composés », a déclaré Yaron Zelekha, ancien comptable général d’Israël et aujourd’hui directeur des études de comptabilité au Collège universitaire d’Ono. Il a qualifié leur comportement de « dégueulasse ».

L’économiste israélien Yaron Zelekha, le 15 janvier 2013. (Yossi Zeliger/FLASH90)

Les banques ont également augmenté les taux d’intérêt pour les ménages et les petites entreprises qui ont demandé des prêts à l’heure actuelle, a-t-il dit, et, « pire que tout », a-t-il ajouté, elles utilisent le fonds coronavirus pour « accorder des crédits uniquement aux entreprises dont elles sont sûres de tirer profit.

« Elles ne sont pas disposées à prendre un risque minimal sur d’autres entreprises », a déclaré M. Zelekha. « Elles torpillent ainsi la politique économique du gouvernement en cette période de crise nationale », alors que tout le monde, des médecins aux employés des supermarchés en passant par les livreurs, y participe.

Les banques ont été l’une des premières organisations à obtenir de l’aide dans la crise – « une aide énorme », a déclaré Zelekha dans une interview téléphonique. D’une part, elles ont bénéficié d’un assouplissement des exigences en matière d’adéquation des fonds propres, ce qui a considérablement augmenté leur valeur sur le marché. D’autre part, le fait qu’elles puissent mettre à la disposition des clients et des entreprises des fonds garantis par l’État leur ouvre de « nouvelles sources de revenus » qu’elles n’auraient peut-être pas eues autrement, a-t-il dit.

Le but du fonds pour le coronavirus et de l’assouplissement des conditions est d’en faire bénéficier directement le public, a souligné M. Zelekha. « Mais en pratique, que font les banques ? Rien », car elles évitent de prendre des risques.

« Imaginez les employés de la Croix-Rouge disant ‘Désolé, je ne suis pas disposé à prendre un risque, je vais rester en quarantaine à la maison’. Ou des médecins et des infirmières en soins intensifs disant ‘nous ne ventilons pas les malades, car nous pourrions être infectés’. Le crédit est l’oxygène des entreprises », a-t-il déclaré.

Les banques devraient commencer à accorder des crédits, et si les risques sont effectivement trop élevés, elles devraient en parler au gouvernement, a déclaré M. Zelekha. Mais les prêteurs ont accepté les avantages – la réduction des exigences de capital et les garanties du fonds – et ne respectent pas leur part du marché.

« Ils n’ont pas dit pardon, le risque est trop élevé, je n’ai pas l’intention de donner du crédit – je n’ai pas besoin d’exigences de fonds propres moins élevées, reprenez-les. C’est dégueulasse. Prendre et ne pas donner en retour est un comportement de cochon », a déclaré Zelekha. Les banques auraient dû dire : « Je ne donnerai pas, mais je ne prendrai pas non plus ».

Des soignants travaillant dans la nouvelle unité du COVID-19 à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 31 mars 2020. (Nati Shohat/FLASH90)

Depuis le début du mois de mars, le gouvernement israélien a mis en place des mesures de plus en plus sévères afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus mortel. Les Israéliens ont reçu l’ordre de rester chez eux et ne sont autorisés à sortir que pour les besoins essentiels. Ceux qui peuvent travailler chez eux peuvent continuer à le faire, mais beaucoup de ceux qui ne peuvent pas et ne sont pas employés à des tâches essentielles ont été mis en congé sans solde. Avec le ralentissement de l’économie, le nombre de chômeurs a dépassé pour la première fois le million au début du mois, portant le taux de chômage à un niveau sans précédent de 25 %.

« Les banques doivent en ce moment faire preuve de solidarité et trouver tous les moyens pour aider les entreprises à survivre à cette période », a déclaré Roee Cohen, président de la Fédération israélienne des organisations de petites entreprises. Les tentatives d’augmenter le coût du crédit et de faire peser un fardeau supplémentaire sur les entreprises seront une « épée à double tranchant, car, en fin de compte, les banques dépendent du secteur des affaires ».

Agissez !

Des parlementaires en colère ont appelé les banques à intensifier leurs efforts en cette période de besoin et à freiner leur cupidité, compte tenu de la hausse des intérêts sur les prêts et les hypothèques de quelque 0,5 à 1 %, ont-ils déclaré.

« Nous voyons le comportement des banques en Israël en ce moment avec une grande sévérité », ont écrit les députés dans la lettre adressée aux PDG des banques, au superviseur des banques, au gouverneur de la Banque d’Israël et à la commission des Finances de la Knesset. Alors que l’ensemble de l’économie israélienne est « sous le poids de la crise », avec le nombre de chômeurs qui franchit la barre du million, des centaines de milliers d’entreprises qui s’effondrent et les travailleurs indépendants qui subissent des pertes écrasantes, « les banques ont décidé de faire plus de profits aux dépens de leurs clients, qui sont en fait les citoyens israéliens ».

