Rechercher

Les USA et Israël combattent ensemble la menace iranienne, dit Pelosi à la Knesset

A la tête d'une délégation démocrate, la présidente de la Chambre américaine a aussi évoqué des liens sécuritaires entre les deux pays "à toute épreuve"

La présidente de la Chambre américaine Nancy Pelosi avec le président de la Knesset, Mickey Levy, à son arrivée à la Knesset de Jérusalem, le 16 février 2022. (Crédit :  Oliver Fitoussi/Flash90)
La présidente de la Chambre américaine Nancy Pelosi avec le président de la Knesset, Mickey Levy, à son arrivée à la Knesset de Jérusalem, le 16 février 2022. (Crédit : Oliver Fitoussi/Flash90)

La présidente de la Chambre américaine, Nancy Pelosi, a déclaré lors d’une cérémonie qui a eu lieu mercredi à la Knesset que les États-Unis et Israël étaient alliés face à la menace de l’Iran.

« Nous nous tenons côte à côte dans le combat contre le terrorisme iranien dans la région, mais aussi face à ses avancées nucléaires. La menace nucléaire que fait planer l’Iran est mondiale. Elle est une menace pour le monde », a dit Pelosi.

« La proximité d’Israël avec l’Iran est une inquiétude que nous nourrissons tous et elle est une responsabilité pour nous tous », a-t-elle ajouté.

Les pourparlers visant à redonner vie à l’accord sur le nucléaire moribond qui a été signé en 2015 avec l’Iran sont encore en cours et – initiative inhabituelle – des diplomates israéliens se sont rendus à Vienne pour y rencontrer mardi les négociateurs impliqués. Israël n’est pas partie prenante des discussions et s’est réservé le droit d’agir seul contre le programme nucléaire de l’Iran si cela devait s’avérer nécessaire, indépendamment de l’issue des pourparlers.

Pelosi est à la tête d’une délégation du Congrès actuellement en visite en Israël. Elle est accompagnée par d’autres Démocrates membres du Congrès, Adam Schiff, Ted Deutch, Barbara Lee, Bill Keating, Eric Swalwell, Ro Khanna et Andy Kim.

Pelosi a évoqué un groupe de députés « très puissants et tout aussi hétéroclite » et qui, tous, sont des soutiens de l’État juif.

La présidente de la Chambre américaine a expliqué que la délégation témoigne « d’un attachement bipartisan au lien à toute épreuve qui unit Israël et les États-Unis, un lien qui s’est construit sur la sécurité mutuelle, sur nos intérêts économiques, sur nos valeurs communes et sur notre engagement en faveur de la démocratie. »

Elle a fait l’éloge de l’amitié témoignée à l’égard d’Israël par le président américain Joe Biden – une amitié qui, a-t-elle ajouté, s’est reflétée dans les politiques qu’il a pu adopter au cours des années.

Pelosi a toutefois voulu souligner que le gouvernement des États-Unis restait attaché à « une solution à deux États, juste et durable ».

« Cela fait longtemps que j’affirme que la plus grande réussite du 20e siècle a été l’établissement de l’État d’Israël et je suis très fière que les États-Unis soient l’allié le plus ancien d’Israël », a-t-elle continué, se souvenant que son père, lui-même député, avait défendu avec force la fondation de l’État juif.

Pelosi a également salué le rôle de leader d’Israël pendant la pandémie, rappelant également que les deux nations doivent s’attaquer à la crise du climat qui est également une menace sécuritaire.

La présidente de la Chambre américaine, Nancy Pelosi, à la Knesset de Jérusalem, le 16 février 2022. (Crédit : Oliver Fitoussi/Flash90

Une cérémonie officielle à la Knesset avait été organisée pour accueillir la délégation.

Dans le livre d’or du Parlement israélien, Pelosi a écrit que « le lien sécuritaire entre les États-Unis et Israël est invulnérable. Notre amitié est éternelle ».

Dans des propos tenus en plénière de la Knesset devant les députés israéliens et américains, le président du Parlement, Mickey Levy, a cité les émeutes survenues au Capitole américain, au mois de janvier l’an dernier, comme exemple de la nécessité de dire la vérité et de mettre un terme à la propagation des théories du complot.

« Alors que la vérité ne devient qu’une alternative parmi de nombreuses autres, nous voyons aujourd’hui des voyous ayant subi un véritable lavage de cerveau prendre d’assaut les institutions de l’État, persuadés au plus profond de leur âme de sauver la nation », a dit Levy.

Le président de la Knesset Mickey Levy à la Knesset de Jérusalem, le 16 février 2022. (Crédit : Knesset/GPO)

« A vos côtés, nous avons pu observer, choqués, cette vision difficile d’une foule massive prenant violemment d’assaut le Capitole. C’est un signal d’alarme pour toutes les démocraties libérales, un signal d’alarme qui montre le réel danger de la propagation des fake news et des théories du complot. Et si c’est arrivé aux États-Unis, alors cela peut arriver partout », s’est exclamé le président du parlement.

Levy a aussi évoqué la menace iranienne et la nécessité pour les États-Unis et Israël d’affronter ensemble cette menace.

« L’Iran est un État terroriste dont les actions visent à semer le chaos, la destruction partout dans le monde. Nous nous souvenons du soutien ferme apporté par les États-Unis à Israël à travers toute l’Histoire. Et nous sommes tous ici, à la Knesset, avec le même message, celui que l’Iran ne doit jamais être autorisé à développer des capacités nucléaires », a-t-il continué.

Le groupe américain doit rencontrer le Premier ministre Naftali Bennett, le président Isaac Herzog, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le ministre de la Défense Benny Gantz et d’autres hauts-responsables israéliens.

La délégation partira aussi à Ramallah où elle s’entretiendra avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Pelosi est considérée comme un soutien fervent d’Israël et elle a tissé des relations solides avec la communauté juive américaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...