Les ministres Likud absents à l’ouverture du procès Netanyahu
Rechercher

Les ministres Likud absents à l’ouverture du procès Netanyahu

Sept nouveaux ministres du parti du Premier ministre se sont tenus à ses côtés pendant qu'il fustigeait le système judiciaire ; un l'a soutenu à distance et cinq n'étaient pas là

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, entouré des députés du Likud, fait une déclaration télévisée avant le début de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. Parmi les ministres du Likud photographiés (de gauche à droite) figurent Amir Ohana, Miri Regev, Israel Katz, Tzachi Hangebi, Yoav Gallant et David Amsalam. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, entouré des députés du Likud, fait une déclaration télévisée avant le début de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. Parmi les ministres du Likud photographiés (de gauche à droite) figurent Amir Ohana, Miri Regev, Israel Katz, Tzachi Hangebi, Yoav Gallant et David Amsalam. (Yonatan Sindel/Flash90)

Pour le premier jour de son procès dimanche, au tribunal du district de Jérusalem, le Premier ministre Benjamin Netanyahu était escorté par presque tous les hauts cadres de son parti, le Likud.

Alors qu’il prononçait un discours fustigeant les services de police pour avoir « fomenté » des accusations contre lui, quelques minutes avant qu’il n’entre dans la salle d’audience numéro 317 pour la lecture des charges retenues contre lui, il était entouré par plusieurs ministres et députés du Likud.

Selon un reportage diffusé dimanche soir par la chaîne télévisée publique Kan, le bureau du Premier ministre avait « exigé » que les ministres du Likud soient présents.

Il était ainsi accompagné par 13 d’entre eux : le ministre des Finances Israël Katz ; le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana, la ministre des Transports Miri Regev, le ministre sans portefeuille Tzachi Hanegbi, le ministre de l’Éducation Yoav Gallant, le ministre du Renseignement Eli Cohen et le ministre chargé de la liaison entre le gouvernement et la Knesset David Amsalem. Étaient également présents Nir Barkat, l’ancien maire de Jérusalem, qui, à la surprise générale, n’a pas reçu de ministère, et l’ancien député Kakhol lavan Gadi Yevarkan, qui a intégré les rangs du Likud peu avant le scrutin de mars.

Devant le tribunal, Tzipi Hotovely, ministre des Affaires des implantations s’est exprimée au nom de Netanyahu. Miki Zohar, président de la coalition, était présent sur les plateaux de la Douzième chaîne. Yariv Levin, le nouveau président de la Knesset, a publié un communiqué fustigeant les poursuites intentées contre le Premier ministre et a déclaré dimanche soir à la Douzième chaîne que Netanyahu avait son « soutien total » dans sa lutte contre « les faux procès », mais qu’il n’estimait pas que sa « présence physique soit nécessaire » au tribunal.

Ont brillé par leur absence le ministre de la Santé Yuli Edelstein, le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz, le ministre de l’Enseignement supérieur et des Ressources en eau Zeev Elkin, la ministre de la Protection de l’environnement Gila Gamliel et Gilad Erdan, ministre de la Coopération régionale. Ce dernier renoncera prochainement à ce poste pour devenir ambassadeur d’Israël à l’ONU.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se tient aux côtés de ses collègues du Likud au tribunal du district de Jérusalem, avant l’audience d’ouverture de son procès pour corruption, le 24 mai 2020. De gauche à droite : Ariel Kelner ; Shlomo Karai ; le ministre des Finances Israel Katz ; le ministre de l’Éducation Yoav Gallant ; Nir Barkat ; le ministre sans portefeuille Tzachi Hanegbi ; Keti Shitrit ; Gadi Yevarkan ; le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana ; Mai Golan ; le ministre du Renseignement Eli Cohen ; la ministre des Transports Miri Regev ; le ministre chargé de la liaison entre le gouvernement et la Knesset David Amsalem. (Crédit : Premier ministre Benjamin Netanyahu/Twitter)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...