Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Netanyahu : Israël développera des politiques pour l’utilisation de l’IA

Le Premier ministre vante le potentiel du pays en tant que puissance, affirmant que Musk (Twitter) et Altman (OpenAI) pensent aussi qu'Israël deviendra un acteur majeur de l'IA

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la conférence et de l'exposition Cybertech Israel à laquelle ont participé des milliers de grandes entreprises multinationales, de PME, de start-ups, d'investisseurs privés et d'entreprises, de sociétés de capital-risque, d'experts et de clients, à Tel Aviv, le 31 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90/Dossier)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la conférence et de l'exposition Cybertech Israel à laquelle ont participé des milliers de grandes entreprises multinationales, de PME, de start-ups, d'investisseurs privés et d'entreprises, de sociétés de capital-risque, d'experts et de clients, à Tel Aviv, le 31 janvier 2016. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90/Dossier)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi qu’il avait l’intention de formuler une politique nationale concernant les utilisations civiles et sécuritaires de l’intelligence artificielle (IA), après s’être entretenu avec le milliardaire de la technologie et chef de Twitter, Elon Musk, et avoir rendu visite au PDG d’OpenAI, Sam Altman.

Selon Netanyahu, Musk a estimé qu’Israël pouvait devenir un leader dans le développement de l’IA, mais il a également évoqué la nécessité de comprendre les dangers inhérents à cette nouvelle technologie.

Musk a réagi sur Twitter, remerciant Netanyahu d’avoir reconnu les risques que les nouveaux outils d’IA font peser sur la sécurité de l’humanité.

Le Premier ministre a déclaré que dans les prochains jours, il convoquerait des groupes de travail spéciaux « pour délibérer sur une politique nationale en matière d’intelligence artificielle, tant dans le domaine civil que dans celui de la sécurité », affirmant qu’Israël deviendrait « une puissance nationale dans le domaine de l’intelligence artificielle ».

Musk et Altman sont tous deux des leaders dans ce domaine, qui a connu des avancées considérables ces dernières années. La sortie du célèbre chatbot d’IA ChatGPT au début de l’année par OpenAI, que Musk a contribué à fonder, a montré les possibilités des nouveaux outils d’IA et a contribué à susciter l’intérêt pour la technologie, ainsi que des inquiétudes quant aux dangers qu’elle peut poser.

« Nous sommes au début d’une nouvelle ère pour l’humanité, l’ère de l’intelligence artificielle », a déclaré Netanyahu dans un message vidéo diffusé sur les réseaux sociaux.

« Les choses changent à un rythme effréné et Israël doit formuler une politique nationale sur cette question », a-t-il poursuivi.

Netanyahu a déclaré que Musk et lui-même « ont longuement discuté de deux choses : d’une part, la nécessité pour les gouvernements de comprendre à la fois les opportunités et les dangers de l’IA. Et d’autre part, il a estimé qu’Israël pouvait devenir un acteur mondial important dans ce domaine.

Elon Musk quittant le Phillip Burton Federal Building et le United States Court House, à San Francisco, le 24 janvier 2023. (Crédit : Benjamin Fanjoy/AP)

Netanyahu a ajouté que Altman, qui est en visite en Israël, a également déclaré qu’Israël pourrait devenir un acteur majeur dans le développement de l’IA.

Musk a remercié Netanyahu d’avoir « reconnu les préoccupations concernant la sécurité de la super-intelligence numérique, qui concerne l’ensemble de l’humanité ».

Fin mars, Musk et d’autres personnalités impliquées dans la technologie ont demandé que le développement de l’IA soit interrompu pendant six mois, afin de mieux planifier et gérer son utilisation.

La semaine dernière, Altman et de hauts responsables d’autres entreprises spécialisées dans l’IA ont averti que cette technologie présentait un risque d’extinction pour l’humanité et que l’atténuation de ce risque devait être considérée comme une priorité au même titre que les pandémies et les guerres nucléaires.

« Je pense que ce serait une erreur de réglementer strictement ce domaine ou d’essayer de ralentir cette incroyable innovation », a toutefois déclaré Altman depuis Tel Aviv.

Mais il a ajouté qu’il y avait un risque de créer une « super-intelligence qui ne soit pas vraiment bien alignée » sur les besoins de la société dans les dix ans à venir. Il a suggéré la création d’une « organisation internationale » qui utiliserait « la puissance de calcul et [des outils] techniques » pour créer « un cadre (…) délivrant des licences à des interfaces d’intelligence artificielle, pour en vérifier leur système de sécurité et [leur] proposer des tests à passer ».

La chaleureuse conversation entre Netanyahu et Musk a eu lieu quelques semaines après que le ministère des Affaires étrangères a accusé Musk d’alimenter la rhétorique antisémite sur Twitter, après qu’il a comparé le philanthrope et survivant de la Shoah George Soros à un super-vilain de bande dessinée, des commentaires qui ont été critiqués par l’Anti-Defamation League (ADL) comme étant « dangereux » et risquant « d’enhardir les extrémistes antisémites ».

Selon la publication du compte Twitter officiel du ministère des Affaires étrangères, le tweet de Musk avait des « connotations antisémites », notant que l’expression « The Jews » avait, en conséquence, grimpé en flèche dans la liste des sujets en vogue sur Twitter (TopTweet). Fait inhabituel : le tweet du ministère des Affaires étrangères avait été rapidement dénoncé par le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen.

Illustration : Le coche bleu d’Elon Musk à côté de son nom sur un smartphone, à Los Angeles, en Californie, le 20 avril 2023. (Crédit : Chris Delmas/AFP)

Plus tard en mai, le ministère israélien de la Santé a reproché à Elon Musk de se livrer à des « fake news », après qu’il eut retweeté un site de blog d’extrême-droite qui diffuse des théories du complot et qui affirmait que les données du ministère démontraient qu’aucune jeune personne en bonne santé n’était décédée des suites de la maladie COVID-19.

Le ministère a indiqué dans son tweet qu’il savait, d’après des cliniciens, que des jeunes en bonne santé étaient morts du COVID-19 en Israël, et que les données seraient bientôt disponibles.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.