Les grandes dates de la Jordanie
Rechercher

Les grandes dates de la Jordanie

Du mandat britannique à la dissolution des Frères musulmans, en passant par la paix avec Israël, retour sur les dates-clés de la Jordanie où des législatives ont lieu mardi

Le drapeau jordanien (Crédit : shutterstock)
Le drapeau jordanien (Crédit : shutterstock)

Les dates-clés de la Jordanie, où des législatives ont lieu mardi.

Indépendance

Le 25 mai 1946, la Transjordanie, sous mandat britannique depuis la fin de la Première Guerre mondiale, déclare son indépendance. L’émir Abdallah transforme l’émirat en royaume et se proclame souverain.

En mai 1948, cinq pays arabes, parmi lesquels la Transjordanie, qui refusent le partage de la Palestine en deux Etats, juif et arabe, attaquent le nouvel Etat d’Israël.

En avril 1949, Israël signe un accord d’armistice avec la Transjordanie, à laquelle est annexée la Cisjordanie (sur la rive ouest du Jourdain) ainsi que la Vieille Ville de Jérusalem.

Un an plus tard, le Parlement jordanien réunit officiellement les deux rives du Jourdain (Transjordanie et Cisjordanie) pour former un seul Etat : la Jordanie.

Hussein accède au trône

En août 1952, près d’un an après l’assassinat du roi Abdallah à Jérusalem par un Palestinien, son petit-fils, Hussein, hérite du trône, son père Talal ayant été déposé pour incapacité mentale.

En juin 1967, la Jordanie, qui s’est engagée aux côtés de l’Egypte et de la Syrie contre Israël, perd la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. Quelque 200 000 Palestiniens affluent en Jordanie.

Juin1967: Les tanks blindés israéliens se préparent à une attaque durant la Guerre des Six jours. (Crédit : Three Lions/Getty Images)

En septembre 1970 (« Septembre Noir »), les troupes hachémites écrasent l’insurrection des feddayiine palestiniens en Jordanie, faisant plusieurs milliers de morts.

En 1989, après de sanglantes manifestations contre la vie chère, le roi Hussein entame un processus de démocratisation.

Paix avec Israël

Le 26 octobre 1994, les Premiers ministres israélien Yitzhak Rabin et jordanien Abdel Salam Majali signent un traité de paix, tournant la page de 46 ans d’état de guerre. L’accord garantit à Israël la sécurité sur sa frontière la plus longue et jette les bases d’une coopération économique.

Elyakim Rubinstein (à l’extrême gauche) montre au Premier ministre Yitzhak Rabin où signer le traité de paix israélo-jordanien, alors que le président américain Bill Clinton protège ses yeux du soleil, et le Premier ministre jordanien Abdul-Salam Majali, (à droite), signe également le traité, au passage Wadi Araba, près de Eilat, Israël, le 26 octobre 1994. (AP Photo/Joe Marquette)

Le royaume hachémite devient le second pays arabe à signer un traité de paix avec Israël, après l’Egypte en 1979.

De Hussein à Abdallah II

Le 7 février 1999, le roi Hussein meurt d’un cancer, après plus de 46 ans de règne. Son fils aîné, Abdallah II, lui succède.

En janvier 2011, des manifestations débutent pour réclamer des réformes dans la foulée du Printemps arabe.

A la mi-novembre 2012, des milliers de Jordaniens descendent dans la rue pour dénoncer la hausse des prix de l’énergie et, pour certains, réclamer le départ du roi, une revendication inédite dans le royaume.

Attentats de l’EI

En septembre 2014, la Jordanie participe en Syrie aux frappes aériennes lancées par une coalition anti-jihadistes menée par Washington.

Après l’annonce en février 2015 par le groupe Etat islamique (EI) de la mort d’un pilote jordanien brûlé vif, Amman intensifie ses bombardements, les élargissant à l’Irak.

En juin 2016, sept soldats jordaniens sont tués près de la frontière syrienne dans une attaque suicide revendiquée par l’EI.

En décembre, une attaque de l’EI près du site touristique de Karak, au sud d’Amman, tue sept policiers, deux civils jordaniens et une touriste canadienne.

Malaise social

En juin 2018, le pays est secoué par une vague de contestation contre un projet de réforme fiscale et une hausse des prix du carburant et de l’électricité. Le Premier ministre, Hani Mulqi, est contraint à la démission.

Mais des rassemblements vont se poursuivre près du bureau du nouveau Premier ministre, Omar al-Razzaz, à Amman. Human Rights Watch (HRW) dénonce une vague de répression de militants politiques.

Frères musulmans

Le 16 juillet 2020, la Cour de cassation dissout la branche locale des Frères musulmans, confirmant l’illégalité dans le royaume de ce mouvement transnational dans le collimateur de plusieurs pays arabes.

Le Front de l’action islamique (FAI), branche politique du mouvement, est toléré en Jordanie, mais les autorités considèrent l’association en tant que telle comme illégale.

Le 21 septembre, le FAI, qui avait remporté 16 sièges sur 130 au Parlement en 2016, annonce son intention de participer aux législatives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...