Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Les Etats-Unis à nouveau membre de l’Unesco

Washington avait quitté l'organe onusien en octobre 2017 en dénonçant les "partis pris anti-israéliens persistants" de cette institution

Session extraordinaire de vote à l'UNESCO pour le retour des États-Unis au sein de l'organe onusien, le 30 juin 2023 (Crédit : capture d'écran Twitter Unesco)
Session extraordinaire de vote à l'UNESCO pour le retour des États-Unis au sein de l'organe onusien, le 30 juin 2023 (Crédit : capture d'écran Twitter Unesco)

Les Etats-Unis ont officiellement rejoint vendredi l’Unesco, qu’ils avaient quittée sous la présidence de Donald Trump, après un plébiscite des Etats-membres de cette organisation onusienne basée à Paris, et malgré l’opposition de la Russie et de la Chine.

Quelque 132 Etats ont voté pour ce retour américain, 15 se sont abstenus et dix s’y sont opposés.

« Nous sommes vraiment heureux de ce soutien. (…) Il est tellement important pour nous de faire partie de cette organisation multilatérale », que « nous sommes honorés d’intégrer à nouveau », a commenté l’ambassadrice des Etats-Unis en France, Denise Bauer, à l’AFP.

« C’est un grand jour, un moment historique », a salué devant la presse la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay, notant une « réponse extrêmement claire, favorable à plus de 90 % des Etats votants et présents ».

Nombre d’entre eux ont dit leur satisfaction après le vote. « Tous à l’intérieur (de l’Unesco), c’est bien mieux », a réagi une diplomate argentine. « Ce retour renforce le multilatéralisme » et les finances de l’organisation, a salué un diplomate espagnol. « Nous disons ‘akwaba’, ou ‘bienvenue’, aux Etats-Unis », a déclaré une diplomate ivoirienne.

Plusieurs dictatures comme l’Iran, la Syrie, la Chine, la Corée du Nord et surtout la Russie ont manifesté leur opposition de principe, quand la conférence générale extraordinaire de l’Unesco organisée sur deux jours semblait acquise au retour américain.

La délégation russe a notamment multiplié les prises de parole sur des points de procédure jeudi et les projets d’amendements vendredi afin de ralentir les débats.

« Nous serions prêts à accueillir favorablement la volonté de Washington » de rejoindre l’Unesco, mais « nous pensons qu’on essaie de nous emmener dans un monde parallèle, qui dépasse vraiment toutes les descriptions absurdes des livres de Lewis Carroll », a tonné vendredi un diplomate russe.

« Dans cet espace déformé, ceux qui défendent la démocratie et la primauté du droit commencent à nous entraîner vers une violation de ces règles et à s’arroger des droits privilégiés », a-t-il poursuivi, estimant que les Etats-Unis doivent payer intégralement leurs arriérés à l’Unesco avant de pouvoir la rejoindre, quand Washington propose de le faire progressivement.

« La manière dont les Etats-Unis ont demandé ce retour n’est pas acceptable » et s’apparente à « une violation de l’esprit de la Constitution » de cette institution, a de son côté fustigé un diplomate iranien.

Washington avait quitté l’Unesco en octobre 2017 en dénonçant les « partis pris anti-israéliens persistants » de cette institution. Ce retrait, accompagné de celui d’Israël, était effectif depuis décembre 2018.

Vote chinois contre

Depuis 2011, et l’admission de la Palestine au sein de l’Unesco, les Etats-Unis, dirigés alors par Barack Obama, avaient stoppé tout financement à l’organisation onusienne, un énorme coup d’arrêt pour celle-ci, alors que les contributions américaines représentaient 22 % de son budget.

L’ancienne ministre française de la Culture Audrey Azoulay (D) se tient au siège de l’UNESCO à Paris le 10 novembre 2017 avec la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, après que les Etats membres de l’UNESCO ont approuvé sa nomination à la tête de l’agence culturelle. (Crédit : Eric Feferberg / AFP)

Washington a proposé début juin, dans un courrier à Audrey Azoulay, « un plan » pour leur retour au sein de l’organisation onusienne pour l’éducation, la culture et la science, « dont la mission n’a fait qu’accroître en importance ».

Une décision s’inscrivant dans un contexte général de la rivalité croissante avec la Chine, alors que Pékin souhaite transformer l’ordre multilatéral international mis en place après la Deuxième guerre mondiale, dont l’Unesco est une émanation.

En mars, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait ainsi estimé que l’absence américaine permettait à la Chine de peser davantage que les Etats-Unis sur les règles de l’intelligence artificielle (IA), quand l’Unesco a produit une recommandation sur l’éthique de l’IA dès 2021.

« Je crois vraiment que nous devrions revenir à l’Unesco, pas pour faire un cadeau à l’Unesco, mais parce que les choses qui se passent à l’Unesco ont de l’importance », avait-il déclaré.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’exprime devant le Council on Foreign Relations à New York, le mercredi 28 juin 2023. (Crédit : Seth Wenig/AP)

Pékin, qui avait initialement assuré ne pas s’opposer au retour des Etats-Unis, et dont les relations avec Washington connaissent un léger mieux, a finalement voté contre à l’Unesco.

La dette américaine auprès de cette organisation onusienne dédiée à la culture, aux sciences et à l’éducation, contractée entre 2011 et 2018, atteint aujourd’hui 619 millions de dollars, soit davantage que le budget annuel de l’Unesco, évalué à 534 millions de dollars.

Les Etats-Unis ont indiqué avoir demandé au Congrès américain de décaisser 150 millions de dollars pour l’année fiscale 2024, un montant équivalent devant être déboursé les années suivantes « jusqu’à résorption » des arriérés à l’Unesco.

Ils avaient déjà quitté l’Unesco en 1984, sous Ronald Reagan, invoquant l’inutilité supposée et les débordements budgétaires de l’organisation qu’ils avaient ensuite réintégrée en octobre 2003.

« Les Etats-Unis se sont déjà retirés deux fois de l’organisation. Nous ne savons pas combien de fois encore nous devrons les ‘accueillir favorablement' », a ironisé un diplomate nord-coréen, opposé à l’emploi de cette terminologie dans la résolution onusienne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.