Liberman à Assad : « Mettez les Iraniens dehors »
Rechercher

Liberman à Assad : « Mettez les Iraniens dehors »

"Je ne crois pas que ce soit complètement terminé", a affirmé le ministre de la Défense en parlant de la confrontation

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, au centre, rencontre le chef du conseil régional du Golan Eli Malka, à gauche, et le chef du conseil régional de  Katrzin, Dmitry Apartzev, à droite, durant une visite de la ville de Katzrin sur le plateau du Golan, le 11 mai 2018 (Crédit :  Ariel Hermoni/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, au centre, rencontre le chef du conseil régional du Golan Eli Malka, à gauche, et le chef du conseil régional de Katrzin, Dmitry Apartzev, à droite, durant une visite de la ville de Katzrin sur le plateau du Golan, le 11 mai 2018 (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Après qu’Israël a frappé des cibles iraniennes en Syrie cette semaine suite à des tirs de roquettes par l’Iran sur le plateau du Golan, le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a demandé au président syrien Bashar al-Assad de faire quitter la Syrie à l’Iran.

« J’adresse ce message à Assad : mettez les Iraniens dehors, mettez Ghassem Souleimani et al-Qods dehors. « Ils ne vous rendent pas service, ils ne font que nuire et leur présence ne fait que causer des dégâts et des problèmes », a-t-il dit à l’occasion d’une visite à Katzrin, ville du plateau du Golan.

Ghassem Souleimani commande la brigade al-Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne.

Liberman a également averti que le conflit contre l’Iran en Syrie pourrait ne pas être terminé malgré les gros dégâts infligés aux structures militaires de la république islamique.

« Je ne crois pas que ce soit complètement terminé », a dit M. Liberman en parlant de la confrontation, « nous surveillons attentivement la situation et nous devançons les évènements de manière responsable et résolue ».

« Il n’y a rien de tel que le péché d’orgueil, l’arrogance n’a pas sa place ici », a-t-il dit. « Tout doit être appréhendé dans sa juste proportion ».

L’armée israélienne a frappé jeudi matin ce qu’elle a présenté comme des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie, en représailles au tir, par les forces iraniennes selon elle, d’une vingtaine de roquettes en direction de ses positions sur le Golan, de l’autre côté de la ligne de démarcation.

Après des décennies d’hostilité à distance et des semaines de tensions grandissantes autour du théâtre syrien, il s’agit de la plus grave confrontation entre intérêts israéliens et iraniens depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...