Des députés votent un par un en séance plénière de la Knesset pour former quatre commissions, dont la commission sur le coronavirus, le 24 mars 2020. (Adina Veldman/Knesset)

Dans cette lettre, datée du 5 avril, ils demandent au régulateur des banques de leur « donner l’ordre » de faire tout leur possible pour baisser les taux d’intérêt et ne pas faire payer des taux supplémentaires.

Ils ont également demandé une réduction immédiate des taux d’intérêt sur les prêts et les hypothèques, ainsi qu’un gel des notations de crédit des clients à partir du 1er mars et jusqu’à nouvel ordre. Ils ont déclaré que les banques devraient immédiatement annoncer qu’elles placeront 10 % de tous leurs bénéfices du deuxième trimestre 2020 jusqu’à la fin 2021 dans un fonds spécial dédié aux clients ayant besoin d’aide pour rembourser leurs prêts et leurs hypothèques.

Les parlementaires ont estimé que les responsables des banques israéliennes devraient accepter une réduction de salaire par solidarité avec leurs clients et verser également cet argent dans le fonds spécial.

Ce n’est pas de leur faute ?

Les banques, pour leur part, reprochent au gouvernement de ne pas avoir puisé plus profondément dans ses coffres pour offrir plus de sécurité aux prêteurs, qui sont confrontés à un risque accru de défaillance des clients en cette période de crise.

Les taux d’intérêt sont en hausse parce que le coût de la collecte de fonds à l’échelle mondiale a augmenté, car les écarts de crédit entre les obligations bancaires et les obligations d’État se sont creusés, rendant les emprunts plus coûteux pour les entreprises et les banques, et en raison des risques économiques plus élevés causés par les politiques de santé mises en place pour lutter contre le coronavirus.

Il y a aujourd’hui plus d’un million de personnes sans emploi en Israël, a déclaré Tibi Rabinovici, directeur des affaires publiques de l’Association des banques en Israël, dont les membres comprennent des banques israéliennes et des banques étrangères opérant en Israël. « Certains retrouveront leur emploi, mais pas tous. Et même ceux qui travaillent aujourd’hui sont plus exposés, car leur emploi n’est pas sûr. L’ensemble du marché du travail est en train de changer. Ainsi, la prime de risque de nos clients a augmenté. Cela, ajouté à l’augmentation du coût de la collecte de fonds, entraîne une hausse des taux d’intérêt ».

L’argent garanti par le gouvernement n’est pas de l’argent neuf, a-t-il expliqué. Les fonds proviendront des banques, le gouvernement fournissant des garanties pour 15 % des pertes globales sur le total des prêts accordés dans le cadre du programme.

« Le gouvernement ne met pas vraiment la main à la poche », a déploré M. Rabinovici. « Si le montant des défaillances dépasse 15 % – alors il n’y a pas de garanties ».

Illustration of shekels. (photo credit: Sophie Gordon / Flash 90)
Photo illustrative de shekels israéliens. (Sophie Gordon/Flash90)

Les banques, a-t-il dit, ont été submergées par l’énorme demande de prêts et ont du mal à toutes les traiter. En effet, selon les données fournies par le ministère des Finances lundi, les banques ont reçu plus de 30 000 demandes au fonds coronavirus en seulement cinq jours.

« Une banque a reçu en un jour le nombre de demandes qu’elle reçoit généralement en quatre ans », a déclaré M. Rabinovici.

Le fonds coronavirus, tel qu’il est structuré, ne sera pas en mesure d’apporter « une véritable réponse » à la détresse du secteur des affaires en général et certainement pas aux petites et moyennes entreprises, a déclaré l’Association des banques dans une lettre adressée au directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, le 5 avril.

Une véritable aide à ce secteur suppose l’allocation de plus d’argent et de garanties d’État « beaucoup plus élevées », tout en accordant suffisamment de temps – et pas seulement sept jours comme il le faudrait – pour permettre aux banques de prendre des décisions éclairées sur les demandes de crédit qui leur parviennent.

« Dans la réalité actuelle, non seulement ce fonds n’a pas d’impact significatif sur le secteur des affaires, mais il crée de fausses attentes, de la déception et de faux espoirs dans le public », a déclaré l’association dans la lettre.

« L’intérêt du système bancaire est de préserver la stabilité du secteur des entreprises, y compris des petites entreprises. Ce sont nos clients, et nous sommes déterminés à les aider, y compris pendant la crise actuelle. Toutefois, ce fardeau ne peut pas reposer uniquement sur les épaules du système bancaire et nécessite une aide substantielle de la part du gouvernement, comme c’est le cas dans d’autres pays ».

Les garanties fournies par le gouvernement, par rapport à ce que d’autres pays fournissent, sont minimales, a déclaré M. Rabinovici. Les 15 % de garanties offertes par Israël sont à comparer aux 90 % fournis par le gouvernement allemand, aux 85 % fournis par la Suisse et aux 80 % fournis par l’Espagne, selon les données compilées par la Banque d’Israël.

