Rechercher

L’Israélien arrêté en Grèce sur la base d’un mandat d’Interpol « erroné » est libéré

Dudi Ashkenazi a été libéré mais il ne peut pas encore quitter l’île de Rhodes. Selon son avocat, il pourrait réclamer une compensation financière à Interpol

Une photo de Dudi Ashkenazi, arrêté alors qu'il était en vacances avec sa femme Racheli sur l'île de Kos, en Grèce. (Crédit : Autorisation)
Une photo de Dudi Ashkenazi, arrêté alors qu'il était en vacances avec sa femme Racheli sur l'île de Kos, en Grèce. (Crédit : Autorisation)

Les autorités grecques ont relâché un Israélien, mais lui ont temporairement interdit de quitter l’île de Rhodes, où il était détenu depuis 14 jours en raison, selon lui et Israël, d’un mandat d’Interpol erroné.

Le tribunal a ordonné que Dudi Ashkenazi reste à Rhodes jusqu’à ce qu’une décision finale soit prise sur son sort.

Arrivé en vacances avec sa femme le mois dernier, il avait été placé en détention pour trafic de drogue présumé au Pérou en 2012.

Israël a déclaré aux autorités grecques que la photo figurant sur le mandat d’Interpol ne correspondait pas à Ashkenazi, et que toute cette histoire était une erreur.

Selon le site d’information Walla, M. Ashkenazi n’était pas au Pérou en 2012 et une fiche de salaire datant du mois de l’infraction présumée montre qu’il se trouvait bel et bien à ce moment-là en Israël, où il travaillait alors comme chauffeur pour la compagnie de bus Dan.

Son avocat Morachai Tzivin a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que les tribunaux grecs extradent son client vers le Pérou, ajoutant qu’Ashkenazi pourrait avoir droit à une compensation pour cette erreur manifeste.

« Nous avons la possibilité de réclamer une compensation financière à Interpol pour négligence grave dans sa décision de lancer le mandat d’arrêt international. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...