Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Plus de 11 000 cibles terroristes visées par l’armée depuis le début de la riposte

Kirby : Les Saoudiens « toujours » engagés dans l’accord de normalisation avec Israël * 11 soldats de Tsahal tués * Les troupes ont envahi le QG du Hamas à Jabaliya, tuant le commandant et 50 terroristes * Les Houthis revendiquent des tirs vers Eilat

  • Le sergent d'état-major Lavi Lipshitz, 20 ans, de Modiin, à gauche, et le sergent d'état-major Roei Wolf, 20 ans, de Ramat Gan, qui servaient tous deux dans l'unité de reconnaissance de la brigade d'infanterie Givati et qui ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Le sergent d'état-major Lavi Lipshitz, 20 ans, de Modiin, à gauche, et le sergent d'état-major Roei Wolf, 20 ans, de Ramat Gan, qui servaient tous deux dans l'unité de reconnaissance de la brigade d'infanterie Givati et qui ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Vue de voitures détruites par des terroristes du Hamas lors de l'attaque du 7 octobre, dans un champ près de la frontière entre Israël et Gaza, le 31 octobre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Vue de voitures détruites par des terroristes du Hamas lors de l'attaque du 7 octobre, dans un champ près de la frontière entre Israël et Gaza, le 31 octobre 2023 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Les troupes de Tsahal opérant à Gaza, dans une photo publiée par l'armée israélienne le 31 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'IDF)
    Les troupes de Tsahal opérant à Gaza, dans une photo publiée par l'armée israélienne le 31 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'IDF)
  • Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, au centre, dans la bande de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, au centre, dans la bande de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des chars israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Des chars israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des Palestiniens quittent leur maison après un bombardement israélien sur la ville de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP)
    Des Palestiniens quittent leur maison après un bombardement israélien sur la ville de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP)
  • Hadas Calderon avec des photos de ses enfants dont deux sont retenus en captivité par le Hamas, au kibboutz Nir Oz, le 30 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/The Times of Israel)
    Hadas Calderon avec des photos de ses enfants dont deux sont retenus en captivité par le Hamas, au kibboutz Nir Oz, le 30 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/The Times of Israel)
  • Des personnes en deuil s'embrassent lors des funérailles de Meni et Ayelet Godard, dans le kibboutz Palmachim, en Israël, le 29 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    Des personnes en deuil s'embrassent lors des funérailles de Meni et Ayelet Godard, dans le kibboutz Palmachim, en Israël, le 29 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Tsahal a visé plus de 11 000 cibles terroristes à Gaza

« Depuis le début de la guerre, les Forces de défense israéliennes ont frappé plus de 11 000 cibles appartenant à des organisations terroristes dans la bande de Gaza », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Tsahal annonce la mort de 9 autres soldats – 326 soldats morts depuis le 7 octobre

L’armée israélienne a publié mercredi les noms de neuf soldats tués lors de combats mardi contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, portant à 326 le nombre de soldats morts depuis le 7 octobre.

Les soldats sont le lieutenant Ariel Reich, 24 ans, de Jérusalem ; Cpl. Asif Luger, 21 ans, de Yagur ; le sergent. Adi Danan, 20 ans, de Yavné ; le sergent d’état-major Halel Solomon, 20 ans, de Dimona ; le sergent d’état-major. Erez Mishlovsky, 20 ans, d’Oranit ; le sergent d’état-major Adi Leon, 20 ans, de Nili ; Cpl. Ido Ovadia, 19 ans, de Tel Aviv ; Cpl Lior Siminovich, 19 ans, de Herzliya ; et le sergent d’état-major Roei Dawi, 20 ans, de Jérusalem.

Reich et Luger servaient dans le 77e bataillon de la 7e brigade blindée, tandis que le reste des soldats faisaient partie du bataillon Tzabar de la brigade d’infanterie Givati.

Les soldats de l’unité Givati ont été tués après qu’un véhicule blindé dans lequel ils se trouvaient a été touché par un missile guidé antichar tiré par le Hamas. Quatre autres soldats ont été blessés lors du même incident, dont un grièvement.

Les soldats du 77e bataillon ont été tués après que leur char a écrasé un engin explosif. Deux autres soldats ont été grièvement blessés lors du même incident.

Hier, Tsahal a annoncé que deux soldats de Givati avaient été tués lors d’affrontements distincts dans la bande de Gaza.

Mardi également, un autre soldat du bataillon Rotem de Givati a été grièvement blessé lors d’affrontements distincts avec des terroristes dans la bande de Gaza, selon l’armée israélienne.

La Colombie annonce aussi le rappel de son ambassadeur en Israël

Le président colombien Gustavo Petro s'adressant à ses partisans lors d'un rassemblement, à Bogota, en Colombie, le 7 juin 2023. (Crédit : Fernando Vergara/AP Photo)
Le président colombien Gustavo Petro s'adressant à ses partisans lors d'un rassemblement, à Bogota, en Colombie, le 7 juin 2023. (Crédit : Fernando Vergara/AP Photo)

La Colombie annonce aussi le rappel de son ambassadeur en Israël pour des consultations.

