Les familles des victimes de Barkan se disent soulagées de la mort du terroriste
Rechercher

Les familles des victimes de Barkan se disent soulagées de la mort du terroriste

Les proches de Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hajbi se disent heureux qu'Ashraf Naalowa n'ait pas été capturé vivant, et demandent au gouvernement de détruire entièrement sa maison

Kim Levengrond Yehezkel, 29 ans (à gauche) et Ziv Hajbi, 35 ans, tués dans un attentat terroriste dans la zone industrielle Barkan en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : capture d'écran Facebook)
Kim Levengrond Yehezkel, 29 ans (à gauche) et Ziv Hajbi, 35 ans, tués dans un attentat terroriste dans la zone industrielle Barkan en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : capture d'écran Facebook)

Les familles des deux Israéliens tués lors de l’attentat terroriste de Barkan en Cisjordanie en octobre, Kim Levengrond Yehezkel et Ziv Hajbi, ont qualifié de « aigre-doux » la nouvelle de la localisation et de la mort d’Ashraf Naalowa, le terroriste présumé, et ont appelé le gouvernement à prendre des mesures plus strictes contre les terroristes palestiniens et leurs familles.

« Il est grand temps », a déclaré Guy, le veuf de Levengrond Yehezkel, qui a dit avoir appris la mort de Naalowa sur Facebook, avant que les autorités de l’État ne le contactent.

« Cela ne ramènera pas Kim ou Ziv, mais je ne voulais pas que [le terroriste] soit attrapé vivant », a-t-il déclaré à la chaîne d’information Hadashot TV.

« Il aurait été emprisonné et libéré dans dix ans avec un diplôme universitaire, donc c’est une petite consolation. Je n’aurais jamais cru que ça prendrait autant de temps ».

Tôt jeudi matin, les forces israéliennes ont tenté de l’arrêter dans le cadre d’une opération conjointe de Tsahal, du Shin Bet et de la police israélienne. Il a été tué lors de l’arrestation, a déclaré le Shin Bet, sans fournir d’informations supplémentaires sur les circonstances ou le lieu du raid. La radio de l’armée a indiqué qu’il avait été retrouvé à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.

Ashraf Walid Suleiman Naalowa, un Palestinien soupçonné d’avoir perpétré un attentat terroriste meurtrier le 7 octobre 2018 dans la zone industrielle de Barkan au nord de la Cisjordanie. (Crédit : autorisation)

Selon le Shin Bet, Naalowa prévoyait de mener une deuxième attaque terroriste, « qui a été empêchée par les mesures prises contre l’assaillant ».

Les services de sécurité ont dit qu’il était armé lorsque les soldats sont arrivés pour l’arrêter.

« Ça ne ramènera pas Kim. Rien ne pourra la ramener », a déclaré Rafi, le père de Levengrond Yehezkel. Cependant, il a ajouté que « bien sûr [le terroriste] méritait de mourir parce que ce n’était pas une attaque terroriste normale – il l’a exécutée ».

Le terroriste présumé a utilisé des liens pour lui attacher les mains avant de lui tirer dessus.

Rafi a déclaré qu’il faisait confiance à Tsahal et à ses commandants « à 100 % », mais pas au gouvernement, qu’il a critiqué pour avoir promis de ne démolir que les parties de la maison de Naalowa où le tireur vivait.

« Je n’accepte pas un travail à moitié fait. Si c’est tout ce qu’ils veulent détruire, ils ne devraient pas le faire du tout, ça ne vaut rien », a-t-il dit à Hadashot. « Le gouvernement doit se réveiller et passer à l’action. Leur désir de commettre des attentats terroristes devrait être anéanti pour que cela cesse. »

Naalowa, 23 ans, du village de Shuweika, près de Tulkarem, en Cisjordanie, était en fuite depuis plus de deux mois, échappant à plusieurs reprises à son arrestation par les forces de sécurité israéliennes. Un certain nombre de ses proches et de ses complices présumés ont été arrêtés et inculpés dans le cadre de cette chasse à l’homme.

« C’est une toute petite consolation de savoir qu’après plus de deux mois, l’armée et le Shin Bet ont finalement réussi à tuer le méprisable terroriste qui a tué ma sœur », a déclaré Shahar, la sœur de Levengrond Yehezkel.

« Il est regrettable qu’il ait fallu tant de temps, qu’il n’y ait pas eu de mesures de dissuasion, que la maison [du terroriste] n’ait pas été détruite et que sa famille n’ait pas été expulsée », a-t-elle déclaré au site d’information Ynet, en ajoutant que cette nouvelle revêtait un caractère « aigre-doux » en raison du nouvel attentat qui a eu lieu tôt jeudi matin.

Elle faisait référence à une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem, au cours de laquelle deux agents de la police des frontières ont été légèrement blessés. L’un d’eux a tiré et tué l’agresseur.

La scène d’une attaque à l’arme blanche dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 13 décembre 2018. (Porte-parole de la police)

La mère de Hajbi, Iris, a également décrit la matinée comme douce-amère, en disant : « D’un côté, je suis contente, mais de l’autre, la douleur est là. En tout cas, cette étape est terminée. »

Tal, le frère de Hajbi, venait d’atterrir en Israël – en provenance des États-Unis – lorsqu’il a appris la nouvelle. « C’est comme s’ils attendaient mon retour. Je ne savais pas si je devais être heureux ou pleurer. C’est terminé, certes, mais cela nous ramène au fait qu’ils ne sont pas là. »

« Ce n’est pas une consolation, mais je suis soulagé que le meurtrier de mon fils ne soit plus en vie », a déclaré le père de Hajbi, Yehezkel, à Ynet. « Nous craignions qu’il ne soit capturé vivant et que nous aurions à lui faire face au tribunal. Donc je suis content qu’ils l’aient tué. »

Naalowa est le deuxième terroriste présumé à avoir été abattu en quelques heures.

Tard dans la soirée de mercredi, les forces israéliennes ont abattu Salih Omar Barghouti, soupçonné d’avoir perpétré l’attentat en voiture contre un arrêt de bus devant Ofra dimanche soir, blessant gravement une femme enceinte de 30 semaines. Son bébé, qui a été mis au monde lors d’une opération d’urgence après l’attaque, est décédé mercredi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait une brève déclaration à la suite des événements de jeudi matin, félicitant les forces de sécurité pour leurs « opérations impressionnantes » dans la localisation et la mort de la « crapule » terroriste de Barkan. Netanyahu a également salué la mort de Barghouti.

« Le bras long d’Israël atteindra tous ceux qui font du mal aux citoyens israéliens », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...