Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

« Confirmation positive » du Hamas sur une proposition de trêve « approuvée » par Israël ? – Qatar

Tsahal élimine des terroristes du Hamas, cible un lance-roquettes à longue portée ; Les Etats-Unis annoncent avoir détruit 10 drones des Houthis et 3 d'Iran ; Blinken en Israël dimanche

  • Les troupes en opération à Gaza dans une photo non-datée diffusée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes en opération à Gaza dans une photo non-datée diffusée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les troupes en opération à Gaza dans une photo non-datée diffusée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes en opération à Gaza dans une photo non-datée diffusée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des Houthis organisent un rassemblement en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza et contre les frappes aériennes menées par les États-Unis au Yémen, à Sanaa, au Yémen, le lundi 29 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Osamah Abdulrahman)
    Des Houthis organisent un rassemblement en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza et contre les frappes aériennes menées par les États-Unis au Yémen, à Sanaa, au Yémen, le lundi 29 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Osamah Abdulrahman)
  • Un char ancien dans la neige, sur le plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 31 janvier 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
    Un char ancien dans la neige, sur le plateau du Golan, dans le nord d'Israël, le 31 janvier 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Toujours pas de consensus au Hamas ; « déclaration du Qatar précipitée et fausse »

Le Hamas a donné jeudi une « première confirmation positive » à une proposition de pause humanitaire à Gaza et de libération d’otages, solution « approuvée » aussi par Israël, selon le médiateur qatari.

Une source proche du Hamas à Gaza a toutefois déclaré à l’AFP qu’il n’y avait toujours pas de consensus sur la proposition et que « la déclaration du Qatar (était) précipitée et fausse ».

Cette proposition a été « approuvée par la partie israélienne », selon le porte-parole de la diplomatie du Qatar, Majed al-Ansari. « Nous avons maintenant une première confirmation positive de la part du Hamas », a-t-il affirmé, espérant que « dans les deux prochaines semaines, nous serons en mesure de partager de bonnes nouvelles à ce sujet ».

Auparavant, une source du Hamas avait indiqué que la proposition porte sur trois phases, dont la première prévoit une trêve de six semaines durant laquelle Israël devra libérer entre 200 et 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages détenus à Gaza, et 200 à 300 camions d’aide pourront entrer chaque jour dans le territoire palestinien.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, évoquait lui une possible trêve mais a affirmé qu’il ne mettra fin à l’offensive qu’une fois le Hamas éliminé, les otages libérés, et après avoir reçu des garanties sur la sécurité future d’Israël.

Le Sénat votera la semaine prochaine sur un projet de loi sur l’aide à Israël et la sécurité des frontières – Schumer

Le Sénat américain votera la semaine prochaine sur un projet de loi bipartisan visant à renforcer la sécurité aux frontières et à fournir une aide accrue à l’Ukraine et à Israël, déclare le chef de la majorité, Chuck Schumer.

« Nous ne pouvons pas nous soustraire à nos responsabilités simplement parce que la tâche est difficile », affirme Schumer, ajoutant que le texte sera publié d’ici dimanche et que le vote initial aura lieu au plus tard mercredi.

Les négociateurs du Sénat sont en pourparlers sur le paquet depuis des mois. L’ancien président américain Donald Trump a exhorté les législateurs à rejeter l’accord et le président républicain de la Chambre des représentants, Mike Johnson, a également fait part de son scepticisme à l’égard des négociations.

Johnson doit rencontrer en début de semaine prochaine le président de la Knesset, Amir Ohana, l’otage libérée Emily Hand et des proches de personnes encore détenues dans la bande de Gaza.

Des pro-Palestiniens défilent en marge de la visite de Biden, promettant de ne pas voter

Des centaines de manifestants ont défilé à Warren, dans le Michigan, près de Detroit, pour faire pression sur le président américain Joe Biden, en visite, afin qu’il mette fin au soutien apporté à Israël dans sa lutte contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

« Nous ne voterons pas le jour de l’élection », ont scandé les manifestants, soulignant les inquiétudes des Démocrates quant à la manière dont la position de l’administration pourrait affecter les chances de Joe Biden de remporter cet État clé en novembre, où se trouve la plus grande concentration d’Arabes américains aux États-Unis.