Le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, intervient lors de la Conférence Eli Hurvitz sur l’Économie et la Société organisée par l’Institut, le 17 décembre 2019. (Crédit : Michal Fattal)

Lundi, la Banque d’Israël a déclaré que le PIB d’Israël a reculé de 5 % au premier trimestre de 2020, et une croissance négative de 5 % est également prévue pour le trimestre suivant. Le ratio dette/PIB devrait atteindre 75 % en 2020.

La banque centrale a déclaré que si Israël commence à réduire les restrictions d’ici la fin juin, l’économie devrait rebondir et connaître une croissance en 2021. Toutefois, elle a prédit qu’il faudra attendre la fin de 2021 pour que le taux de chômage revienne à son niveau d’avant la crise, soit environ 3,3 %.

Terence Klingman — chef des investissements au sein de Heritage Family Office Partners Ltd. (Autorisation)

Selon les chiffres publiés dimanche par l’Agence nationale pour l’emploi israélienne, il y a actuellement 1 050 000 chômeurs dans le pays. Depuis début mars, quelque 887 283 personnes se sont inscrites aux allocations de chômage, dont 89 % sont en congé sans solde, a indiqué l’Agence.

« On ne peut pas s’attendre à ce que les banques prennent une part importante du risque de crédit sur les nouveaux prêts, car elles sont probablement en train de s’occuper des problèmes liés à un grand nombre de leurs prêts existants aux entreprises et aux ménages, l’économie ayant été effectivement fermée », a déclaré Terence Klingman, directeur des investissements de la Heritage Family Office Partners Ltd, qui conseille les familles riches sur les endroits où investir leurs fonds. Klingman est également un ancien responsable de la recherche sur les ventes à la Psagot Investment House, où il a couvert les banques israéliennes.

La situation sur le terrain, a déclaré M. Klingman, où l’incertitude règne quant au moment où les entreprises seront autorisées à fonctionner à nouveau, à savoir s’il y aura une deuxième vague du virus et combien de chômeurs se verront proposer de retrouver leur emploi, « ne sont pas des choses qui peuvent être mises dans un modèle de crédit ordinaire », a-t-il dit.

Devenir plus dur ?

Entre-temps, le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, a menacé d’amener l’autorité de surveillance des banques à imposer des sanctions si les prêteurs n’intensifient pas leur jeu. Et l’autorité de contrôle des banques, Mme Bar, a réitéré son attente que les prêteurs « continuent à fournir des crédits aux emprunteurs pendant cette période », en mettant l’accent sur les petites et moyennes entreprises et les ménages.

L’idée est d’éviter « le durcissement des conditions de souscription inutiles », a-t-elle déclaré dans une lettre aux dirigeants des banques le 2 avril. « Lorsque vous fixez le prix de votre crédit en ce moment, il y a de la place pour une perspective économique globale à long terme qui tient compte des besoins de l’économie et des clients, même si cela va nuire aux marges bénéficiaires du système bancaire à court terme ».

Pendant ce temps, la situation sur le terrain est en train de changer : les représentants des banques ont rencontré lundi les responsables du ministère des Finances pour voir comment ils pourraient aplanir les différences, et le même jour, la Banque d’Israël a réduit ses taux d’intérêt, ajoutant qu’elle mettrait en place un nouvel instrument monétaire : l’octroi de prêts monétaires aux banques pour une durée de 3 ans, avec un taux d’intérêt fixe de 0,1 %. Ces prêts sont subordonnés à l’octroi de crédits aux petites et micro-entreprises.

La banque Hapoalim, la plus grande banque d’Israël par sa capitalisation boursière, et la Fédération israélienne des organisations de petites entreprises ont déclaré lundi qu’elles avaient mis en place un fonds d’un demi-milliard de shekels pour fournir des crédits immédiats, à partir de mardi, aux personnes qui travaillent à leur compte, à des taux similaires à ceux fixés par le fonds pour le coronavirus.

M. Cohen, le président de l’Organisation des petites entreprises, a déclaré que cette initiative était un pas dans la bonne direction et qu’il espérait que d’autres banques suivraient son exemple.

Il a pointé un doigt accusateur sur le gouvernement pour ne pas être intervenu directement pour soutenir l’économie.

Le gouvernement ne doit pas s’attendre à ce que les autres « fassent leur travail à sa place », a-t-il déclaré lors de l’entretien téléphonique. Plus les garanties données aux banques sont importantes, a-t-il dit, plus le crédit qu’elles accorderont sera important. « En ce moment, l’État ne donne pas aux banques ce dont elles ont besoin », a déclaré M. Cohen. « L’État doit mettre en place un réseau de sécurité pour le système bancaire qui est beaucoup plus important, afin qu’ils aient les outils nécessaires pour aider les entreprises ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...