Liberman : Pas de nouveaux impôts, dépenses ciblées, fiscalité « responsable »
Rechercher

Liberman : Pas de nouveaux impôts, dépenses ciblées, fiscalité « responsable »

Le ministre des Finances souhaite faire adopter un budget de 14 mois d'ici novembre, mais cela risque d'être "très difficile" compte tenu de la composition du gouvernement

Avigdor Liberman en route pour une photo de groupe du gouvernement israélien nouvellement assermenté à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)
Avigdor Liberman en route pour une photo de groupe du gouvernement israélien nouvellement assermenté à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a déclaré mardi qu’aucun nouvel impôt ne serait imposé aux citoyens, mais que son ministère adopterait une approche conservatrice en matière de politique budgétaire, en réduisant les dépenses et en se concentrant sur les domaines prioritaires, tout en s’efforçant de réduire le déficit public et le ratio dette/PIB.

Liberman s’est exprimé lors de la conférence économique annuelle Eli Hurvitz organisée à Jérusalem par l’Institut israélien pour la démocratie.

Au cours des trois années précédentes, avant la formation du nouveau gouvernement, aucune discussion budgétaire, aucune réforme ni législation n’a eu lieu et l’économie a fonctionné en pilote automatique en raison de la « crise politique profonde » qui a frappé la nation, a-t-il déclaré.

Alors qu’Israël était confronté à la pandémie de coronavirus tout en étant confronté à une longue impasse politique, le déficit budgétaire a grimpé à environ 12 % et le ratio dette/PIB à plus de 70 %, a déclaré Liberman.

Les récentes discussions sur l’augmentation des niveaux d’endettement à la lumière de la crise provoquée par la pandémie ne sont pas adaptées à l’économie israélienne, a-t-il déclaré. « Nous sommes un petit acteur dans une économie mondiale », a-t-il déclaré. Les États-Unis, le Royaume-Uni et le Japon sont des puissances économiques, a-t-il ajouté. « Nous ne sommes pas comme eux, nous sommes différents… nous devons connaître notre place. »

Si Israël se lançait dans des dépenses « folles », a-t-il déclaré, le FMI et l’OCDE tireraient la sonnette d’alarme, les sociétés de notation abaisseraient la note d’Israël et les taux d’intérêt augmenteraient. « Cela reviendrait à perdre le contrôle de notre économie », a-t-il déclaré.

« Nous aurons une politique d’État responsable », a-t-il dit, mais « sans impôts ».

Le Premier ministre Naftali Bennett, face caméra, lors d’une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 20 juin 2021. (Crédit : Amit Shabi/POOL)

Liberman a déclaré qu’il souhaitait mettre en place un budget national de 14 mois qui serait approuvé en novembre, mais qu’il serait « très difficile de le faire passer avec la très faible majorité dont jouit actuellement la coalition ».

Le ministère des Finances se réunira dans deux semaines pour discuter en profondeur de ses politiques.

L’accent sera mis sur la stimulation de la croissance via les investissements et l’augmentation de la productivité, sur l’accroissement de l’efficacité du gouvernement tout en réduisant les activités redondantes, et sur la mise en place d’un réseau de sécurité sociale pour les populations dans le besoin.

Il a déclaré que les projets d’infrastructure devraient être financés par des fonds publics en partenariat avec les investisseurs institutionnels locaux et le secteur privé, qui sont à la recherche de pistes d’investissement, et que les investisseurs institutionnels devraient être encouragés à investir dans l’innovation en supprimant les obstacles réglementaires qui se dressent sur leur chemin.

À l’instar d’autres nations mondiales, Israël approuvera la convention fiscale numérique de l’OCDE ainsi que la politique mondiale de taxe carbone, a déclaré Liberman. Il a ajouté qu’il agira pour permettre à Israël d’importer des produits qui ont été approuvés par les organismes de réglementation des normes mondiales, sans avoir à obtenir d’autres approbations de l’institut de normalisation local, afin de faciliter les importations et de faire baisser les prix.

Le programme de mise à pied générale lancé pour aider les travailleurs pendant la pandémie sera interrompu comme prévu, a-t-il dit, mais continuera à être appliqué aux employés des secteurs qui n’ont pas encore retrouvé leurs activités d’avant la pandémie, en particulier dans les industries du voyage et du tourisme, et à d’autres personnes spécifiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...