Les pancartes accusent Israël de crimes de guerre et répètent le mantra « du fleuve à la mer », considéré comme un appel à la disparition d’Israël.

Les activistes du mouvement « Abandon Biden » ont déclaré plus tôt que des protestations seraient organisées lors des événements du président une fois que les lieux auront été déterminés.

« Nous finirons par le savoir et nous ferons en sorte de l’accueillir comme il se doit », a déclaré Khalid Turaani, co-président de la campagne « Abandon Biden » dans le Michigan.

La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré aux journalistes que de hauts responsables de l’administration se rendraient dans le Michigan courant février afin d’entendre les responsables locaux sur le conflit à Gaza.

Les Houthis ont tiré des missiles sur un cargo appartenant aux Bermudes en mer Rouge

Deux missiles balistiques anti-navires ont été lancés depuis des zones contrôlées par les Houthis au Yémen, probablement en direction du navire M/V KOI en mer Rouge, selon le CENTCOM (Commandement central des États-Unis).

« Les missiles se sont écrasés sur l’eau sans toucher le navire », précise le commandement central américain, ajoutant qu’il n’y a pas eu de blessés ni de dommages au cargo M/V KOI, battant pavillon libérien et appartenant aux Bermudes, ni aux navires de la coalition se trouvant dans la zone.

Les Houthis affirment avoir pris pour cible un « navire marchand britannique » en mer Rouge.

Des manifestants bloquent la route devant la Kirya, mobilisés pour un accord pour les otages

Une manifestation en faveur d'un accord pour la libération des otages devant le siège du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 1er février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Une manifestation en faveur d'un accord pour la libération des otages devant le siège du ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 1er février 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La circulation sur le boulevard Begin à Tel Aviv a repris après que des manifestants ont bloqué l’artère principale devant le siège du ministère de la Défense pour encourager un accord pour libérer les otages détenus à Gaza.

La circulation a été interrompue pendant environ une heure.

Des centaines de personnes participent à la manifestation, qui a lieu alors que le cabinet de guerre se réunit au siège, connu sous le nom de la Kirya, vraisemblablement au sujet d’un accord qui semble être conclu pour cesser les combats et libérer les otages civils.

Halevi : Les habitants du nord ne pourront rentrer chez eux que lorsqu’ils seront en sécurité

Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, le 23 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s’est rendu à la frontière libanaise plus tôt aujourd’hui pour évaluer les échauffourées en cours avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, selon Tsahal.

« Nous ne ferons revenir les résidents que lorsqu’ils seront en sécurité ici », a déclaré Halevi dans des remarques fournies par l’armée, faisant référence aux quelque 80 000 Israéliens déplacés par les attaques quotidiennes du Hezbollah.

« Cela exige de nous du professionnalisme, de la préparation et de la patience », a-t-il ajouté.

Gallant : Tsahal va pousser vers le sud jusqu’à Rafah alors que l’opération de Khan Younès s’achève

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, s'adressant aux troupes de la 98e division dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le 1er février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, s'adressant aux troupes de la 98e division dans le sud de Gaza, à Khan Younès, le 1er février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant promet que l’armée israélienne atteindra et démantèlera la brigade Rafah du groupe terroriste palestinien du Hamas, tout comme elle s’efforce actuellement de le faire avec ses bataillons dans la zone de Khan Younès, dans le sud de Gaza.

« La brigade du Hamas à Khan Younès s’est vantée qu’elle s’opposerait à l’armée israélienne, elle a été démantelée, et je vous le dis ici, nous achevons la mission à Khan Younès et nous allons également atteindre Rafah et éliminer tous les terroristes qui tentent de nous nuire », déclare le général Gallant aux troupes de la 98e division de Tsahal, lors d’une visite à Khan Younès aujourd’hui.

Il affirme que les opérations de Tsahal à Khan Younès « progressent avec des résultats impressionnants » et que c’est « beaucoup plus difficile pour le Hamas ».

