Les parents de Marty McFly juifs ? Des milliers de personnes se font avoir !
Rechercher

Les parents de Marty McFly juifs ? Des milliers de personnes se font avoir !

La blague est devenue incontrôlable lorsque son auteur a appelé à l'aide pour identifier les sujets du cliché, rappelant les efforts pour réunir les Juifs séparés par des tragédies

Une photo truquée des acteurs hollywoodiens Crispin Glover et Lea Thompson du film "Retour vers le futur", qu'un plaisantin sur Facebook a présenté comme un couple non identifié des années 1950 à Tel Aviv. (Autorisation : Ariel Plavnik via JTA)
Une photo truquée des acteurs hollywoodiens Crispin Glover et Lea Thompson du film "Retour vers le futur", qu'un plaisantin sur Facebook a présenté comme un couple non identifié des années 1950 à Tel Aviv. (Autorisation : Ariel Plavnik via JTA)

JTA – La semaine dernière, des milliers de Juifs en Israël et au-delà ont répondu à un appel à l’aide pour identifier un couple représenté sur une photo jaunâtre de 1955.

« Tout le monde, j’ai besoin d’aide. J’ai trouvé cette photo dans une rue de Tel-Aviv », a écrit Ariel Plavnik, un commercial touristique de 43 ans de la ville israélienne de Kfar Saba, en hébreu et en espagnol dans une publication sur Facebook avec la photo. « Je veux rendre cette vieille et belle photo. Si vous la partagez, nous pourrons peut-être retrouver les propriétaires ! Merci à tous ».

Plus de 7 000 personnes ont partagé la photo, un portrait dont les nombreuses imperfections n’atténuent en rien le sourire radieux et la beauté de la jeune femme qui y figure. Elle s’appuie sur un homme aux yeux confiants, la joue pressée contre la sienne.

Démontrant peut-être la préoccupation de la communauté juive mondiale pour la généalogie, plusieurs groupes juifs sur Facebook consacrés à ce sujet ont publié la photo sur leurs pages. Ma tante aussi, une enseignante israélienne de 64 ans qui emmène des lycéens visiter les anciens camps de la mort en Pologne.

C’est une bonne chose qu’elle l’ait fait, car j’ai pu identifier presque immédiatement les sujets des photos mystères. Je doute qu’ils s’en soucient beaucoup, cependant – le couple est constitué des acteurs qui incarnaient les parents de Marty McFly, un personnage de la trilogie comique de science-fiction des années 1980 « Retour vers le futur ».

אני צריך עזרה מכולם: מצאתי את התמונה הזאת ברחובות תל אביב. כתוב מאחור ״אמא ואבא 1955״. מאוד הייתי רוצה להחזיר את התמונה…

פורסם על ידי ‏‎Ariel Plavnick‎‏ ב- יום ראשון, 14 ביוני 2020

Ariel Plavnik, qui a immigré de son Argentine natale il y a une vingtaine d’années, semblait un peu penaud quand je l’ai retrouvé pour lui demander de me parler du canular, qu’il avait préparé en montant l’image du premier film de la série pour qu’elle ait l’air d’avoir vieilli.

« Écoutez, je voulais seulement faire rire mes amis sur Facebook, mais ensuite, c’est devenu partagé comme un fou parce que tous ces groupes de généalogie et cela a pris une vie à part », explique-t-il.

La blague fonctionne, dit-il, surtout parce que « Retour vers le futur » concerne le voyage dans le temps, « ce qui est en quelque sorte ce qui s’est passé avec la photo ».

Les personnes qui ont partagé ou commenté la photo avaient des idées différentes à ce sujet. L’un d’entre eux a déclaré qu’il pensait que l’homme (qui est en fait l’acteur Crispin Glover, Lea Thompson jouant sa femme) présentait une ressemblance familiale avec Dan Kaner, un présentateur de télévision israélien. Un autre était certain d’avoir résolu le mystère : sur la photo, Nechama et Moshe McFleishman, de chers amis de son oncle. D’autres qui ont compris la plaisanterie ont suggéré à Ariel Plavnik de prendre contact avec Michael J. Fox, l’acteur incarnant le personnage principal du film.

À ce jour, plus de 8 000 personnes l’ont partagée – y compris dans des messages révélant qu’il s’agit d’un canular.

« Je pense que les gens en Israël veulent vraiment aider d’autres à retrouver des parents », commente Ariel Plavnik.

C’est probablement une évaluation juste dans un pays où beaucoup de ses résidents juifs ont soit perdu des parents dans la Shoah, soit ont vu leur famille déracinée à la hâte des pays arabes.

Israël avait plusieurs programmes radio consacrés à aider des rescapés de la Shoah à retrouver des parents qui auraient pu survivre. Jusqu’en 2002, l’Agence juive disposait d’un département consacré à cette mission. Israël avait également un périodique, Lakrov VelaRachok, qui dans ses 73 numéros imprimait les noms de 180 000 survivants à la recherche de leur famille. Dans les années 2010, la rubrique « Seeking Kin » de la JTA avait également pour but d’aider à réunir les amis et les parents perdus de vue depuis longtemps, souvent avec des liens israéliens.

Pour les Israéliens de l’âge de ma tante, écouter chaque semaine les émissions de radio pour retrouver des parents perdus était un passe-temps. Leurs parents les écoutaient religieusement.

Le sujet se reflète dans la littérature et le cinéma israéliens, notamment dans le livre de David Grossman « Mumik », où un garçon est chargé d’écouter une émission de ce type pour ses parents, et dans « Alex est follement amoureux », une comédie romantique classique de 1986 sur Israël dans les années 50.

Facebook est apparu des décennies après ces premières tentatives de regroupement familial contre toute attente, mais aujourd’hui encore, la plateforme réunit aussi des Juifs séparés les uns des autres par la Shoah, le Rideau de fer ou d’autres tragédies du 20e siècle.

Cela est arrivé l’année dernière à Morris Sana et Simon Mairowitz, des octogénaires survivants du génocide qui vivaient respectivement aux États-Unis et au Royaume-Uni. Chacun pensait que l’autre avait péri jusqu’à ce que leurs familles reprennent contact sur Facebook.

Ma tante, qui est née en Pologne, m’a rappelé cette histoire lorsque je lui ai dit qu’elle avait été trompée. Elle n’a pas hésité à partager la blague d’Ariel Plavnik.

« Il faut partager ces demandes et lancer la bouteille à la mer », selon elle, « même si vous pensez que c’est inutile ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...