Les Etats-Unis nient le gel de millions de dollars d’aide à l’UNRWA
Rechercher

Les Etats-Unis nient le gel de millions de dollars d’aide à l’UNRWA

La décision portant sur la réduction drastique des fonds versés à l'agence pour les réfugiés palestiniens est "en cours de réflexion"

Des Palestiniens reçoivent de l'aide dans un centre de distribution des Nations Unies (UNRWA) dans le camp de réfugiés de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 31 juillet 2014 (Abed Rahim Khatib / Flash90)
Des Palestiniens reçoivent de l'aide dans un centre de distribution des Nations Unies (UNRWA) dans le camp de réfugiés de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 31 juillet 2014 (Abed Rahim Khatib / Flash90)

WASHINGTON — Des hauts responsables américains ont démenti vendredi des informations affirmant que 150 millions de dollars alloués à l’agence de secours aux réfugiés palestiniens de l’ONU, l’UNRWA, auraient été gelés après le refus du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas d’entrer dans des négociations de paix avec Israël sous l’égide des Etats-Unis.

« Contrairement aux informations disant que nous avons cessé de verser des fonds à l’UNRWA, cette décision en est au stade de la réflexion », a dit un responsable du département d’Etat au Times of Israel. « Il y a encore des délibérations en cours et nous n’avons outrepassé aucun délai ».

Vendredi matin, la Dixième chaîne avait annoncé que 125 millions de dollars de fonds américains qui auraient dû être transférés à l’UNRWA le 1er janvier avaient été immobilisés, la Maison Blanche étant furieuse face aux réactions des Palestiniens suite à la reconnaissance, le mois dernier, par le président Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale d’Israël.

Le reportage avait établi que tandis que le paiement initial avait été gelé, l’administration réfléchissait à amputer d’un montant total de 180 millions de dollars ses paiements versés à l’UNRWA – environ la moitié de son budget annuel. Il avait ajouté qu’une rencontre sur la question avait eu lieu vendredi à la Maison Blanche et qu’aucune décision finale n’avait été prise.

Un responsable de la Maison Blanche a également répondu au reportage télévisé vendredi, confirmant auprès du Times of Israel qu’aucune décision n’a encore été prise sur la question.

« Il n’y a aucun calendrier existant qui oblige les Etats-Unis à fournir des montants spécifiques à l’UNRWA à des dates pré-déterminées », a expliqué le responsable. « Les décisions de quand fournir des aides au cours de l’année fiscale – et leurs allocations respectives – reviennent au secrétaire d’Etat ».

« Aujourd’hui, aucune décision telle n’a été arrêtée », a ajouté le responsable.

Cette photo prise le 18 décembre 2017 montre le président américain Donald Trump parlant de la stratégie de sécurité nationale de son administration au Ronald Reagan Building et au International Trade Center à Washington, DC. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

Les relations entre la Maison Blanche de Trump et les Palestiniens ont été tendues depuis l’annonce sur Jérusalem de Trump, le 6 décembre.

La déclaration a mené Abbas à rompre tout contact avec l’administration Trump et il a refusé de rencontrer des responsables américains en ce qui concerne le processus de paix, notamment l’envoyé Jason Greenblatt et le vice-président Mike Pence.

Mardi, Trump a menacé de couper ses aides à l’AP, demandant pourquoi Washington devrait effectuer « ces futurs paiements massifs » alors que les Palestiniens « n’ont plus la volonté de parler de la paix ».

Les Palestiniens s’appuient fortement sur les aides internationales et de nombreux analystes, notamment Israéliens, estiment que cette assistance permet de maintenir la stabilité dans une région agitée.

« Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect » de leur part, a tweeté le président américain. « Ils ne veulent même pas négocier un traité de paix avec Israël qui est attendu depuis si longtemps. Nous avons mis Jérusalem, la partie la plus dure des négociations, hors de la table mais pour cela, Israël aurait dû payer davantage. »

Donald Trump n’a pas précisé à quelles aides – qui s’élevaient à un total de 319 millions de dollars en 2016, selon les chiffres du gouvernement – il faisait spécifiquement référence dans son tweet.

Des écolières palestiniennes d’une école de l’UNRWA dans la bande de Gaza. Illustration. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Tandis que le Premier ministre Benjamin Netanyahu doit encore évoquer en public les informations portant sur des réductions drastiques possibles des versements américains à l’UNRWA, la Dixième chaîne a fait savoir jeudi qu’il s’efforçait, en privé, de dissuader les Etats-Unis de mener à bien cette initiative.

Le reportage affirmait que Netanyahu soutiendrait publiquement l’administration Trump – dans un contexte de pressions exercées par les députés de droite, notamment par le chef du partyi HaBayit HaYehudi Naftali Bennett – et pour ne pas saper Washington.

Mais le site d’information Axios a fait savoir que Netanyahu a été en contact avec la Maison Blanche concernant le financement de l’UNRWA et qu’Israël préfère un « désengagement graduel » de l’agence pour les réfugiés.

En réponse à ces informations, le bureau du Premier ministre a indiqué que « Netanyahu soutient l’attitude critique du président Trump envers l’UNRWA et a la conviction que des initiatives pratiques doivent être prise pour changer le fait que l’UNRWA est actuellement utilisée pour enraciner le problème des réfugiés palestiniens au lieu de le résoudre ».

Une source israélienne proche des services de sécurité a également expliqué à la Dixième chaîne que les coupes dans le financement de l’UNRWA feraient « gravement empirer » une situation déjà tendue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...