« Ils n’ont pas d’armes, ils n’ont pas de munitions, ils n’ont pas la capacité de soigner les blessés, ils ont 10 000 terroristes morts et 10 000 autres blessés qui ne sont pas en état de fonctionner. »

« C’est un coup qui érode leur capacité [à combattre], mais il faut atteindre tous les endroits », ajoute-t-il.

Le général Gallant explique aux troupes que leurs actions, tant en surface que sous terre à Khan Younès, nous « rapprochent du retour des otages, car le Hamas ne comprend que la puissance ».

Un général vante la capacité de Tsahal à Gaza City

Le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, à droite, et le général de brigade Itzik Cohen, le commandant de la 162e division, dans le nord de Gaza, le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, à droite, et le général de brigade Itzik Cohen, le commandant de la 162e division, dans le nord de Gaza, le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, procède aujourd’hui à une évaluation dans le nord de la bande de Gaza, expliquant aux troupes que l’armée continuera à combattre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans cette zone, bien qu’elle se soit récemment concentrée sur d’autres zones.

« Notre capacité à opérer ici, au cœur de la ville de Gaza, après être partis attaquer d’autres zones, notre capacité à revenir ici et à opérer puissamment contre les cibles importantes, tout en frappant des dizaines de terroristes ces derniers jours, est une capacité importante, et nous continuerons à le faire », déclare le général Finkelman.

Tsahal a déclaré avoir largement démantelé les forces de combat du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, et mène désormais des raids de moindre envergure contre les derniers hommes et infrastructures du groupe terroriste.

Washington confirme la visite d’Anthony Blinken en Israël dimanche

Un haut fonctionnaire de l’administration Biden confirme que le secrétaire d’État américain Antony Blinken se rendra en Israël dimanche et lundi.

La visite a été annoncée en début de semaine dans les médias israéliens, mais les États-Unis n’ont pas confirmé le voyage jusqu’à présent.

Le haut fonctionnaire a confirmé le voyage lors d’un briefing avec les journalistes, sous couvert d’anonymat.

La visite devrait être axée sur l’accord sur les otages négocié entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, sur l’extension de l’aide humanitaire à Gaza et sur une pression supplémentaire des États-Unis pour que le Premier ministre Benjamin Netanyahu commence à s’engager sur des plans concernant la gouvernance de Gaza après la guerre.

L’envoyé spécial américain Amos Hochstein arrivant pour une réunion avec le président du Parlement libanais, à Beyrouth, le 7 novembre 2023. (Crédit : AFP)

La chaîne d’information publique israélienne Kan rapporte que l’envoyé principal de la Maison Blanche, Amos Hochstein, qui sert de référent au président américain Joe Biden pour les questions israélo-libanaises, se rendra également en Israël la semaine prochaine.

Tsahal assouplit les restrictions concernant la taille des foules dans la plupart des localités proches de Gaza

Le Commandement du Front intérieur de l’armée israélienne assouplit les restrictions dans la plupart des communautés proches de la frontière de la bande de Gaza pour la première fois depuis le début de la guerre le 7 octobre.

À partir de ce soir, les rassemblements de 100 personnes à l’extérieur et de 300 personnes à l’intérieur seront autorisés dans les communautés situées à moins de sept kilomètres de la bande de Gaza, bien que les dix communautés les plus proches de la bande de Gaza soient toutefois exclues.

Les écoles seront autorisées à ouvrir leurs portes à condition qu’elles disposent d’un miklat – abri antiatomique – adéquat.

L’armée israélienne explique que cette nouvelle politique vise à trouver un « équilibre entre le sauvetage de vies humaines et le maintien de la routine dans un contexte d’urgence ».

Dans 10 communautés – Nirim, Kerem Shalom, Nir Oz, Kissufim, Eïn HaShlosha, Sufa, Holit, Netiv HaAsara, Kfar Aza, et Nahal Oz – des instructions plus strictes seront maintenues, notamment la limitation des rassemblements en plein air à 50 participants et à l’intérieur à 100 personnes.

