Limoges : Un militant d’extrême droite arrêté pour terrorisme
Rechercher

Limoges : Un militant d’extrême droite arrêté pour terrorisme

Dans un message sur Facebook, l’homme avait écrit : "Vos monuments juifs et franc-maçons, on va les dégommer"

La synagogue de Limoges. (Crédit : Aimelaime / Creative Commons Attribution)
La synagogue de Limoges. (Crédit : Aimelaime / Creative Commons Attribution)

Aurélien C., ancien militaire et ancien gilet jaune âgé de 36 ans, reconverti dans la sécurité privée, a été arrêté ce mardi à son domicile à Limoges par les services de renseignement intérieur français (DGSI), a révélé Le Parisien.

L’homme est soupçonné d’avoir projeté une attaque contre la communauté juive. L’enquête, ouverte pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », devra déterminer si le projet était ou non abouti.

Des engins incendiaires de type mortiers ont été retrouvés par la police lors de la perquisition de son domicile.

Son arrestation a été menée en raison de ses recherches Internet. L’homme aurait ainsi cherché des informations sur des synagogues de Limoges et des établissements de la communauté juive.

Sur Facebook, Aurélien C. avait également écrit : « Vos monuments juifs et franc-maçons, on va les dégommer. » Il indiquait aussi vouloir « tuer la République ».

Sa page révélait davantage ses idées extrémistes, antisémites et islamophobes. L’homme apportait son soutien à diverses personnalités d’extrême droite et avait notamment publié la traduction française du manifeste de Brenton Tarrant, auteur de l’attentat contre des mosquées à Christchurch (Nouvelle-Zélande) qui avait fait 51 morts en mars 2019. Il avait également glorifié le terroriste norvégien Anders Breivik, responsable de la mort de 77 personnes.

Déjà, en 2018, Aurélien C. avait été condamné à cinq mois de prison par le tribunal correctionnel de Limoges pour « détention d’armes sans autorisation ». Les faits avaient été commis lors d’une manifestation de Gilets jaunes.

Lors de son procès, l’homme avait déclaré : « Cette histoire de Gilets jaunes me monte à la tête. Sur les réseaux sociaux, je m’emporte. Entre ce que je dis et ce que je fais, il y a des années-lumière. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...