Le président colombien Gustavo Petro accuse Israël de perpétrer ce qu’il appelle un « massacre » de Palestiniens dans le cadre de sa riposte contre le groupe terroriste palestinien à la tête de Gaza suite au carnage qu’il a mené le 7 octobre en Israël et qui a fait plus de 1 400 morts – en grande majorité civile et plus de 230 otages, dont des bébés.

Le Chili convoque son envoyé à Tel Aviv pour protester contre la riposte au Hamas

Le Chili, qui accueille la plus importante diaspora palestinienne en dehors du monde arabe, a convoqué son ambassadeur à Tel Aviv pour protester contre la riposte israélienne menée à l’encontre du groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de la bande de Gaza, suite aux massacres qu’il a perpétrés et fait plus de 1 400 morts, en majorité des civils, et plus de 230 otages, dont des bébés, a indiqué mardi le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère a justifié dans un communiqué la convocation de Jorge Carvajal par « les inacceptables violations du droit humanitaire d’Israël dans la bande de Gaza ».

Santiago « condamne avec énergie et observe avec une grande préoccupation » les opérations militaires israéliennes, dénonçant ce qu’il a appelé un « châtiment collectif pour la population civile palestinienne à Gaza ».

Le Chili, qui avait condamné l’attaque du Hamas, survenue le 7 octobre au matin en plein Shabbat et fête juive, défend la solution à deux Etats et fait partie des pays qui réclament un cessez-le-feu.

Les relations sont tendues entre les deux pays depuis l’arrivée au pouvoir du président Gabriel Boric.

L’armée dit avoir abattu un missile sol-air tiré depuis le Liban sur un drone israélien

L’armée affirme avoir abattu un missile sol-air lancé depuis le Liban sur un drone de Tsahal.

En réponse, l’armée de l’air a mené des frappes « sur la source du tir [du missile] » et sur la cellule qui a lancé le projectile, selon un communiqué de Tsahal.

Tsahal dit avoir intercepté une « menace aérienne » près d’Eilat

Une capture d'écran d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre un missile intercepteur au-dessus de d'Eilat, sur la mer Rouge, le 1er novembre 2023. (Twitter ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une capture d'écran d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre un missile intercepteur au-dessus de d'Eilat, sur la mer Rouge, le 1er novembre 2023. (Twitter ; utilisé conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’armée israélienne a annoncé que ses unités de défense anti-aérienne ont intercepté un « menace aérienne identifiée dans la région de la mer Roug, au sud d’Eilat ».

L’armée ajoute qu’il n’y a pas eu de menace pour les civils et qu’ « aucune pénétration du territoire israélien n’a été identifiée », sans préciser ce qui a été intercepté.

L’annonce intervient peu de temps après que des habitants d’Eilat ont signalé une forte explosion, la vidéo de la ville côtière de la mer Rouge montrant un missile intercepteur. Aucune sirène d’alerte n’a été déclenchée.

Plus tôt dans la journée, l’armée a utilisé un missile sol-air Arrow pour intercepter un missile lancé depuis « la zone de la mer Rouge », lors d’une attaque revendiquée par les rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

Kirby : Les Saoudiens « toujours » engagés dans l’accord de normalisation avec Israël

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, rencontrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhan, au ministère des Affaires étrangères à Ryad, en Arabie saoudite, le 14 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, rencontrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhan, au ministère des Affaires étrangères à Ryad, en Arabie saoudite, le 14 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)

La Maison Blanche a estimé que l’Arabie saoudite était « toujours engagée » dans les négociations avec les États-Unis visant à obtenir un accord de normalisation entre Jérusalem et Ryad, malgré le déclenchement de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Je pense que nous sommes sortis de ces discussions confiants dans le fait qu’il y a une voie pour revenir vers la normalisation et qu’il y a toujours un intérêt du côté saoudien à poursuivre cela », a déclaré le porte-parole du Conseil national de sécurité américain, John Kirby, lors d’un point de presse.

« Il est évident que ce qui se passe entre Israël et le Hamas rend plus difficile la réalisation de progrès concrets dans ce domaine à l’heure actuelle », a-t-il ajouté, précisant que les parties étaient encore à des mois d’un accord avant le 7 octobre.

« Nous y sommes toujours attachés, et il est clair pour nous que les Saoudiens y sont toujours attachés. Mais il est évident que nous sommes tous concentrés sur ce qui se passe à Gaza », a ajouté Kirby.

Les communiqués de presse américains publiés à l’issue des réunions avec les responsables saoudiens au cours des dernières semaines ont fait état de la volonté commune des deux pays de « poursuivre » les négociations qui se déroulaient avant la guerre.