La commémoration des victimes françaises du 7 octobre sera retransmise « Place des Otages » à Tel Aviv

Des personnes passant devant les affiches des otages toujours détenus à Gaza lors d'un rassemblement de 24 heures marquant le 100e jour depuis le 7 octobre, "Place des Otages", à Tel Aviv, le 14 janvier 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Des personnes passant devant les affiches des otages toujours détenus à Gaza lors d'un rassemblement de 24 heures marquant le 100e jour depuis le 7 octobre, "Place des Otages", à Tel Aviv, le 14 janvier 2024. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Le 7 février, une cérémonie nationale française en mémoire des victimes françaises de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas survenue quatre mois auparavant sera retransmise sur la « Place des Otages » à Tel Aviv, où seront présents les membres des familles françaises des otages qui n’ont pas pris l’avion pour Paris.

Le président français Emmanuel Macron présidera l’événement aux Invalides à Paris à partir de 12H30 (heure israélienne).

Selon le chef du Pentagone, une guerre entre Israël et le Hezbollah est peu probable

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Défense, Yoav Gallant, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre de la Défense, Yoav Gallant, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, déclare que le Pentagone ne voit pas « un conflit total entre Israël et le [groupe terroriste chiite libanais du] Hezbollah libanais » éclater.

Lors d’une conférence de presse, Austin a été interrogé sur les frappes américaines contre les groupes soutenus par l’Iran qui enflamment la région.

« Notre objectif est de nous assurer que nous contenons la crise à Gaza et que nous empêchons les choses de s’étendre à un conflit plus large. Il y a beaucoup d’activité dans la région, mais il y a toujours eu beaucoup d’activité dans la région », déclare-t-il.

Il ajoute que la gestion des tensions entre Israël et le Hezbollah « a été faite avec art ».

« Nous ne voyons pas Israël engagé dans un conflit avec d’autres pays de la région », ajoute-t-il.

« Nous ne sommes pas en guerre avec l’Iran. »

Néanmoins, il estime que le Moyen-Orient traverse un « moment dangereux ».

Austin confirme également le projet d’une réponse « à plusieurs niveaux » en cas d’attaque meurtrière contre les troupes américaines, affirmant que les États-Unis pourraient frapper à de multiples reprises si cela s’avérait nécessaire.

Biden dit œuvrer à la libération des otages et à l’instauration d’une « paix durable » en Israël et à Gaza, « avec 2 États pour 2 peuples »

Le président Joe Biden s'exprimant lors du National Prayer Breakfast, au Capitole, à Washington, le  1er février 2024. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)
Le président Joe Biden s'exprimant lors du National Prayer Breakfast, au Capitole, à Washington, le 1er février 2024. (Crédit : Andrew Harnik/AP Photo)

Le président américain Joe Biden a déclaré travailler « jour et nuit » à la libération des otages détenus à Gaza et à l’instauration de la paix dans la région, lors de son discours d’ouverture du « National Prayer Breakfast » à Washington.

« Non seulement nous prions pour la paix, mais nous travaillons activement pour la paix, la sécurité et la dignité du peuple israélien et du peuple palestinien », a-t-il affirmé.

« Je m’y attelle jour et nuit (…) – pour trouver les moyens de ramener les otages à la maison, d’atténuer la crise humanitaire, d’apporter la paix à Gaza et à Israël, une paix durable avec deux États pour deux peuples », a-t-il ajouté.

Israël frappe le sud-Liban en réponse à des roquettes tirées sur Kiryat Shmona et Metula

L’armée israélienne affirme avoir mené une frappe aérienne contre un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le village de Tayr Harfa, dans le sud du Liban, en réponse à des attaques à la frontière aujourd’hui.

Plusieurs roquettes ont été lancées depuis le Liban sur les villes de Kiryat Shmona et Metula, dans le nord du pays, aujourd’hui, sans faire de blessés, selon Tsahal.

L’armée affirme avoir également frappé les sites de lancement.

Tsahal retire la 55e brigade de Gaza, réduisant ses effectifs de réservistes

Un réserviste de la 55e Brigade de Parachutistes surveillant l'entrée d'un tunnel dans le sud de Gaza, à Khan Younès, sur une image publiée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Un réserviste de la 55e Brigade de Parachutistes surveillant l'entrée d'un tunnel dans le sud de Gaza, à Khan Younès, sur une image publiée le 1er février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a retiré la 55e brigade de la bande de Gaza et l’a remplacée par d’autres unités dans la région de Khan Younès, indique l’armée israélienne.

