LGBT : L’armée empêche les soldats de participer aux manifestations « politiques »
Rechercher

LGBT : L’armée empêche les soldats de participer aux manifestations « politiques »

Néanmoins, ils ne seront pas punis pour avoir rejoint la grève nationale protestant contre l'exclusion des hommes gays de la nouvelle loi sur les mères porteuses

Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participent à une manifestation contre un amendement à la Knesset refusant la gestation pour autrui pour les hommes homosexuels, à Jérusalem le 22 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participent à une manifestation contre un amendement à la Knesset refusant la gestation pour autrui pour les hommes homosexuels, à Jérusalem le 22 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

L’armée israélienne a interdit dimanche aux soldats de participer aux différentes grèves organisées à travers tout le pays pour protester contre l’exclusion des homosexuels d’une loi sur les mères porteuses récemment adoptée.

Puisque « la nature des manifestations est ostensiblement politique, il est interdit de participer à ces manifestations, » a affirmé l’armée dans un communiqué.

La décision a été prise samedi par le général de division Moti Almoz.

Almoz a cependant déclaré que bien que les soldats soient officiellement bannis des manifestations, l’armée ne prendrait pas de mesures disciplinaires contre ceux qui choisissent d’y participer.

Chen Arieli, une influente militante israélienne des LGBT, a déclaré au quotidien Haaretz être « profondément déçue » par la directive de l’armée. Elle a appelé le chef d’état-major, Gadi Eizenkot, à « clarifier [le fait] que les soldats ont le droit de participer aux manifestations ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...