Les communiqués saoudiens n’ont pas fait référence aux pourparlers de normalisation et ont plutôt souligné la position ferme de Ryad en faveur d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Le royaume a averti Washington qu’une incursion terrestre israélienne majeure pourrait avoir des ramifications régionales catastrophiques, avait déclaré un responsable américain au Times of Israel en début de semaine.

Antony Blinken reviendra en Israël vendredi

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant aux médias à l'intérieur de la Kirya, qui abrite le ministère israélien de la Défense, après leur réunion, à Tel Aviv, le 12 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AFP/Pool)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant aux médias à l'intérieur de la Kirya, qui abrite le ministère israélien de la Défense, après leur réunion, à Tel Aviv, le 12 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AFP/Pool)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken effectuera vendredi sa deuxième visite en Israël en temps de guerre, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

Blinken s’est rendu en Israël le 12 octobre et a tenu une réunion de près de huit heures avec le cabinet de guerre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, donnant le coup d’envoi d’une tournée régionale qui comprenait des arrêts dans cinq autres pays, alors qu’il cherchait à construire une coalition contre le groupe terroriste palestinien du Hamas tout en se coordonnant avec ses alliés pour assurer l’acheminement de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza et la libération des otages.

Ce voyage semble avoir eu un succès limité, les pays arabes n’ayant pas bien accueilli le soutien continu des États-Unis à l’opération militaire israélienne en cours dans la bande de Gaza.

La diplomatie américaine a toutefois joué un rôle essentiel en amenant Israël et l’Égypte à autoriser l’entrée de l’aide humanitaire dans l’enclave il y a dix jours.

2 Palestiniens auraient été tués lors de heurts avec Tsahal en Cisjordanie

Des Palestiniens pleurant lors des funérailles de Rawhi Sawafta, 70 ans, tué lors d'un affrontement avec l'armée israélienne lors d'un raid dans la ville de Tubas en Cisjordanie, le 31 octobre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)
Des Palestiniens pleurant lors des funérailles de Rawhi Sawafta, 70 ans, tué lors d'un affrontement avec l'armée israélienne lors d'un raid dans la ville de Tubas en Cisjordanie, le 31 octobre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne a affirmé que deux personnes, un adolescent et un septuagénaire, avaient été tuées lors d’affrontements en Cisjordanie.

Le ministère a indiqué que Rawhi Rashid Sawafta, 70 ans, était décédé « après avoir reçu une balle au visage » lors d’un raid de l’armée israélienne dans la ville de Tubas, dans le nord de la Cisjordanie. Neuf Palestiniens ont été blessés, dont deux grièvement, lors d’affrontements avec les forces israéliennes au cours du raid, a ajouté le ministère.

Plus tôt dans la soirée, un autre Palestinien, Abdallah Moqbel, âgé de 16 ans, a été tué par des tirs israéliens à Beit Ummar, dans le sud de la Cisjordanie, selon le ministère.

Tsahal n’a pas fait de commentaire.

Des alertes à la roquette retentissent dans un moshav proche de Gaza

Des alertes à la roquette ont retenti à Netiv Haasara, un moshav situé le long de la frontière avec Gaza.

La Bolivie rompt ses liens avec Israël à cause de la guerre contre le Hamas

Des manifestants brandissant des drapeaux boliviens à La Paz, en Bolivie, le 12 janvier 2023. (Crédit : Juan Karita/AP Photo)
Des manifestants brandissant des drapeaux boliviens à La Paz, en Bolivie, le 12 janvier 2023. (Crédit : Juan Karita/AP Photo)

La Bolivie a rompu ses liens diplomatiques avec Israël, invoquant des « crimes contre l’humanité », rapporte l’agence de presse Reuters.

Cette décision survient alors qu’Israël lutte contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza après l’assaut dévastateur du 7 octobre contre les communautés israéliennes, qui a fait plus de 1 400 morts, pour la plupart des civils.

Depuis, Israël a mené des frappes aériennes sur Gaza et envoyé des forces terrestres, promettant d’éliminer le groupe terroriste.

Le Hamas affirme que plus de 8 500 personnes ont été tuées, mais ses chiffres ne peuvent être vérifiés et il ne fait pas de distinction entre les civils et les terroristes.

La Bolivie avait rompu ses liens avec Israël en 2009 à la suite d’une nouvelle série de combats à Gaza et ne les avait rétablis qu’en 2020.

L’UE déplore la hausse des attaques de résidents d’implantations en Cisjordanie

Une propriété agricole palestinienne incendiée par des résidents d'implantations, à Burin le 25 octobre 2023. (Crédit : Yesh Din)
Une propriété agricole palestinienne incendiée par des résidents d'implantations, à Burin le 25 octobre 2023. (Crédit : Yesh Din)

L’Union européenne a dénoncé la « recrudescence du terrorisme des résidents d’implantations en Cisjordanie », qui a fait des victimes civiles et contraint des communautés palestiniennes à quitter leurs maisons.