Les troupes de la Brigade des Parachutistes de réserve ont opéré à Khan Younès ces dernières semaines, tuant de nombreux terroristes palestiniens du Hamas et localisant et démolissant environ 70 tunnels, selon l’armée.

Tsahal indique que la brigade a également localisé deux sites de lancement de roquettes utilisés par le groupe terroriste palestinien du Hamas pour tirer des projectiles sur Israël.

L’armée partage des images d’une bataille qui s’est déroulée en décembre entre les troupes de la brigade et des terroristes du Hamas dans la région de Khan Younès, au cours de laquelle un soldat, le sergent-major (Rés.) Gideon Ilani, a été tué.

Ces dernières semaines, Tsahal a retiré une grande partie de ses troupes de réservistes de la bande de Gaza, laissant à l’armée permanente le soin de poursuivre les combats contre le Hamas.

Selon des responsables militaires, l’objectif de Tsahal est de libérer les réservistes afin d’aider à relancer l’économie israélienne et de leur donner un répit avant qu’ils ne soient à nouveau appelés, car les combats à Gaza devraient durer toute l’année et l’on craint une escalade dans le nord du pays en raison des attaques quotidiennes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Explosion près d’un navire au large du Yémen

Une explosion a eu lieu près d’un navire au large du Yémen, où les attaques des Houthis contre la marine marchande se multiplient, a rapporté jeudi l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO.

L’explosion s’est produite à 57 miles nautiques à l’ouest de la ville de Hodeida, en mer Rouge, a indiqué UKMTO, en ajoutant que « le navire et l’équipage sont en sécurité, et se dirigent vers le prochain port d’escale ».

L’attaque n’a pas été revendiquée jusque-là.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la société britannique de sécurité maritime Ambrey avait indiqué qu’un autre navire avait été touché dans le golfe d’Aden, par un missile tiré depuis le Yémen, peu après que les Houthis eurent affirmé avoir visé dans la zone un navire identifié comme le « Koi ».

Haniyeh à la tête de la délégation du Hamas qui négocie au Caire – médias

Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)
Le chef du politburo du Hamas basé au Qatar, Ismail Haniyeh, s'adressant aux journalistes alors qu'il accueille le ministre iranien des Affaires étrangères (absent sur la photo), à Doha, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ministère iranien des Affaires étrangères / AFP)

La chaîne d’information qatarie Al Araby rapporte que le chef du politburo du Hamas, Ismail Haniyeh, dirige la délégation du Hamas qui a rencontré aujourd’hui au Caire le chef des services de renseignement égyptiens, le général de division Abbas Kamel.

La chaîne de télévision cite une source égyptienne anonyme.

Empêchés de bloquer l’aide à Gaza, des militants empêchent les camions de quitter le port d’Ashdod

Des militants pour les otages bloquent les camions d'aide de quitter le port d'Ashdod lors d'une manifestation contre l'aide à destination de la bande de Gaza, à Ashdod, le 1er février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Des militants pour les otages bloquent les camions d'aide de quitter le port d'Ashdod lors d'une manifestation contre l'aide à destination de la bande de Gaza, à Ashdod, le 1er février 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Des militants pour les droits des otages sont au port d’Ashdod et tentent de bloquer le départ des camions qui doivent livrer de l’aide à Gaza.

Après que l’armée a désigné les secteurs des postes-frontières de Kerem Shalom et de Nitzana comme des zones militaires fermées afin d’éviter de nouvelles perturbations après les jours où l’aide a été bloquée, des dizaines de manifestants ont trouvé une nouvelle méthode.

Ils bloquent la sortie des camions d’aide du port israélien d’où les camions se dirigent vers les points de passage.

Les militants ont exigé que l’aide humanitaire à Gaza soit subordonnée à la libération des 136 otages détenus par le groupe terroriste Hamas.

