Levin : le mariage de Chelsea Clinton est la preuve de l’assimilation des Juifs réformés
Rechercher

Levin : le mariage de Chelsea Clinton est la preuve de l’assimilation des Juifs réformés

"Dans 2 ou 3 générations, la communauté va disparaître", a affirmé le ministre du Tourisme

Chelsea Clinton à Philadelphie en 2008 (Crédit : Kyle Cassidy/CC BY/via Wikipedia)
Chelsea Clinton à Philadelphie en 2008 (Crédit : Kyle Cassidy/CC BY/via Wikipedia)

Un ministre israélien a cité le mariage de Chelsea Clinton, la fille de Hillary et Bill, à un homme juif comme un exemple de la mesure dans laquelle les Juifs réformés américains se sont assimilés, et a déclaré que tous les Juifs réformés disparaîtraient dans deux ou trois générations.

Le ministre du Tourisme, issu du parti Likud, Yariv Levin, un Juif laïque, participait à un débat avant le vote du cabinet de dimanche qui a approuvé un compromis historique permettant aux courants non orthodoxes du judaïsme à prier sur un nouveau site au mur Occidental.

« Les Juifs réformés aux États-Unis représentent un monde qui est en train de mourir », a déclaré Levin, à propos de la plus grande dénomination juive en Amérique.

« L’assimilation se déroule sur une vaste échelle. Ils n’ont même pas de suivi correct dans leurs communautés. Cela est attesté par le fait qu’un homme qui se qualifie lui-même de rabbin réformiste se tient là-bas avec un prêtre et officie au mariage de la fille de Hillary Clinton et personne ne le condamne et cela le légitime », a déclaré Levin.

Levin a dit que la véritable question – le débat sur l’opportunité d’autoriser la prière non-orthodoxe au mur Occidental – deviendrait inutile, de toute façon dans « deux à trois générations » parce que tous les Juifs réformés seraient assimilés d’ici là.

Levin a ensuite voté en faveur du compromis.

Le directeur du mouvement de la Réforme en Israël, le rabbin Gilad Kariv, a critiqué les commentaires de Levin et a déclaré que cela montrait « l’ignorance, la condescendance et la haine », et a dit qu’il faisait de « l’incitation [à la haine] contre des millions de Juifs de la diaspora ».

Yariv Levin le 24 juillet 2012 (Crédit : Uri Lenz/Flash90)
Yariv Levin le 24 juillet 2012 (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Kariv a ajouté que « Levin doit se rassurer, le nombre de Juifs réformés ne fera qu’augmenter en deux générations, grâce aussi à des centaines de milliers d’Israéliens qui choisissent de croire en un judaïsme tolérant, modéré et égalitaire ».

La décision du gouvernement d’approuver un nouveau site pour la prière pluraliste au mur a été saluée par les représentants de plusieurs courants non orthodoxes.

Mais le député Moshe Gafni, du parti ultra-orthodoxe Yahadout Hatorah, a promis qu’il n’y aurait jamais de reconnaissance officielle des Juifs réformés, qu’il a qualifié de « tas de clowns qui plante un couteau dans la sainte Torah. Toujours et à jamais il n’y aura aucune reconnaissance de ce groupe de clowns, pas au mur Occidental, ni nulle part ailleurs ».

Le dirigeant de la Fondation Ruderman Family, Jay Ruderman en avril 2014. (Crédit : Noam Galai)
Le dirigeant de la Fondation Ruderman Family, Jay Ruderman en avril 2014. (Crédit : Noam Galai)

La Ruderman Family Foundation, une organisation philanthropique se concentrant sur les relations entre les Juifs en Israël et aux Etats-Unis, a critiqué les commentaires de Gafni.

« Le même jour où le gouvernement israélien a reconnu le droit de tous les Juifs d’adorer sur le site le plus sacré du judaïsme, en renforçant les relations d’Israël avec la grande majorité des Juifs de la Diaspora, un membre de haut rang de la coalition du Premier ministre [Benjamin] Netanyahu a encore une fois insulté le plus grand courant religieux de la communauté juive américaine », a déclaré Jay Ruderman, le président de la fondation.

« En traitant plus d’1,5 million de Juifs réformés américains de ‘clowns’, le président de la commission des Finances de la Knesset, Moshe Gafni a tenté de créer un fossé entre l’Etat juif et la communauté juive la plus importante de diaspora ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...