Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Les prochains mois seront « critiques » pour la high-tech israélienne – rapport

Dans son rapport annuel, l’IAI fait part de ses inquiétudes quant à la sous-performance des sociétés tech israéliennes et les perspectives de redressement du secteur

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La ligne d'horizon du centre financier et des affaires de Tel Aviv avec ses centres commerciaux et ses bureaux high-tech, en juin 2022 (Crédit : Elijah Lovkoff/iStock/Getty Images)
La ligne d'horizon du centre financier et des affaires de Tel Aviv avec ses centres commerciaux et ses bureaux high-tech, en juin 2022 (Crédit : Elijah Lovkoff/iStock/Getty Images)

Alors que le secteur de la haute technologie israélienne reste le moteur de croissance le plus important et le plus dynamique de l’économie israélienne sur les dix dernières années, les mois à venir seront « critiques » pour l’industrie, a averti l’Autorité de l’Innovation d’Israël (IAI) dans un rapport publié mardi.

Dans son rapport intitulé State of the High-Tech Industry in Israel 2023 [État de l’industrie de haute technologie en Israël 2023], L’IAI, qui est responsable des politiques technologiques du pays, a souligné les défis importants auxquels est confronté l’écosystème technologique israélien, qui pourraient compromettre sa position de leader mondial de l’innovation et de contributeur essentiel à l’économie du pays.

L’une des questions centrales soulevées dans le rapport est de savoir si l’industrie israélienne de la haute technologie s’alignera sur les signes de reprise que l’on peut déjà observer dans le rebond du secteur technologique américain cette année, ou s’il y a lieu de craindre qu’une crise profonde ne soit en cours, avec des caractéristiques exclusivement locales.

« Le ralentissement macroéconomique mondial, la guerre en Europe, les tensions entre la Chine et les États-Unis, la conjoncture inflationniste et des taux d’intérêt – tous ces éléments ont radicalement changé au cours des 18 derniers mois, avec pour conséquence une forte baisse des investissements dans les fonds de capital-risque », a confié le directeur général de l’IAI, Dror Bin, au Times of Israel. « Avec un degré d’incertitude si élevé, les investisseurs préfèrent généralement placer leur argent dans des endroits plus sûrs qu’une startup risquée ; nous constatons un déclin dans tous les centres technologiques du monde, mais au cours du dernier trimestre, le centre technologique israélien a été un peu plus touché ».

L’année dernière a été difficile pour l’industrie technologique israélienne, l’incertitude entourant les coûts d’emprunt et les valorisations élevées ayant poussé entrepreneurs et investisseurs à l’attentisme. Compte tenu de l’environnement financier et du ralentissement de l’économie mondiale, les actions du secteur technologique ont subi un coup dur sur les marchés mondiaux au second semestre 2022, ce qui a fait baisser les valorisations des entreprises, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Le ralentissement du marché a entraîné le licenciement de milliers de travailleurs, déclenchant des retraits de fonds et créant un marché baissier pour les nouvelles offres technologiques. Au total, en 2022, les investissements dans les startups israéliennes ont chuté de près de la moitié par rapport à l’année précédente, s’élevant à 15,9 milliards de dollars.

La tendance négative dans l’industrie high-tech israélienne s’est intensifiée ces derniers mois, en raison de l’incertitude croissante liée au projet de réforme judiciaire du gouvernement et du ralentissement des investissements étrangers.

Dror Bin, PDG de l’Autorité israélienne de l’Innovation. (Crédit : Hanna Teib)

Au premier trimestre de cette année, les entreprises technologiques israéliennes ont levé 1,7 milliard de dollars de capitaux, soit une baisse de 70% par rapport aux 5,8 milliards de dollars des trois premiers mois de 2022, selon un rapport d’IVC Research Center et de LeumiTech. Le trimestre a marqué le chiffre le plus bas en quatre ans. Cela peut se comparer à une baisse de 55 % aux États-Unis, selon le rapport.

« La situation politique en Israël crée une incertitude supplémentaire pour les entrepreneurs et les investisseurs », a expliqué Bin. « Nous aimerions que l’instabilité politique disparaisse aussi vite que possible, car la situation n’est pas bonne ».

L’industrie israélienne des hautes technologies représente 18 % du PIB local, contre moins de 10 % aux États-Unis et environ 6 % dans l’Union européenne. Près de 14 % des employés travaillent soit dans le secteur de la haute technologie, soit dans des emplois technologiques dans d’autres secteurs. L’économie israélienne repose sur les produits et les exportations de la haute technologie, qui représentent environ 50 % du total des exportations, ainsi que sur les taxes appliquées à ce secteur.

« La dépendance de l’économie israélienne sur le secteur de la haute technologie s’est considérablement accrue ces dix dernières années, c’est pourquoi nous devons tout mettre en œuvre pour préserver cette industrie et continuer à renforcer sa compétitivité sur le marché mondial », a insisté Bin.

Il a ajouté que « 91 % des investissements dans la haute technologie israélienne sont financés par le secteur privé, ce qui n’est vrai nulle part ailleurs dans le monde ».

Israël est le pays de l’OCDE où le pourcentage de financement public pour la R&D est le plus faible, puisque seuls 9 % des dépenses nationales de R&D sont financées par le gouvernement. En outre, environ 80 % des investissements en capital-risque dans la haute technologie ont été générés par des fonds étrangers au cours des années 2021 et 2022, selon le rapport.