Un média aligné sur le Hezbollah nie le retrait par l’Iran de ses officiers en Syrie

Des personnes en deuil prient sur le cercueil de Razi Moussavi, un haut commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) d'Iran, tué le 25 décembre lors d'une frappe attribué à Israël en Syrie, lors de son cortège funèbre au sanctuaire de l'Imam Ali dans le lieu saint d'Irak de la ville de Najaf, le 27 décembre 2023. - (Crédit : Qassem al-KAABI / AFP)
Des personnes en deuil prient sur le cercueil de Razi Moussavi, un haut commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) d'Iran, tué le 25 décembre lors d'une frappe attribué à Israël en Syrie, lors de son cortège funèbre au sanctuaire de l'Imam Ali dans le lieu saint d'Irak de la ville de Najaf, le 27 décembre 2023. - (Crédit : Qassem al-KAABI / AFP)

La chaîne d’information libanaise al-Mayadeen, qui est affiliée au groupe terroriste du Hezbollah, a démenti une information transmise par l’agence de presse Reuters concernant un retrait, par les Gardiens de la révolution islamique iraniens, de ses officiers en Syrie.

Citant « des sources fiables », la chaîne a indiqué qu’il avait été demandé aux « conseillers » iraniens de rester en Syrie mais sans leurs familles.

Reuters avait fait savoir, dans la matinée de jeudi, que le départ des officiers avait été décidé suite à une série de frappes meurtrières présumées lancées par Israël contre le Corps des gardiens de la révolution en Syrie. Une information recueillie auprès de 5 sources différentes.

Depuis le mois de décembre, des attaques israéliennes présumées auraient tué plus de cinq membres du Corps des Gardiens de la révolution et notamment le général en charge des services de renseignement.

La police arrête un voleur de moto près de Jérusalem et découvre qu’il est résident de Khan Younès

Une photo prise à Rafah montre de la fumée s'élevant au-dessus de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza lors d'une frappe israélienne, le 20 décembre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Une photo prise à Rafah montre de la fumée s'élevant au-dessus de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza lors d'une frappe israélienne, le 20 décembre 2023. (Crédit : Said Khatib/AFP)

La police déclare avoir arrêté un voleur de moto cette nuit sur la Route 1, sur le chemin de Tel Aviv à Jérusalem, et a découvert que le suspect est un résident palestinien de la ville de Khan Younès, à Gaza.

On ignore comment cet homme de 27 ans est entré en Israël depuis sa ville natale, qui est actuellement la principale zone de combat entre les troupes de Tsahal et les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza.

La police indique que le suspect, qui n’a même pas de permis de conduire, a été emmené pour être interrogé, tandis que la moto a été rendue à son propriétaire.

Le Hezbollah affirme viser des positions de Tsahal dans la région du mont Hermon

Des soldats israéliens patrouillent dans la neige sur le mont Hermon, près de la frontière israélienne avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Des soldats israéliens patrouillent dans la neige sur le mont Hermon, près de la frontière israélienne avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Le groupe terroriste du Hezbollah affirme avoir visé une position militaire israélienne à la frontière du Liban ce matin.

Dans un communiqué, le Hezbollah affirme avoir touché du « matériel d’espionnage » sur le site de la région du mont Hermon, en utilisant des armes non spécifiées.

Une image partagée par un journaliste de la chaîne al-Manar, liée au Hezbollah, prétend montrer les conséquences de l’attaque.

Tsahal n’a pas communiqué sur ces informations.

Les Gardiens de la révolution iraniens retirent leurs officiers de Syrie après les frappes israéliennes

Le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de l’Iran a réduit le déploiement de ses officiers supérieurs en Syrie en raison d’une série de frappes israéliennes meurtrières et s’appuiera davantage sur les milices chiites alliées pour préserver son emprise dans le pays, ont déclaré à Reuters cinq sources au fait de la question.

Le CGRI a connu l’une de ses périodes les plus difficiles en Syrie depuis son arrivée il y a dix ans pour aider le président Bashar Assad dans la guerre syrienne. Depuis décembre, les frappes israéliennes ont tué plus d’une demi-douzaine de ses membres, dont l’un des principaux généraux du CGRI chargés du renseignement.

Alors que les partisans de la ligne dure à Téhéran réclament des représailles, la décision de l’Iran de retirer des officiers supérieurs est motivée en partie par son aversion à être aspiré directement dans un conflit qui fait rage au Moyen-Orient, selon trois des sources.