« La situation pourrait devenir incontrôlable et causer des souffrances indicibles aux communautés locales », a déclaré le porte-parole du chef de la politique étrangère de l’UE. « Des mesures urgentes sont nécessaires. »

« Israël a le devoir de protéger les civils en Cisjordanie contre la violence des résidents d’implantations extrémistes, de tenir les auteurs responsables et de veiller à ce que Tsahal intervienne. Il s’agit d’une obligation légale qui doit être remplie », indique la déclaration.

« Cela vient s’ajouter à une situation déjà tragique à Gaza, augmentant le risque d’une dangereuse escalade du conflit, qui doit être évitée à tout prix. »

« Près de 1 000 Palestiniens ont été déplacés de force de leurs maisons en Cisjordanie depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre. Cela inclut au moins 98 ménages palestiniens, comprenant plus de 800 personnes, chassés de 15 communautés de bergers dans la zone C en raison de l’intensification de la violence des résidents d’implantations et des restrictions d’accès », selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Le Sénat américain confirme la nomination de Jack Lew au poste d’ambassadeur en Israël

Jacob Lew, ancien secrétaire d'État au Trésor sous la présidence de Barack Obama, témoignant lors d'une audition de la commission sénatoriale des Affaires étrangères sur sa nomination au poste d'ambassadeur auprès de l'État d'Israël, à Washington, le 18 octobre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Jacob Lew, ancien secrétaire d'État au Trésor sous la présidence de Barack Obama, témoignant lors d'une audition de la commission sénatoriale des Affaires étrangères sur sa nomination au poste d'ambassadeur auprès de l'État d'Israël, à Washington, le 18 octobre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Le Sénat américain a confirmé la nomination de l’ancien secrétaire au Trésor Jack Lew au poste d’ambassadeur des États-Unis en Israël.

Le résultat final du vote est de 53 voix contre 43, plusieurs Républicains, dont les sénateurs Lindsey Graham et Rand Paul, s’étant prononcés en faveur de cette nomination. Plusieurs Républicains, dont les sénateurs Lindsey Graham et Rand Paul, ont franchi la ligne de démarcation pour voter avec les Démocrates et approuver le choix du président Joe Biden.

La confirmation de Lew a été accélérée par le Sénat à la suite du déclenchement de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Selon la Maison Blanche, rien n’indique que le Hamas détourne l’aide envoyée à Gaza

Des camions d'aide humanitaire arrivant à un entrepôt à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, après avoir traversé la frontière de Rafah depuis l'Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Belal Al Sabbagh/AFP)
Des camions d'aide humanitaire arrivant à un entrepôt à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, après avoir traversé la frontière de Rafah depuis l'Égypte, le 21 octobre 2023. (Crédit : Belal Al Sabbagh/AFP)

Le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis n’avaient « aucune indication » que le groupe terroriste palestinien du Hamas avait détourné l’aide humanitaire qui est entrée dans la bande de Gaza au cours des dix derniers jours.

Kirby a précisé que 66 camions d’aide étaient entrés dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures et que des dizaines d’autres camions devraient suivre dans les heures à venir.

Aucun carburant n’est entré dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre et les États-Unis reconnaissent les inquiétudes d’Israël, qui craint que le Hamas ne tente d’utiliser le carburant pour ses propres activités terroristes – pour contrôler la ventilation et l’électricité dans son réseau de tunnels.

Toutefois, les États-Unis sont en pourparlers avec Israël afin de parvenir à un accord permettant l’entrée sécurisée de carburant, étant donné que les réserves actuelles de Gaza sont « faibles, voire presque vides », a déclaré Kirby.

Israël affirme que le Hamas possède d’importants stocks de carburant qu’il pourrait transférer à des fins civiles s’il le souhaitait.

Kirby a rappelé que les États-Unis n’étaient pas favorables à un cessez-le-feu pour le moment, mais qu’ils étaient ouverts à des trêves humanitaires dans les combats, ce qu’Israël n’a pas encore expressément soutenu.

L’Égypte va autoriser des blessés de Gaza à franchir la frontière pour les soigner

Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouli, au centre, tenant une conférence de presse lors de sa visite au poste frontière de Rafah, le 31 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouli, au centre, tenant une conférence de presse lors de sa visite au poste frontière de Rafah, le 31 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

L’Égypte va ouvrir le point de passage de Rafah pour permettre à des Palestiniens blessés d’être soignés dans les hôpitaux égyptiens pour la première fois depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, ont indiqué les médias, citant des sources palestiniennes et égyptiennes.

Le président du Conseil national de sécurité, Tzahi Hanegbi, a déclaré plus tôt dans la journée qu’Israël espérait que Le Caire ouvrirait sa frontière afin de permettre aux blessés d’être soignés à l’hôpital de Rafah ainsi que dans les hôpitaux de campagne qui pourraient être établis du côté égyptien de la frontière.

Hanegbi a également déclaré qu’un certain nombre de pays avaient répondu à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’envoyer des navires qui accosteront au large des côtes de Gaza et serviront d’hôpitaux dans la petite zone sud-ouest de la bande de Gaza qu’Israël a désignée comme zone de sécurité.

