Rechercher

Les juifs ukrainiens scandalisés par un Cabaret de la Shoah à Kiev

Un député israélien appelle à l'annulation de cette pièce de théâtre, une satire du procès du garde des camps de concentration John Demjanjuk

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

L'affiche d'une pièce de théâtre, intitulée "Le Cabaret de l'Holocauste", accrochée sur la facade du théâtre de Kiev, le 25 avril 2017. (Crédit : Moshe Azman/Facebook)
L'affiche d'une pièce de théâtre, intitulée "Le Cabaret de l'Holocauste", accrochée sur la facade du théâtre de Kiev, le 25 avril 2017. (Crédit : Moshe Azman/Facebook)

Un théâtre de Kiev a fait scandale auprès de la communauté juive locale après qu’il a affiché un panneau sur la devanture, annonçant le titre d’un prochain spectacle : « Le Cabaret de l’Holocauste ».

Le panneau a été accroché hier, alors qu’en Israël, on commémorait Yom HaShoah. Moshe Azman, grand rabbin d’Ukraine a vivement critiqué cette affiche. Il a publié une photo du théâtre sur sa page Facebook.

« Cette horreur (je ne vois pas d’autre façon de la décrire) a été affichée au centre de Kiev hier, durant Yom HaShoah, dans la ville où a eu lieu Babi Yar, en face de la synagogue », a-t-il écrit en référence au massacre de Babi Yar, quand les nazis ont fusillé près de 34 000 juifs avant de les jeter dans un ravin, les 29 et 30 septembre 1941.

La pièce, écrite par le dramaturge juif canadien Jonathan Garfinkel en 2005 est une vision satirique des procès de John Demjanjuk, un ancien garde du camp d’extermination de Sobibor en Pologne, durant la Seconde Guerre mondiale. Demjanjuk, qui a émigré vers les États-Unis après la guerre, a été traduit en justice en Israël et en Allemagne pour ses agissements.

« Et les billets pour la représentation de vendredi sont vendus », a poursuivi Azman. « Je ne sais pas qui a besoin de cette provocation, mais je déclare que la communauté juive fera tout ce qui est en son pouvoir pour retirer cette provocation immédiatement. »

Posted by Chief rabbi of Ukraine – Головний Рабин України on Monday, 24 April 2017

Azman a appelé à protester contre cette affiche, et trois heures plus tard, il a publié des photos dans lesquelles on voit l’affiche être retirée.

Спасибо всем неравнодушым людям и государственным структурам за моментальную реакцию!!! Вывеску демонтировали!!!!

Posted by Chief rabbi of Ukraine – Головний Рабин України on Tuesday, 25 April 2017

« Grâce à tous ceux qui ne sont pas indifférents, et grâce à la réaction immédiate des infrastructures de l’État, l’affiche a été retirée », a-t-il écrit.

Le site Ynet a indiqué que les autorités ukrainiennes envisagent d’annuler le spectacle, qui devait commencer ses représentations à la fin du mois.

Le député Yoel Razvozov (Yesh Atid), d’origine russe, a déclaré qu’il avait l’intention de contacter le Premier ministre juif d’Ukraine, Volodymyr Groysman, et de demander à ce que le spectacle soit annulé.

« C’est une provocation », a-t-il déclaré. « Après avoir vu des extraits de la pièce, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un spectacle antisémite, même c’est censé être une satire. »

En 2011, Demjanjuk, un ancien travailleur automobile de l’Ohio, est devenu la première personne condamnée en Allemagne pour avoir travaillé comme garde dans un camp de la mort, sans aucune preuve d’implication dans un meurtre spécifique. Demjanjuk a toujours démenti avoir travaillé à Sobibor et est mort avant que son appel ne puisse être entendu.

Volodymyr Groysman, Premier ministre ukrainien, pendant une session du parlement  à Kiev, le 13 avril 2016. (Crédit : Genya Savilov/AFP)
Volodymyr Groysman, Premier ministre ukrainien, pendant une session du parlement à Kiev, le 13 avril 2016. (Crédit : Genya Savilov/AFP)

Il est probablement plus connu celui qu’il n’était pas : la garde notoirement brutal « Ivan the Terrible » au camp d’extermination de Treblinka. C’était la première accusation contre lui qui l’a amené à être extradé depuis les États-Unis vers Israël dans les années 1980. Il a été jugé, condamné et condamné à mort – mais la Cour suprême israélienne a annulé à l’unanimité le verdict et l’a renvoyé aux États-Unis après avoir reçu la preuve qu’un autre Ukrainien, et non Demjanjuk, était ce garde nazi.

Dans un entretien en 2010 avec The Local, un site d’information allemand en anglais, Garfinkel a expliqué qu’il a écrit la pièce pour humaniser Demjanjuk.

« Je ne connais pas le vrai Demjanjuk, mais je veux essayer de l’humaniser et lui rendre quelques aspects humains », a déclaré Garfinkel dans l’interview. « J’essaie de faire de lui un citoyen américain moyen qui veut vivre le rêve américain. »

Dans une vidéo publiée en mars, Garfinkel a fait la promotion de la représentation de sa pièce au théâtre de Kiev.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...