Bien que les sources affirment que l’Iran n’a pas l’intention de quitter la Syrie, qui est un élément clé de la sphère d’influence de Téhéran, cette réflexion souligne la manière dont la guerre déclenchée par l’attaque du groupe terroriste palestinien Hamas contre Israël, le 7 octobre, se répercutent dans la région.

Yesh Atid : Le Likud nous a offert les portefeuilles de Smotrich et de Ben Gvir mais a insisté pour que les partis restent au gouvernement

La députée Merav Ben Ari assiste à une réunion de la commission du Travail au Parlement israélien, concernant le service national, le 6 février 2017. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90
La députée Merav Ben Ari assiste à une réunion de la commission du Travail au Parlement israélien, concernant le service national, le 6 février 2017. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90

Après les remarques répétées du chef de l’opposition Yair Lapid cette semaine, selon lesquelles il est prêt à entrer au gouvernement pour fournir un « filet de sécurité » au Premier ministre Benjamin Netanyahu afin de contourner l’opposition de ses alliés d’extrême droite, une membre du parti Yesh Atid de Lapid affirme que le Likud au pouvoir a fait une offre concrète à ce sujet.

La députée Merav Ben-Ari déclare à la radio 103FM qu’elle a rencontré le ministre de la Justice du Likud, Yariv Levin, et qu’elle a reçu une offre pour que Yesh Atid obtienne les portefeuilles ministériels actuellement détenus par le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, et le ministre des Finances, Bezalel Smotrich.

Cependant, Levin a insisté pour que le parti Otzma Yehudit de Ben Gvir et HaTzionout HaDatit de Smotrich restent au gouvernement, selon Ben-Ari.

Tsahal élimine des terroristes du Hamas, cible un lance-roquettes à longue portée

L’armée israélienne élimine des agents du Hamas dans le sud et le nord de la bande de Gaza et frappe un lance-roquettes à longue portée

Au cours des combats dans le sud de Gaza, à Khan Younès, les forces de la 98e division ont repéré un lance-roquettes à longue portée et ont ordonné à un avion de chasse de le frapper, selon Tsahal.

Tsahal indique que la brigade de parachutistes de la division a, quant à elle, tué plusieurs hommes armés au cours d’un certain nombre d’affrontements rapprochés au cours de la journée écoulée.

La brigade de parachutistes et la 646e brigade de parachutistes de réserve ont toutes deux dirigé des frappes aériennes sur d’autres membres du Hamas à Khan Younès, selon l’armée israélienne.

Pendant ce temps, la 162e division poursuit ses opérations contre le Hamas dans le nord et le centre de la bande de Gaza.

Les forces de la division – la 401e brigade blindée dans le nord de Gaza et la brigade d’infanterie Nahal dans le centre de Gaza – ont tué des dizaines des terroristes du Hamas au cours de la journée écoulée et ont effectué des raids sur les sites du groupe terroriste, a indiqué Tsahal.

 

Biden développe une nouvelle doctrine au Proche-Orient, axée sur la formation d’un Etat palestinien – NYT

L’administration du président américain Joe Biden se concentre sur une nouvelle doctrine impliquant un effort sans précédent pour faire avancer immédiatement la création d’un État palestinien démilitarisé mais viable, affirme Thomas Friedman du New York Times.

Ce plan, écrit Friedman, « impliquerait une forme de reconnaissance par les États-Unis d’un État palestinien démilitarisé en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, qui ne verrait le jour qu’une fois que les Palestiniens auraient mis en place un ensemble d’institutions définies et crédibles et des capacités de sécurité garantissant que cet État est viable et qu’il ne pourra jamais menacer Israël ».

La nouvelle « doctrine Biden » comprendrait également le renforcement des liens avec l’Arabie saoudite, la normalisation des relations entre Ryad et Jérusalem et le maintien d’une position militaire ferme à l’égard de l’Iran et de ses mandataires.

« Si l’administration parvient à mettre tout cela en place – un énorme si – la doctrine Biden pourrait devenir le plus grand réalignement stratégique dans la région depuis le traité de Camp David de 1979 », affirme-t-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.