Des travailleurs du secteur high tech manifestent contre la réforme judiciaire du gouvernement : « Le temps est compté pour la haute technologie israélienne », à Tel-Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« L’industrie israélienne de la haute technologie est unique et différente, et un tel modèle n’existe sur aucun autre marché au monde », a souligné Bin. « L’ensemble de l’économie israélienne dépend fortement des performances de ce secteur et de la confiance que lui accordent les investisseurs étrangers. »

Depuis le début de l’année, les entreprises technologiques israéliennes ont enregistré des rendements négatifs par rapport aux entreprises technologiques cotées au Nasdaq. Au cours du premier trimestre 2023, le rendement de l’indice des 100 premières entreprises technologiques cotées au Nasdaq était proche de 24 %, indiquant un début de reprise, tandis que l’indice technologique de Tel-Aviv a chuté de 1 % au cours de la même période.

« Les mois à venir seront critiques pour le secteur israélien de la haute technologie », a prévenu l’IAI dans son rapport.

« Le passé nous enseigne qu’habituellement, deux trimestres après le début de la reprise du marché boursier, comme en témoigne la hausse de l’indice Nasdaq, on observe également une augmentation des levées de fonds et de l’emploi dans l’industrie israélienne des hautes technologies », a déclaré Bin. « Compte tenu de la hausse du Nasdaq depuis le début de l’année, en temps normal, on aurait pu escompter une augmentation des levées de fonds et de l’emploi en Israël pour les mois d’été ».

« Nous ne voulons pas qu’Israël perde sa corrélation avec d’autres centres technologiques dans le monde en termes de levée de fonds », a-t-il déclaré.

Mais, sur la base des données préliminaires d’avril et de mai, « la déconnexion entre la haute technologie israélienne et les tendances mondiales suscite de réelles inquiétudes », prévient le rapport.

« Ces tendances sont inquiétantes, surtout si l’on considère la dépendance significative qui s’est créée sur le secteur de la haute technologie en Israël comme un secteur essentiel et croissant qui contribue à l’économie, et si l’on prend en compte la dépendance significative de ce secteur sur les investisseurs étrangers – plus que d’autres pôles d’innovation », peut-on lire également dans le rapport.

Pôles technologiques

Selon le rapport, Israël comptait 9 093 entreprises technologiques en avril 2023, plaçant l’écosystème des start-up israéliennes au troisième rang mondial, après San Francisco et New York.

« Nous faisons face à une situation différente de celle que nous avons connue il y a dix ans, lorsque la plupart des startups étaient créées soit dans la Silicon Valley, soit en Israël », a noté Bin. « Aujourd’hui, nous assistons à l’émergence de multiples pôles technologiques à travers le monde, avec lesquels nous sommes en concurrence pour les mêmes ressources.

« Les fonds de capital-risque se déplacent très rapidement d’un pôle technologique à l’autre, les pôles technologiques se disputent la main-d’œuvre et les entrepreneurs deviennent plus sélectifs dans le choix de l’endroit où ils veulent créer leur entreprise et de l’écosystème optimal pour ce faire », a-t-il ajouté.

Compte tenu du contexte mondial et de la concurrence de plus en plus rude des autres centres technologiques, l’Autorité de l’Innovation d’Israël a recommandé un plan stratégique visant à développer un certain nombre de domaines afin de soutenir et d’améliorer la compétitivité de l’écosystème technologique du pays.

Dans un premier temps, le gouvernement israélien devra identifier de nouveaux moteurs de croissance et canaliser les ressources et les investissements financiers vers de nouveaux marchés où la demande de nouvelles technologies, telles que les technologies climatiques et les technologies de la santé, se fera sentir. Dans ces domaines, Israël pourrait devenir un exportateur de solutions globales facilité par la suppression des barrières réglementaires.

« Une grande partie de l’innovation que nous avons observée au cours des dix dernières années a surfé sur la vague de l’économie numérique, mais les défis de l’humanité sont différents aujourd’hui », a déclaré Bin. « L’économie numérique ne contribuera pas à nourrir la population de la planète, ni à produire suffisamment d’énergie propre ou de moyens de transport intelligents.

Illustration : Des panneaux solaires installés dans le désert du Néguev, le 19 juin 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Nombre de défis humains sont aujourd’hui dans des domaines où les logiciels seuls ne suffisent plus. Il faut une combinaison de produits tangibles ou électroniques avec des logiciels et de l’intelligence artificielle », a-t-il déclaré.

Il existe environ 516 entreprises de technologies climatiques en Israël, dont 24 % opèrent dans le secteur de l’énergie et 37 % dans celui de l’agriculture, de l’alimentation et de l’eau. Le rythme des levées de fonds pour les entreprises de la climate tech a été multiplié par trois, passant de moins d’un demi-milliard de dollars en 2018-2019 à plus de 2,5 milliards de dollars en 2021, indique le rapport.

Ensuite, Israël devra œuvrer pour accroître la diversification démographique et géographique de son secteur high-tech du centre du pays vers d’autres régions du pays et promouvoir l’intégration de groupes de population largement sous-représentés.

Troisièmement, le gouvernement doit créer des incitations pour encourager les entrepreneurs israéliens à créer de nouvelles start-ups, qui sont en déclin ces dernières années, en leur fournissant un cadre propice à leur développement en tant qu’entreprises israéliennes et à leur réussite à l’échelle mondiale.

« L’innovation s’intensifie de manière exponentielle et déterminera quels pays sont en tête en termes de résilience nationale et économique », a déclaré le président de IAI, Ami Appelbaum. « Nous sommes au seuil d’une période où trois domaines d’innovation sont sur le point de transformer le monde tel que nous le connaissons : L’IA générative, l’informatique et la communication quantiques, et l’innovation dans les domaines liés au climat. »

« La nécessité de préserver la résilience nationale d’Israël ne permet pas au pays de ralentir l’innovation dans l’un de ces domaines ni d’être à la traîne. Nous traversons une période de crise économique et sociale profonde, mais aussi une période qui présente des opportunités tant est que nous sachions la naviguer avec sagesse », a souligné Appelbaum.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.