« Des équipes médicales seront présentes demain au point de passage pour examiner les cas venant [de Gaza] dès leur arrivée (…) et déterminer les hôpitaux vers lesquels ils seront envoyés », a déclaré à l’AFP un responsable médical de la ville égyptienne d’al-Arish.

La Douzième chaîne a affirmé que l’Égypte était en train de construire un hôpital de campagne le long de la frontière.

Jusqu’à présent, l’Égypte s’est abstenue d’autoriser les civils de Gaza à sortir par sa frontière, limitant le passage de l’aide humanitaire à Gaza par le point de passage de Rafah.

Les propositions israéliennes visant à ce que l’Égypte accueille les réfugiés de Gaza ont exaspéré Le Caire, notamment parce que Jérusalem a refusé de promettre publiquement que ceux qui quittent la bande de Gaza seraient autorisés à y retourner, a déclaré un fonctionnaire égyptien au Times of Israel la semaine dernière.

Le Hamas prévoit de libérer les otages binationaux dans les prochains jours

Abu Obeida, porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, dans un discours marquant l'anniversaire de l'enlèvement de Gilad Shalit en 2011, le 25 juin 2020. (Crédit : Capture d'écran)
Abu Obeida, porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, dans un discours marquant l'anniversaire de l'enlèvement de Gilad Shalit en 2011, le 25 juin 2020. (Crédit : Capture d'écran)

Un porte-parole de l’aile armée du Hamas a annoncé que le groupe terroriste palestinien prévoyait de libérer un certain nombre d’otages de nationalité étrangère dans les prochains jours.

Le porte-parole, qui se fait appeler Abu Ubeida, a déclaré que la décision avait été prise grâce à la médiation de « certains pays ».

Le Hamas a précédemment déclaré qu’il n’envisageait pas de garder des otages étrangers. Israël a rejeté cette différenciation et a demandé la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages, rejetant les promesses du groupe terroriste palestinien comme une forme de guerre psychologique.

Abu Ubeida a également nié qu’Israël ait libéré du Hamas la soldate Ori Megidish hier, laissant entendre que Megedish avait été enlevée et détenue par un autre groupe terroriste.

Une cinquantaine d’otages seraient aux mains de groupes terroristes autres que le Hamas, notamment le Jihad islamique palestinien. Cette affirmation ne peut être vérifiée.

S’exprimant sur les affaires internes israéliennes, le porte-parole du groupe terroriste a affirmé que la guerre marquera la fin de la carrière politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, notant que s’il est parvenu à libérer un seul otage un mois après le début de la guerre, il lui faudra encore 20 ans pour libérer le reste des otages.

Abu Ubeida a répété ses appels à la nation islamique pour qu’elle se joigne à la bataille et défende la mosquée Al-Aqsa.

Une Autorité palestinienne « revitalisée » pourrait reprendre le pouvoir à Gaza, dit Blinken

Le secrétaire d'État Antony Blinken témoigne devant la Commission des finances du sénat au Capitole, à Washington, le 31 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)
Le secrétaire d'État Antony Blinken témoigne devant la Commission des finances du sénat au Capitole, à Washington, le 31 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Manuel Balce Ceneta)

Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré qu’une Autorité palestinienne « revitalisée » pourrait reprendre le contrôle de Gaza si Israël atteint son objectif de renverser le Hamas, ajoutant que les partenaires régionaux et les agences internationales pourraient éventuellement jouer un rôle intermédiaire.

Ce positionnement explicité lors d’un témoignage, devant la Commission des Finances du Sénat, est la première fois que l’administration Biden fait part de son désir de voir revenir l’Autorité palestinienne à Gaza après avoir évoqué, en privé, cette idée avec ses partenaires régionaux, depuis le début de la guerre opposant Israël et le Hamas.

Le Hamas avait rejeté l’AP de Gaza après avoir remporté les suffrages des résidents de la bande lors des élections précédentes au sein de l’enclave, une année auparavant.

« A un certain point, ce qui aurait le plus de sens, ce serait qu’une Autorité palestinienne efficace et revitalisée reprenne la gouvernance et, finalement, la responsabilité sécuritaire à Gaza, » a déclaré Biden lors de l’audience.

« Savoir si on peut y arriver en une seule fois est la grande question que nous devons examiner. Et si ce n’est pas possible, il y a alors d’autres arrangements temporaires qui pourraient impliquer un certain nombre d’autres pays de la région », a-t-il dit. « Cela pourrait impliquer des agences internationales qui pourraient aider à assurer la sécurité et la gouvernance. »

Blinken a affirmé qu’il était impossible qu’il y ait « un renversement du statu-quo, avec le Hamas qui gouverne Gaza ».

« Nous ne pouvons pas non plus envisager – et les Israéliens le disent eux-mêmes – un Israël qui dirigerait ou qui contrôlerait Gaza », a-t-il poursuivi.

