Liberman affirme n’avoir « rien à voir » avec la négociation d’une trêve à Gaza
Rechercher

Liberman affirme n’avoir « rien à voir » avec la négociation d’une trêve à Gaza

En visite dans les communautés frontalières, le ministre de la Défense a indiqué ne pas croire à un cessez-le-feu à long-terme mais au calme induit par l'assistance économique

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman durant une visite dans une communauté israélienne dans la périphérie de Gaza, le 24 août 2018 (Crédit : Ariel Hermony/ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman durant une visite dans une communauté israélienne dans la périphérie de Gaza, le 24 août 2018 (Crédit : Ariel Hermony/ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a indiqué vendredi qu’il n’avait « rien à voir » avec les pourparlers portant sur un accord de cessez-le-feu à long terme avec le Hamas dans la bande de Gaza.

S’exprimant durant une visite dans les communautés de la périphérie de Gaza, Liberman a indiqué n’être « pas impliqué » et ne pas croire à un accord avec le Hamas et que si le groupe terroriste veut des progrès dans la bande de Gaza, il devra tout d’abord rendre les captifs israéliens et les dépouilles des soldats qui se trouvent actuellement entre ses mains.

« Et concernant toutes les informations portant sur un arrangement [à Gaza], je n’ai rien à voir avec ça », a-t-il affirmé. « Je ne suis pas impliqué dans la question d’un accord, je n’y crois pas. Le seul accord, c’est la réalité sur le terrain ».

Il a ajouté que le Hamas était « une organisation terroriste dont le principal objectif est la destruction d’Israël et je ne pense donc pas qu’il y ait quoi que ce soit dont parler avec le Hamas. La seule chose que nous disons par l’intermédiaire des Egyptiens et d’autres et ils comprennent cela, c’est qu’il n’y aura aucun mouvement de notre part et aucun nouvel accord… avant que ne soit trouvée une solution pour les captifs et les portés-disparus ».

Le Hamas retiendrait les dépouilles des soldats israéliens Oron Shaul et Hadar Goldin, dont les corps avaient été capturés par le groupe terroriste après qu’ils soient tués à Gaza durant la guerre de 2014. Il détiendrait également en captivité les citoyens Avraham Mengistu et Hisham al-Sayed, entrés de leur plein gré au sein de l’enclave côtière.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, à droite, au cours d’une visite dans une communauté israélienne dans la périphérie de Gaza, le 24 août 2018 (Crédit : Ariel Hermony/ministère de la Défense)

Liberman a déclaré qu’Israël ferait tout ce qui est en son pouvoir pour garantir le calme pour les communautés situées à proximité de Gaza. « Avant tout, nous voulons le calme sur le front sécuritaire. Si nous décidons que nous n’avons pas le choix et qu’il est nécessaire que nous lancions une opération militaire, alors nous ferons ce qui doit être fait. Nous en déterminerons la date et nous en définirons les termes ».

De nombreuses informations ont fait savoir qu’Israël était en pourparlers avancés avec le Hamas sous médiation de l’Egypte et de l’ONU pour une trêve à long-terme dans la bande de Gaza.

Le démenti de l’implication de Liberman dans cet accord semble contredire les affirmations d’un autre membre du cabinet, Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi, qui a lourdement critiqué le ministre de la Défense pour ce qu’il a considéré comme une mauvaise stratégie à Gaza – jurant de s’opposer à tout accord passé avec le Hamas.

Le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, s’adresse à la presse avant la réunion hebdomadaire du cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 25 mars 2018. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Liberman lui-même a reconnu qu’une médiation égyptienne et des Nations unies était en place dans le cadre d’une initiative visant le retour au calme.

Dimanche, Liberman a déclaré que « l’objectif » du gouvernement pour Gaza était le renversement des gouvernants du Hamas pour permettre aux résidents palestiniens de l’enclave côtière de bénéficier des avantages économiques de la paix avec Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...