Les pays arabes fustigent la promesse du Brésil sur l’ambassade à Jérusalem
Rechercher

Les pays arabes fustigent la promesse du Brésil sur l’ambassade à Jérusalem

L'Organisation de la coopération islamique accuse le président-élu Jair Bolsonaro de" violer ouvertement le droit international et les résolutions des Nations unies"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président brésilien Jair Bolsonaro du parti d’extrême-droite Social libéral durant une conférence de presse, à Rio de Janeiro, le 25 octobre 2018. (Crédit :AP/Leo Correa)
Le président brésilien Jair Bolsonaro du parti d’extrême-droite Social libéral durant une conférence de presse, à Rio de Janeiro, le 25 octobre 2018. (Crédit :AP/Leo Correa)

La plus large organisation de pays musulmans du monde a condamné cette semaine le projet de Jair Bolsonaro, le président élu du Brésil, consistant à transférer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem.

« L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a condamné le plan du président élu brésilien de déplacer l’ambassade de son pays dans la ville occupée d’Al-Quds [Jérusalem] et invite le Brésil à reconsidérer légalement cette position invalide, qui viole ouvertement le droit international et les résolutions des Nations unies », a déclaré l’organisation basée au Caire dans un communiqué.

Le secrétaire-général de l’OCI Yousef Al-Othaimeen a exhorté Brasilia à « honorer ses engagements légaux et politiques en vertu du droit international et des résolutions des Nations unies et l’invite à adopter des positions qui mobilisent le soutien pour la paix basée sur une vision à deux États », poursuit le communiqué.

Aves 57 pays-membres répartis sur quatre continents, l’OCI est la deuxième organisation intergouvernementale après les Nations unies.

Seuls les Etats-Unis et le Guatemala ont pour le moment installé leurs ambassades à Jérusalem. Les autres pays ont installé leurs missions à Tel Aviv.

En septembre, la Commission exécutive de l’organisation, qui s’est rassemble en marge de l’assemblée générale des Nations unies, a réaffirmé « sa détermination à prendre des mesures politiques, économiques et autres contre les pays qui reconnaissent Al-Quds comme capitale d’Israël ou y transfèrent leurs ambassades ».

Dans un communiqué final, la Commission exécutive avait appelé les pays-membres de l’OCI à suspendre l’importation de cardamome du Guatemela et « à ne pas faire de visites importantes dans ce pays et à ne pas organiser d’évènements culturels, sportifs ou artistiques conjointement » jusqu’à ce que l’ambassade soit délocalisée de Jérusalem.

Le Guatemala est ‘l’un des principaux exportateurs de cardamome, qui est considérée comme la troisième épice la plus chère au monde.

Vendredi, Hanan Ashrawi, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, a également fustigé l’annonce de Bolsonaro.

Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’OLP, lors d’une conférence de presse le 24 février 2015 à Ramallah. (WAFA)

« Ce sont des initiatives illégales et provocantes qui ne visent qu’à déstabiliser la sécurité et la stabilité dans la région », a commenté Hanan Ashrawi à l’AFP.

Les Etats-Unis ont transféré leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem au mois de mai, entraînant la fureur des Palestiniens qui considèrent la partie orientale de la ville, annexée par Israël, comme la capitale de leur futur état.

L’Australie et la République tchèque ont déclaré qu’ils envisageaient de déplacer leurs ambassades respectives à Tel Aviv.

« Il est très malheureux que le Brésil ait rejoint cette alliance contre le droit international », a dit Ashrawi.

Jair Bolsonaro, candidat présidentiel du parti social libéral, après avoir voté aux élections à la présidence à Rio de Janeiro, le 28 octobre 2018 (Crédit : AP Photo/Silvia izquierdo)

Jeudi, Bolsonaro a écrit sur Twitter que « comme nous l’avions dit pendant la campagne, nous avons l’intention de transférer l’ambassade brésilienne de Tel Aviv à Jérusalem ».

« Israël est un Etat souverain et nous devons respecter cela », avait-il ajouté.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait qualifié cette initiative « d’historique ».

Israël a pris Jérusalem Est lors de la Guerre des Six Jours, en 1967, l’annexant ultérieurement, une démarche qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. L’Etat juif considère Jérusalem comme sa capitale indivisible.

Pendant des décennies, la communauté internationale a maintenu que le statut de la ville devait faire l’objet de négociations entre Israël et les Palestiniens.

L’initiative de ce déplacement de l’ambassade aligne Bolsonaro sur le président américain Donald Trump, et renforce son image de « Trump tropical ».

Une vue de l’ambassade américaine dans le quartier d’Arnona, à Jérusalem, le 13 mai 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Bolsonaro, 63 ans, qui a remporté le second tour des élections présidentielles dimanche, a suscité l’indignation auprès de nombreuses personnes pour sa rhétorique ouvertement misogyne, homophobe et raciste.

Suite à sa victoire, Netanyahu a déclaré à Bolsonaro qu’il était convaincu que son élection « entraînera une amitié formidable entre nos peuples et le renforcement des liens entre le Brésil et Israël ».

Un responsable du bureau de Netanyahu a déclaré que le Premier ministre « se rendrait très probablement » à l’investiture de Bolsonaro, prévue au mois de janvier.

Les premiers voyages à l’étranger de Bolsonaro en tant que président auront pour destination Israël, les Etats-Unis et le Chili – des pays qui partagent « notre vision du monde », selon le probable chef de cabinet du président élu, Onyx Lorenzoni.

L’AFP et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...