L’ex-maire de Jérusalem détrône Netanyahu comme député israélien le plus riche
Rechercher

L’ex-maire de Jérusalem détrône Netanyahu comme député israélien le plus riche

Nir Barkat sera le candidat le plus riche du scrutin du 9 avril, juste devant sa belle-sœur - Alona Barkat, nouvelle venue en politique

Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, lors d'une conférence de presse à la municipalité de Jérusalem au sujet de son différend avec le ministère des Finances sur le budget de la ville, le 1er janvier 2018 (Crédit : Flash90)
Le maire de Jérusalem, Nir Barkat, lors d'une conférence de presse à la municipalité de Jérusalem au sujet de son différend avec le ministère des Finances sur le budget de la ville, le 1er janvier 2018 (Crédit : Flash90)

Alors que la fusion, la semaine dernière, des partis politiques de Benny Gantz et de Yair Lapid a plongé dans une incertitude considérable la campagne de réélection du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ce dernier peut dores et déjà être sûr d’avoir perdu un titre – celui de membre le plus riche de la Knesset.

Cette place revient désormais à l’ancien maire de Jérusalem, Nir Barkat, selon une liste des responsables politiques israéliens les plus riches publiée dimanche par Forbes.

Barkat qui, selon les estimations du magazine économique, disposerait d’une fortune de 500 millions de shekels, occupe la 9e place de la liste électorale du Likud après une impressionnante démonstration de force lors des primaires. Il devrait facilement faire son entrée à la Knesset – les sondages accordant une trentaine de sièges à l’actuel parti au pouvoir.

Avant de faire son chemin dans la politique municipale de Jérusalem, Nir Barkat et son frère Eli avaient fondé une entreprise d’anti-virus, qui fut ultérieurement transformée en fonds d’investissement pour des entreprises high-tech.

Deuxième du classement, Alona Barkat, sa belle-sœur, avec une fortune qui s’élèverait à 460 millions de shekels – dont une grande partie provient d’investissements technologiques.

Alona Barkat, célèbre propriétaire de l’équipe de football Hapoel Beer Sheva, a rejoint au début du mois la formation HaYamin HaHadash, dont elle occupe la troisième place de la liste électorale.

Alona Barkat, propriétaire de l’Hapoel Beer Sheva, au Turner Stadium de Beer Sheva le 8 mai 2018. (Crédit : AFP / MENAHEM KAHANA)

Parmi les responsables politiques en exercice, Forbes désigne Netanyahu comme étant le plus riche, avec 50 millions de dollars d’actifs dont une grande partie viendrait de ses travaux et de ses conférences en tant que consultant, une activité qu’il avait menée pendant son congé sabbatique de la politique, après avoir perdu les élections de 1999 face au travailliste Ehud Barak.

Derrière Netanyahu vient le ministre de l’Education Naftali Bennett, co-dirigeant de HaYamin HaHadash, avec 32 millions de shekels. Bennett est l’un des co-fondateurs de la compagnie technologique Cyota, qui a été rachetée en 2005 par la firme américaine RSA Security.

Le chef du Parti travailliste Avi Gabbay, ancien directeur-général du géant des télécommunications Bezeq, suit avec une fortune estimée à 29 millions de shekels, devant le ministre du Likud Haim Katz, avec 28 millions de shekels. Katz a été numéro un du syndicat des travailleurs de l’IAI, les entreprises aérospatiales israéliennes, avant de faire ses débuts en politique.

Vient ensuite le leader du parti Yesh Atid, Yair Lapid, ancien présentateur de télévision, avec 25 millions de shekels.

Parmi les autres noms notables, l’ex-chef d’état-major Benny Gantz. Selon Forbes, il disposerait d’un patrimoine d’environ 8 millions de shekels, même si le magazine note ne pas avoir inclus sa retraite militaire qui pourrait porter ce patrimoine à 20 millions de shekels au moment où l’ex-général, âgé actuellement de 59 ans, aura 80 ans.

L’ancien Premier ministre Ehud Barak assiste à une conférence marquant le 50ème anniversaire de la guerre des Six Jours, à l’Institut Ben Zvi de Jérusalem le 5 juin 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Même s’il n’assume plus de mandat de député et qu’il ne se présentera pas lors du scrutin, le troisième sur la liste est Ehud Barak, que le magazine a choisi d’inclure en raison de ses activités politiques continues.

La richesse de Barak est estimée à 120 millions de shekels. Forbes ajoute que c’est l’ex-Premier ministre qui a connu le plus grand accroissement de sa fortune grâce à ses investissements dans la firme de cannabis médical InterCure, à une hausse de la valeur de ses biens immobiliers et à l’argent qu’il a accumulé en donnant des conférences rémunérées et en menant des activités de conseil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...