Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Les start-up en Israël à leur plus bas depuis 2018 – contrairement au reste du monde

Chute de 68 % des fonds levés par les entreprises technologiques par rapport à la même période en 2022 ; près de la moitié des fonds de capital-risque techs vont à l'IA

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Des travailleurs du secteur de la technologie manifestent à Tel-Aviv pour protester contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, le 31 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)
Des travailleurs du secteur de la technologie manifestent à Tel-Aviv pour protester contre la réforme du système judiciaire prévue par le gouvernement, le 31 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/ Flash90)

Les levées de fonds des startups israéliennes ont chuté au plus bas niveau depuis 2018 au premier semestre de l’année, l’incertitude politique locale amplifiant les effets de la tendance mondiale à la baisse dans l’industrie de la tech, selon un article du Start-Up Nation Policy Institute (SNPI) publié dimanche.

Les investissements dans les entreprises technologiques ont chuté de 68 % par rapport au premier semestre 2022, pour atteindre 3,7 milliards de dollars. Ce chiffre marque le montant le plus bas depuis le second semestre 2018, selon les données compilées par le rapport du SNPI sur le secteur technologique israélien pour le premier semestre 2023. SNPI est une branche de Start-Up Nation Central, qui suit le secteur.

Les startups israéliennes ont levé 2 milliards de dollars au premier trimestre de l’année, un chiffre qui a chuté à 1,7 milliard de dollars au deuxième trimestre de 2023 – le chiffre trimestriel le plus bas depuis le deuxième trimestre de 2018.

Les investissements en capital-risque ont diminué pour le sixième trimestre consécutif, tandis que les salaires réels dans cette industrie se sont stabilisés au cours des derniers mois, après une tendance à la hausse continue depuis une dizaine d’années. Le ralentissement mondial des levées de fonds conjugué à l’instabilité locale découlant du projet de refonte judiciaire très contesté du gouvernement ont été cités dans le rapport comme les principales causes du ralentissement observé dans le secteur tech.

Si ce rythme se maintient, les investissements totaux dans l’industrie technologique israélienne en 2023 devraient atteindre 7,5 milliards de dollars, soit une baisse de 55 % par rapport à 2022, selon les estimations du SNPI. Les entreprises technologiques israéliennes ont levé près de 15 milliards de dollars de capitaux l’année dernière et, en 2021, année de financement exceptionnelle, elles ont obtenu 25,6 milliards de dollars d’investissements privés au total.

« Les données du premier semestre de l’année constituent un autre signal d’alarme pour tous ceux qui s’inquiètent de l’avenir économique d’Israël », a indiqué le co-président du SNPI, le professeur Eugene Kandel. « Nous ne pouvons pas oublier qu’Israël n’a pas le monopole de la sagesse ni celui de la connaissance, et encore moins des ressources. Ce qu’Israël possède, c’est un énorme avantage technologique qui a été laborieusement construit au fil des ans et qui doit être préservé – et cela nécessite une stratégie de politiques intelligentes, cohérentes dans leurs objectifs et flexibles dans leurs capacités ».

Les tours Azrieli à Tel Aviv (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

« Le temps presse », a insisté Kandel.

Le ralentissement mondial des investissements dans les technologies qui a commencé au second semestre 2022 a été exacerbé par l’inflation mondiale, les taux d’intérêt relevés pour freiner la croissance des prix, et la faiblesse des marchés boursiers. Le ralentissement du marché a entraîné le licenciement de milliers de travailleurs, déclenchant des retraits de financement et créant un marché baissier pour les nouvelles offres technologiques, y compris pour les start-ups israéliennes.

S’il est « plausible » que les politiques des banques centrales mondiales parviennent dans les mois qui viennent à assurer un « atterrissage en douceur » de l’économie mondiale, avec une baisse progressive de l’inflation mais sans récession globale, la crise socio-politique israélienne liée à la réforme judiciaire est, elle, toujours d’actualité, prévient le rapport.

Les changements juridiques contestés proposés par le gouvernement au début de l’année ont déclenché des manifestations de masse qui durent depuis plus de six mois, rassemblant des milliers de personnes à travers le pays. De nombreux cadres et employés du secteur technologique israélien ont pris part aux manifestations, craignant que le projet juridique ne mine le système de contre-pouvoirs d’Israël et ne menace son caractère démocratique, ce qui, à son tour, risquerait de faire fuir les investissements étrangers. En 2021 et 2022, près de 80 % des investissements en capital-risque dans le secteur technologique israélien ont été générés par des fonds étrangers, selon l’Autorité de l’Innovation d’Israël (IIA).

La législation sur le projet de réforme judiciaire a été suspendue en mars pour permettre des négociations de compromis. Le mois dernier, le gouvernement a relancé son avancée législative et a commencé à faire passer certains éléments du plan à la Knesset.

« À ce stade, la probabilité d’un compromis au sein du Parlement semble faible puisque les négociations entre les deux parties ont été suspendues et que la coalition a annoncé une poursuite partielle des mesures législatives prévues », indique le rapport. « Il semble donc que l’industrie israélienne des hautes technologies doive continuer à faire face à cette incertitude.

Les employés du secteur hi-tech manifestent contre les réformes du système de la justice à Tel Aviv, le 7 février 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

L’industrie technologique emploie environ 14 % de la main-d’œuvre du pays, génère environ 18 % du produit intérieur brut (PIB) et est responsable de plus de 50 % des exportations et d’environ 30 % des charges sociales.

