Les responsables de santé informent Netanyahu des possibilités de confinement
Rechercher

Les responsables de santé informent Netanyahu des possibilités de confinement

Alors que les cas de coronavirus augmentent, Netanyahu pèse diverses options, allant de la fermeture totale du pays pendant un mois à des restrictions précises pendant les fêtes

La police israélienne à un point de contrôle à l'entrée du quartier d'Issawiya à Jérusalem-Est, pour appliquer un verrouillage COVID-19 le 9 septembre 2020. (AHMAD GHARABLI/AFP)
La police israélienne à un point de contrôle à l'entrée du quartier d'Issawiya à Jérusalem-Est, pour appliquer un verrouillage COVID-19 le 9 septembre 2020. (AHMAD GHARABLI/AFP)

Mercredi soir, de hauts responsables de la santé auraient exhorté le Premier ministre Benjamin Netanyahu à placer le pays sous contrôle immédiat afin d’endiguer la propagation du coronavirus, avant une réunion critique jeudi du cabinet coronavirus.

Netanyahu a tenu des consultations sur la pandémie et a présenté différentes options, allant d’un confinement complet du pays pendant un mois durant les fêtes juives, à une fermeture « respiratoire » dans laquelle les écoles et les entreprises seraient fermées pendant des semaines, où seuls les déplacements d’une ville à l’autre seraient limités, en passant par des règles restreintes s’appliquant uniquement aux fêtes de Rosh HaShana, Yom Kippour et Souccot.

Une source présente lors de la réunion de mercredi a déclaré au site d’information Walla que le ministre de la Santé Yuli Edelstein et le directeur général du ministère Chezy Levy avaient tous deux exhorté le Premier ministre à imposer des restrictions importantes le plus rapidement possible, en citant la pression sur le système de santé due à la démultiplication constante des cas de virus.

Selon Walla, le professeur Ronni Gamzu, responsable de la lutte contre le coronavirus, qui est entré en fonction en tant que militant contre les mesures de confinement à grande échelle, a donné aux décideurs quelques options allant d’un confinement lourd maintenant les gens sous cordon sanitaire à une simple restriction de la circulation entre les villes. Walla indique qu’il serait d’accord sur la nécessité générale de renforcer les restrictions.

Le directeur général du ministère de la Santé Chezy Levy s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Flash90)

« La population israélienne ne comprend pas où nous allons – les salles se remplissent, les travailleurs de la santé sont épuisés et il y a une grande surcharge », a commenté M. Levy auprès de la Douzième chaîne.

« Nous avons présenté des propositions avec des restrictions très strictes, et nous avons l’intention d’appliquer ces mesures juste avant les fêtes », a-t-il annoncé.

Le scénario le plus pesant pourrait voir les Israéliens empêchés de se déplacer à plus de 500 mètres de leur domicile, sauf pour les besoins essentiels, pendant trois semaines, avec la fermeture de la plupart des entreprises et des écoles. D’autres propositions soulevées lors de la réunion suggéraient des fermetures pendant les fêtes elles-mêmes, mais pas pendant toute la période, avec des restaurants et des sites touristiques autorisés à rester ouverts dans les zones à faible taux d’infection et l’introduction de certaines restrictions sur les lieux de travail. Ces propositions seront discutées lors de la réunion du cabinet de jeudi.

La police vue à l’entrée du quartier ultra-orthodoxe de Ramot à Jérusalem alors qu’Israël a commencé à appliquer un couvre-feu nocturne, le 8 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Selon la Douzième chaîne, le ministre de la Défense Benny Gantz a estimé, lors de la réunion de mercredi soir, que les Israéliens auraient besoin d’un mois de préavis pour se préparer à un confinement. Il n’est pas clair quelle proposition Netanyahu pourrait privilégier.

Les hôpitaux se remplissent

Yuli Edelstein et Chezy Levy ont fait savoir au Premier ministre lors de la réunion que les responsables hospitaliers les avaient avertis que la situation était désastreuse et pourrait s’aggraver sans mesures significatives, selon Walla.

Les hôpitaux à travers le pays ont atteint leur pleine capacité dans les salles de coronavirus, a rapporté la Treizième chaine mercredi soir. Le centre médical Shaare Zedek de Jérusalem et Ziv à Safed ne peuvent accueillir que cinq patients de plus, tandis que le centre médical Rambam à Haïfa peut accueillir 8 à 10 patients de plus pour le Covid-19, a indiqué la chaîne.

Un travailleur médical du Magen David Adom teste des personnes sur un site de drive-in pour collecter des échantillons en vue d’un dépistage de coronavirus à Jérusalem, le 8 septembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les consultations à haut niveau ont eu lieu alors que les cas de virus montaient en flèche, quelques jours seulement après la rentrée scolaire et avant la période des fêtes qui débute le 18 septembre.

Le ministère a fait état de 11 nouveaux décès mercredi, ce qui porte le bilan à 1 054 morts. On compte 31 686 cas de coronavirus actifs dans le pays. Le nombre de patients dans un état grave a atteint 477, dont 142 sous assistance respiratoire.

Des agents de l’organisation de services de santé Clalit prélèvent des échantillons auprès d’Israéliens pour vérifier s’ils ont été infectés par le coronavirus dans un centre de test, à Modiin Illit, le 7 septembre 2020. (Yossi Aloni/FLASH90)

Le spectre d’un nouveau confinement apparaît alors que 40 villes et quartiers du pays ont connu mercredi leur deuxième couvre-feu, ordonné par le gouvernement dans le but de ralentir la propagation du virus dans les zones à fort taux d’infection. Cependant, ces mesures n’ont pas été appliquées mardi et sont considérées par beaucoup comme inefficaces.

Le couvre-feu nocturne est imposé entre 19 heures et 5 heures du matin, dans les villes et les quartiers où le taux d’infection est élevé.

Plus tôt dans la journée de mercredi, les petites entreprises et les travailleurs indépendants ont menacé « d’anarchie », affirmant que si le gouvernement décidait d’imposer un confinement complet de l’économie, comme prévu dans les semaines à venir, ils garderaient leurs entreprises ouvertes, à moins qu’on ne leur promette à l’avance une compensation financière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...