Mais rendre Gaza à l’AP pourrait être très difficile à mettre en œuvre en raison du statut historiquement faible de cette dernière. L’instance qui gouverne la Cisjordanie est gangrénée par la corruption, elle a perdu sa popularité auprès des Palestiniens en raison de sa coopération avec Israël et le soutien international a plongé suite aux offres de paix rejetées et à sa pratique de rémunération des prisonniers terroristes incarcérés en Israël.

Les critiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu l’accusent d’avoir renforcé le Hamas, au cours des quinze dernières années, dans le but de diviser les factions palestiniennes et d’affaiblir l’AP, plus modérée, qui reconnaît Israël et qui soutient la solution à deux États.

De son côté, le Bureau de Netanyahu a insisté sur le fait qu’aucune discussion n’avait encore commencé sur la stratégie « du lendemain » et qu’Israël se focalisait sur la nécessité de renverser le Hamas. « Toute prétendue discussion sur le fait de confier la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne ou à une autre partie est un mensonge », a fait savoir un communiqué de son Bureau, le 20 octobre.

Plus récemment, le ministère des Renseignements a élaboré un document affirmant qu’un retour de l’Autorité palestinienne à Gaza équivaudrait à une victoire pour le mouvement national palestinien, une victoire qui ferait courir un danger à Israël.

De son côté, Ramallah a indiqué que la perspective de revenir à Gaza ne l’intéressait pas – à moins que ce retour n’entre dans le cadre d’une initiative diplomatique qui unirait l’enclave à la Cisjordanie et qui redonnerait vie au processus de paix avec Israël. Les États-Unis soutiennent un tel projet, qui n’a pas suscité par ailleurs l’intérêt d’Israël.

Le Caire, Amman et Ryad condamnent les frappes israéliennes sur Jabaliya, à Gaza

Cette image tirée d'une vidéo de l'AFPTV montre des Palestiniens cherchant des survivants dans un cratère après une frappe à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, le 31 octobre 2023. (Crédit : Fadi Alwhidi/AFP)
Cette image tirée d'une vidéo de l'AFPTV montre des Palestiniens cherchant des survivants dans un cratère après une frappe à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, le 31 octobre 2023. (Crédit : Fadi Alwhidi/AFP)

Les ministères des Affaires étrangères égyptien, jordanien et saoudien ont publié des déclarations condamnant les frappes israéliennes à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, au cours desquelles le Hamas, dans une déclaration non vérifiée, a affirmé qu’une cinquantaine de Palestiniens avaient été tués.

Tsahal a déclaré que les frappes avaient visé des terroristes du Hamas et des infrastructures appartenant au bataillon central de Jabaliya du groupe terroriste palestinien, en surface et en sous-sol, et que l’effondrement de tunnels terroristes souterrains avait également fait s’écrouler certains bâtiments situés à proximité. De « nombreux » terroristes ont été tués, dont un haut commandant du Hamas.

L’Égypte a qualifié les frappes aériennes « d’inhumaines » et de « violation flagrante du droit international » et a mis en garde contre les conséquences des « attaques aveugles contre les civils dans et autour des hôpitaux, où ils se réfugient ». Le Caire a également appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre fin aux attaques israéliennes et fournir une aide humanitaire aux habitants de Gaza.

La Jordanie a également condamné l’attaque israélienne « dans les termes les plus forts », tenant Israël pour responsable des derniers développements. Amman a également condamné l’escalade en cours en Cisjordanie et les violences des résidents d’implantations à l’encontre des Palestiniens.

L’Arabie saoudite a exprimé son « rejet total des attaques répétées des forces d’occupation israéliennes contre des sites peuplés de civils ».

Les soldats ont conquis un bastion du Hamas à Jabaliya, annonce l’armée

Une photo prise depuis Sderot, dans le sud d'Israël, montre de la fumée s'élever après une frappe israélienne sur la bande de Gaza, le 31 octobre 2023. (Crédit :  Fadel Senna/AFP)
Une photo prise depuis Sderot, dans le sud d'Israël, montre de la fumée s'élever après une frappe israélienne sur la bande de Gaza, le 31 octobre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)

L’armée israélienne a indiqué que les soldats, sur le terrain, avaient pris le contrôle d’un « bastion militaire » du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, ajoutant qu’une cinquantaine de terroristes avaient été tués pendant les opérations menées aujourd’hui.

Tsahal a fait savoir que les forces d’infanterie et les chars, avec à leur tête la brigade Givati, avaient pris possession du complexe situé à l’Ouest de Jabaliya, qui est utilisé par le « bataillon de Jabaliya » du groupe terroriste.

Ce complexe comprend des tunnels et des lanceurs de roquette ainsi que des entrepôts de stockage d’armements, ont poursuivi les militaires.

Ils ont fait savoir que les troupes avaient affronté le Hamas dans le complexe, tuant « de nombreux terroristes » et que l’armée de l’air avait frappé des sites et des agents du groupe dans le secteur.