« Notre recommandation politique principale a été, et est toujours, de parvenir à un large consensus sur les changements législatifs afin de stabiliser l’économie israélienne en général et le secteur de la haute technologie en particulier », indique le rapport. « D’après notre analyse, les récents développements négatifs dans ce contexte sont susceptibles de poursuivre et même d’exacerber la tendance actuelle à la baisse dans l’industrie de la haute technologie. »

L’analyse montre une chute significative des investissements dans tous les principaux secteurs de l’écosystème technologique israélien au cours du premier semestre 2023 par rapport à la même période en 2022. Les Fintech et les entreprises d’infrastructure informatique et de données ont subi les plus fortes baisses dans les levées de fonds, avec un recul de plus de 80 % en glissement annuel. La baisse la plus modérée des investissements par rapport à 2022 a été enregistrée dans les technologies liées à la sécurité, principalement les entreprises de cybersécurité, et dans les domaines de l’agriculture et de la technologie alimentaire.

Alors que les entreprises technologiques israéliennes continuent de lutter contre une tendance à la baisse des investissements, des signes précurseurs montrent que l’industrie de la haute technologie en Europe et aux États-Unis est en train d’émerger du ralentissement mondial, affichant une modeste augmentation des investissements en capital-risque de 34 % et 15 %, respectivement, au cours du dernier trimestre, comme le souligne le rapport.

Révolution de l’IA

« Cette reprise repose sur la révolution de l’intelligence artificielle (IA), qui a surtout aidé les grandes sociétés technologiques à rétablir une croissance rapide après une année de stagnation », écrivent les auteurs du rapport. « Les troubles locaux risquent de couper l’industrie high-tech israélienne de la reprise mondiale du secteur technologique, réduisant ainsi sa compétitivité en cette période cruciale ».

Depuis le début de l’année, les entreprises technologiques israéliennes ont enregistré des rendements négatifs par rapport aux entreprises technologiques cotées au Nasdaq et à d’autres indices mondiaux. Durant les six premiers mois de l’année, l’indice Tel Aviv-35 des sociétés de premier ordre et l’indice boursier TA-90 ont baissé d’environ 1 à 3 %, alors que le Nasdaq a bondi de plus de 20 % et que l’indice mondial MSCI a augmenté de 12 % durant la même période, indiquant les premiers signes d’une reprise sur les marchés mondiaux, selon les données de la Bourse de Tel Aviv.

Le rapport indique que la sortie de récession du secteur mondial de la haute technologie est en partie attribuée à des investissements importants dans les technologies de l’IA. La question s’est donc posée de savoir si Israël pouvait devenir un leader dans ce domaine et participer à la course mondiale à l’IA. D’après les recherches compilées dans le rapport à partir de classements mondiaux, Israël est en excellente position en termes de capital humain, ses compétences et ses capacités de recherche étant parmi les plus élevées au monde, mais le pays est à la traîne en termes d’infrastructures et de stratégie gouvernementale en matière d’IA.

« Compte tenu des développements importants survenus depuis le début de cette décennie, à savoir une inflation tenace et un environnement de taux d’intérêt élevés, des changements géopolitiques et, avant tout, l’essor des nouvelles technologies, dont l’impact devrait être sans précédent, l’importance du partenariat entre le gouvernement et l’industrie est de plus en plus prononcée », a déclaré le PDG de la SNPI, Uri Gabai. « C’est précisément la raison pour laquelle nous sommes particulièrement préoccupés par les développements politiques de ces dernières semaines ».

« Le potentiel technologique et humain d’Israël reste l’un des meilleurs au monde, et Israël peut et doit tirer parti de la nouvelle vague technologique pour renforcer sa position dans la course mondiale à l’innovation. Toutefois, la poursuite de la tendance négative de ces derniers mois risque d’anéantir les accomplissements du secteur high-tech réalisés ici depuis 40 ans », a averti Gabai.

Israël compte environ 1 400 startups utilisant activement des technologies d’IA, dont la majorité a été fondée dès 2019, selon les données de la plateforme de recherche Start-Up National Central. À cela s’ajoutent 47 autres entreprises spécialisées dans le développement de technologies d’IA générative. Ces deux dernières années, les entreprises d’IA ont attiré environ 45 % du total des investissements en capital-risque dans l’écosystème technologique israélien.

Le mois dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé une initiative visant à formuler une politique nationale concernant les utilisations civiles et sécuritaires de l’intelligence artificielle, après s’être entretenu avec le milliardaire de la tech et chef de Twitter, Elon Musk, et avoir rendu visite au PDG d’OpenAI, Sam Altman.

Dans son rapport, la SNPI exhorte le gouvernement à agir rapidement et à formuler un plan à long terme bien structuré et ambitieux pour maintenir l’avance technologique d’Israël en renforçant les infrastructures et les capacités de calcul et en réalisant des investissements substantiels dans le capital humain et les institutions académiques dans ce domaine.

Avec l’émergence de l’IA, la nécessité d’un partenariat solide entre le gouvernement local et l’industrie est encore plus importante, a-t-on souligné.

« Le résultat principal de ce partenariat devrait être de préparer l’industrie et l’économie à une économie de plus en plus basée sur l’IA », affirme le rapport. « En effet, nous pensons que le gouvernement devrait se concentrer sur le rétablissement de la stabilité politique et macro-économique plutôt que d’essayer de ‘réparer’ la baisse des investissements dans la haute technologie, dans la mesure où les mesures fiscales visant à remédier au ralentissement d’un marché spécifique sont souvent inefficaces. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.