Rechercher

Les forces de sécurité commencent à combler les brèches dans la barrière de sécurité

L'armée a déployé des soldats ingénieurs supplémentaires dans la "zone de séparation", creusant aussi des tranchées pour empêcher les voitures de traverser

Les forces israéliennes de sécurité réparent les trous dans la barrière de sécurité d'avec la Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)
Les forces israéliennes de sécurité réparent les trous dans la barrière de sécurité d'avec la Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)

Des travaux ont commencé mercredi, visant à réparer les brèches dans la barrière de sécurité qui sépare Israël de la Cisjordanie, des trous qui sont utilisés par les Palestiniens pour pénétrer illégalement sur le territoire israélien, ont annoncé des responsables de la Défense.

L’armée a indiqué que les travaux allaient couvrir des dizaines de kilomètres de clôture et que des tranchées allaient être creusées pour empêcher les voitures et autres véhicules de traverser la dite « zone de séparation », le long de la barrière.

De plus, des initiatives visant à renforcer les défenses le long de la barrière ont été entreprises, a noté Tsahal.

Ces travaux ont commencé suite à plusieurs attentats terroristes meurtriers qui ont été commis au sein de l’État juif. Deux attaques ont notamment été perpétrées par des terroristes originaires du nord de la Cisjordanie qui sont entrés dans le pays par les larges brèches qu’il y a actuellement dans la barrière. Les forces de sécurité israéliennes ont été placées en état d’alerte élevé face à d’éventuels nouveaux attentats en amont de la fête de Pessah, et ont mené des opérations de répression pour aider à déjouer des activités terroristes présumées.

Selon des informations transmises par les médias israéliens, les responsables ont eu des renseignements « en direct » concernant plusieurs attaques terroristes prévues pendant la fête juive de Pessah, qui commence vendredi soir. Elles ont œuvré à déjouer ces projets d’attaque, notamment par le biais d’un raid qui a eu lieu mercredi soir aux abords de Ramallah et qui aurait aidé à contrecarrer les plans d’une importante attaque à Jérusalem.

L’armée a déployé des milliers de soldats, ces dernières semaines, dans la zone de séparation – une bande de terre en Cisjordanie sur le côté israélien de la barrière – pour empêcher les Palestiniens d’entrer illégalement en Israël. Si une partie de la barrière est constituée d’un mur de béton, d’autres consistent en une simple clôture.

Ces dernières années, des milliers de Palestiniens entraient chaque jour au sein de l’État juif via les brèches de la clôture pour aller travailler dans le pays – mais l’armée s’est engagée à changer les choses après des attentats commis par des Palestiniens qui ont utilisé ces trous pour pénétrer sur le territoire de l’État juif. L’un d’entre eux était même passé en voiture.

« Notre tâche est de fermer la zone de séparation de manière à empêcher dorénavant tous les passages illégaux », a commenté le chef d’État-major Aviv Kohavi, venu sur les lieux des travaux dans la journée de mercredi.

« Nous continuerons à mener des opérations partout, en utilisant toutes les méthodes appropriées et avec toute l’ampleur qui sera nécessaire pour déjouer les projets des terroristes », a-t-il déclaré.

« Ces derniers jours, nous avons renforcé le secteur de manière significative grâce à la présence de nos soldats et à nos outils d’ingénierie afin d’améliorer l’infrastructure de la barrière de sécurité », a-t-il ajouté.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi, à gauche, rencontre le colonel Fares Atila, chef de l’Administration civile, au centre, et le chef du Commandement central de l’armée, le général Yehuda Fuchs, à droite, le long de la barrière de sécurité de Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Mercredi, l’armée a envoyé trois autres compagnies d’équipement lourd ainsi que des troupes réservistes issues du corps de combat de génie pour aider aux travaux.

Cette annonce a été faite 24 heures après que le ministre de la Défense, Benny Gantz, a annoncé que son bureau envisageait de permettre à des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens de plus d’entrer au sein de l’État juif.

Les ministres ont aussi approuvé, au début de la semaine, 300 millions de shekels de financement pour moderniser une portion de 40 kilomètres de la barrière de sécurité, dans le nord de la Cisjordanie. Cette enveloppe est indépendante des travaux de rénovation de la clôture qui ont été entamés mercredi.

Les tensions se sont vivement accrues entre Israël et les Palestiniens, ces dernières semaines, dans le contexte d’attentats terroristes répétés dans les villes israéliennes qui ont fait 14 morts.

Cette escalade survient au cours du mois sacré du ramadan pour les musulmans – qui est souvent une période de fortes tensions en Israël et en Cisjordanie.

L’armée a renforcé ses activités en Cisjordanie pour tenter de réprimer cette escalade des violences. Dans la nuit de mardi à mercredi et mercredi matin, au moins 21 Palestiniens soupçonnés de mener des activités terroristes ont été arrêtés par les forces de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...