Après avoir capturé le site, les troupes ont localisé et détruit les entrées des tunnels et les armes.

L’armée a précisé que des informations de renseignement avaient aussi pu être saisies dans ce bastion.

Selon l’armée, environ 50 terroristes du Hamas ont été tués par les forces israéliennes dans la bande de Gaza aujourd’hui.

Des tunnels effondrés et un haut commandant du Hamas tué dans l’attaque de Jabaliya

L’armée israélienne a affirmé avoir tué le commandant du bataillon central de Jabaliya du groupe terroriste palestinien du Hamas, Ibrahim Biari, lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza il y a peu de temps.

Tsahal a déclaré que la frappe avait tué Biari et plusieurs autres terroristes et qu’elle avait provoqué l’effondrement de tunnels terroristes souterrains, entraînant la chute de plusieurs bâtiments situés à proximité.

Selon des informations palestiniennes, au moins 50 personnes ont été tuées lors de la frappe et de l’effondrement qui s’en est suivi.

Selon l’armée, Biari était l’un des commandants du Hamas chargés d’ordonner aux membres des forces d’élite de la Nukhba du groupe terroriste d’envahir Israël le 7 octobre.

Tsahal affirme que la frappe aérienne à Jabaliya faisait partie d’une « frappe à grande échelle » sur les terroristes du Hamas et les infrastructures appartenant au bataillon central de Jabaliya du groupe terroriste.

Selon l’armée, le bataillon central de Jabaliya a pris le contrôle de plusieurs bâtiments civils dans la région.

« La frappe a endommagé le commandement et le contrôle du Hamas dans la zone, ainsi que sa capacité à diriger l’activité armée contre les soldats de Tsahal opérant dans toute la bande de Gaza », indique l’armée dans un communiqué.

De « nombreux » terroristes ont été tués par Biari, et « l’infrastructure terroriste souterraine située sous les bâtiments et utilisée par les terroristes s’est également effondrée après la frappe ».

Tsahal dit également « réitérer son appel aux résidents de la zone à se déplacer vers le sud pour leur sécurité ».

Les troupes israéliennes confrontées à des combats rapprochés complexes à Gaza

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a affirmé que les combats dans la bande de Gaza devenaient plus complexes à mesure que les troupes opèrent plus profondément dans le territoire contrôlé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Il s’agit d’un combat au corps à corps complexe. Dans les batailles féroces qui ont eu lieu aujourd’hui, nous avons perdu des soldats », a-t-il déclaré.

Hagari a précisé que les deux soldats de Givati tués aujourd’hui étaient morts « courageusement au combat » alors que les troupes s’efforçaient de s’emparer d’un bastion du Hamas à Jabaliya.

« Il y a beaucoup d’éléments dans la région qui sont sous les ordres de l’Iran, comme les Houthis », a déclaré Hagari au sujet d’un missile intercepté et de plusieurs drones lancés depuis le Yémen vers Israël aujourd’hui.

« Ils essaient de nous défier, de détourner notre attention de la guerre à Gaza. Nous restons concentrés sur les combats à Gaza », a-t-il ajouté.

Selon lui, Tsahal « saura comment, quand et où riposter ».

L’Égypte déploie des chars près de la frontière de Rafah

Des chars égyptiens déployés près du poste frontière de Rafah, au nord de l'Égypte, le 31 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des chars égyptiens déployés près du poste frontière de Rafah, au nord de l'Égypte, le 31 octobre 2023. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

L’Égypte a stationné des chars et des véhicules blindés près du poste-frontière de Rafah, qui mène à Gaza.

Des photos montrent des dizaines de véhicules stationnés près de la frontière.

L’Égypte craint un afflux de dizaines de milliers de réfugiés en raison des combats entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza et a jusqu’à présent maintenu la frontière largement fermée, n’autorisant que les camions d’aide humanitaire à entrer dans la bande de Gaza.

L’Égypte est limitée par son traité de paix de 1979 avec Israël quant au nombre de forces qu’elle est autorisée à stationner dans la péninsule du Sinaï, bien qu’Israël ait par le passé autorisé l’Égypte à dépasser ces limites pour lutter contre l’insurrection terroriste dans la région.

Gallant : « Nous obtenons des résultats significatifs, mais payons un lourd tribut »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux soldats d'élite de l'armée de l'air, sur la base aérienne de Palmachim, le 31 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux soldats d'élite de l'armée de l'air, sur la base aérienne de Palmachim, le 31 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré que l’armée israélienne réalisait des exploits « significatifs » dans la bande de Gaza, mais qu’elle « payait aussi un lourd tribut ».

« Nous déployons des forces à grande échelle, profondément dans la bande », a dit Gallant aux troupes des unités d’élite Shaldag et 669 de l’armée de l’air.

« Il y a des batailles contre les forces qui opèrent [à Gaza] et les résultats et les réalisations sur le champ de bataille sont très élevés », a-t-il ajouté.

