Les forces de sécurité scellent la chambre du terroriste de Sarona
Rechercher

Les forces de sécurité scellent la chambre du terroriste de Sarona

La maison de Khalid Muhamra près de Hébron a été partiellement démolie après l'attaque de 2016, mais sa famille a continué à utiliser l'espace

Des soldats s'apprêtent à sceller la chambre du terroriste palestinien Khalid Muhamra dans la ville de Yatta en Cisjordanie, le 16 novembre 2017 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats s'apprêtent à sceller la chambre du terroriste palestinien Khalid Muhamra dans la ville de Yatta en Cisjordanie, le 16 novembre 2017 (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne et la police des frontières ont scellé jeudi la chambre d’un terroriste palestinien qui a tué quatre Israéliens lors d’une fusillade à Tel Aviv l’année dernière.

La maison familiale de Khalid Muhamra dans le village de Yatta, dans la région de Hébron, avait déjà été partiellement démolie en 2016 suite à une ordonnance du tribunal, mais la famille aurait continué à utiliser l’espace illégalement.

En juin 2016, Khalid et son cousin Muhammad Muhamra ont ouvert le feu dans le restaurant Max Brenner dans le quartier commerçant de Sarona à Tel Aviv, tuant quatre personnes et en blessant 41 autres.

Ils ont été arrêtés vivants immédiatement après l’attaque, et au mois de septembre de cette même année ils ont été reconnus coupables de quatre chefs d’accusation de meurtre, de 41 chefs d’accusation de tentative de meurtre et de complot en vue de commettre un crime par le tribunal de première instance de Tel Aviv. Leur complice, Younis Ayash Musa Zayn, a été reconnu coupable de conspiration.

L’agence de sécurité du Shin Bet a déclaré que les cousins ​​avaient été « inspirés » par le groupe terroriste de l’Etat islamique.

Khalid Muhamra, à gauche, Younis Ayash Musa Zayn, au centre, et Muhammad Muhamra, à droite, derrière une fenêtre pendant leur inculpation à la cour du district de Tel Aviv, le 4 juillet 2016. Ils sont accusés de meurtre en lien avec l’attentat terroriste du 8 juin 2016 au marché Sarona de Tel Aviv, dans lequel 4 Israéliens ont été tués. (Crédit : Flash90)

Les responsables israéliens affirment que les démolitions de maisons constituent un moyen de dissuasion essentiel pour empêcher les Palestiniens de commettre des attentats, bien que des groupes de défense des droits de l’Homme et certains responsables israéliens affirment qu’il s’agit d’une forme de punition collective et que ces démolitions n’ont pas un effet dissuasif efficace.

Mercredi, Tsahal et la police des frontières sont entrés dans le village palestinien de Bayt Surik et ont fait exploser la maison du terroriste qui a tué trois Israéliens dans l’implantation voisine de Har Adar en septembre.

Les militaires n’ont pas démoli tout le bâtiment mais ont seulement détruit l’appartement de Jamal.

Dans la matinée du mardi 26 septembre, Jamal, âgé de 37 ans, s’est approché de l’entrée située à l’arrière de Har Adar, une implantation située juste au-delà de la Ligne verte dans les collines au nord-ouest de Jérusalem, avec un groupe de travailleurs palestiniens. Quand on lui a demandé de s’arrêter, il a sorti un pistolet volé de sa chemise et a ouvert le feu sur les agents de sécurité israéliens qui gardaient le passage.

Jamal a tué un agent de la police des frontières et deux agents de sécurité privés avant d’être abattu par d’autres agents présents sur les lieux.

Un soldat israélien place des charges explosives dans les murs d’une maison appartenant à un terroriste palestinien dans le village de Bayt Surik le 15 novembre 2017 (Crédit : Tsahal)

Le jour suivant, les soldats ont pris des mesures de la maison de Jamal, ce qui constitue la première étape avant une démolition, et une semaine plus tard, ils ont présenté un ordre de démolition aux membres de sa famille.

Le processus de destruction de la maison d’un terroriste après une attaque peut durer de quelques semaines à quelques mois, selon les circonstances.

Israël a fréquemment utilisé les démolitions de maisons jusqu’en 2005, lorsque le gouvernement a décidé d’arrêter d’employer cette mesure controversée. Cependant, en 2014, elle a commencé à être réutilisée.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...