« Malheureusement, dans la guerre, il y a aussi des coûts, et les coûts de la journée passée étaient élevés. »

« Malgré cela, nous sommes déterminés à continuer et à gagner », a-t-il souligné.

Tsahal a annoncé que deux soldats avaient été tués et deux grièvement blessés dans de violents combats à Gaza aujourd’hui et que de « nombreux » terroristes avaient été tués.

Antonio Guterres se dit « profondément alarmé » par l’escalade de la guerre

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Seth Wenig/AP)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s'exprimant lors d'une réunion du Conseil de sécurité au siège des Nations unies, à New York, le 24 octobre 2023. (Crédit : Seth Wenig/AP)

Le chef de l’ONU s’est déclaré mardi « profondément alarmé » par l’intensification du conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, alors que de violents combats font rage à Gaza.

L’escalade comprend « des opérations terrestres de Tsahal accompagnées de frappes aériennes intenses, et la poursuite des tirs de roquettes vers Israël depuis Gaza », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué.

« Je reste profondément préoccupé par le risque d’une escalade dangereuse au-delà de Gaza », a-t-il ajouté.

Le FBI met en garde contre des menaces d’attentats accrues aux États-Unis

Le directeur du FBI, Christopher Wray, témoignant devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, sur la colline du Capitole, à Washington, le 12 juillet 2023. (Crédit : Patrick Semansky/AP Photo/Dossier)
Le directeur du FBI, Christopher Wray, témoignant devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, sur la colline du Capitole, à Washington, le 12 juillet 2023. (Crédit : Patrick Semansky/AP Photo/Dossier)

La guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas a fait passer la menace d’attentats contre des Américains aux États-Unis à un « tout autre niveau », a prévenu Christopher Wray, directeur du FBI.

« Nous estimons que les actions du Hamas et de ses alliés serviront de source d’inspiration comme nous n’en avons pas vu depuis que l’État islamique a lancé son soi-disant califat il y a plusieurs années », a déclaré Wray devant la commission sénatoriale de la Sécurité intérieure.

« Nous ne pouvons pas non plus écarter, et nous ne le faisons pas, la possibilité que le Hamas ou un autre groupe terroriste étranger exploite le conflit actuel pour mener des attaques sur notre propre sol », a-t-il ajouté.

Le chef du Federal Bureau of Investigation a déclaré que la menace la plus importante concernait les communautés juives et musulmanes des États-Unis.

« Notre préoccupation la plus immédiate est que des extrémistes violents, individus ou petits groupes, s’inspirent des événements du Moyen-Orient pour mener des attaques contre des Américains dans leur vie quotidienne », a-t-il déclaré.

« Il ne s’agit pas seulement d’extrémistes violents locaux inspirés par un groupe terroriste étranger, mais aussi d’extrémistes violents nationaux ciblant les communautés juives ou musulmanes. »

Congrès : L’audition sur l’aide militaire américaine à Israël interrompue par des manifestants

Des manifestants affichant le message "Free Gaza" levant les mains en l'air lors d'une audition de la commission des crédits du Sénat pour examiner la demande supplémentaire de sécurité nationale, sur la colline du Capitole, à Washington, le 31 octobre 2023. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Des manifestants affichant le message "Free Gaza" levant les mains en l'air lors d'une audition de la commission des crédits du Sénat pour examiner la demande supplémentaire de sécurité nationale, sur la colline du Capitole, à Washington, le 31 octobre 2023. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Des manifestants d’extrême-gauche aux mains couvertes de peinture rouge ont interrompu à plusieurs reprises une audition du Congrès sur l’aide militaire américaine, exigeant que Washington cesse de financer la lutte d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas et appelant à un cessez-le-feu.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin ont demandé à la commission sénatoriale des Finances des milliards de dollars d’aide militaire pour soutenir Israël, l’Ukraine et d’autres coûts liés à la sécurité mondiale.

Une vingtaine d’activistes ont levé des mains couvertes de peinture, reprochant à Israël la guerre que le pays mène contre le Hamas, qui dirige le territoire palestinien, après l’assaut terroriste meurtrier du 7 octobre.

Plusieurs d’entre eux avaient inscrit « Free Gaza » sur leur bras et tenaient des pancartes demandant « No more $$$ 4 Israel », tandis que d’autres criaient « Ceasefire now », « Palestinians are not animals » et « Shame on you all ».

Un homme portait un tee-shirt sur lequel on pouvait lire : « Arrêtez de soutenir le génocide. »

Blinken a été contraint de s’interrompre à plusieurs reprises, certains manifestants ayant été escortés par la police.

Répondant aux appels des manifestants, Blinken a déclaré que les États-Unis s’engageaient à protéger les civils à Gaza, mais qu’ils n’étaient pas favorables à un cessez-le-feu en ce moment, car cela permettrait simplement au groupe terroriste palestinien du Hamas de se regrouper et de commettre un nouveau massacre, comme il l’a fait le 7 octobre.

Le président américain Joe Biden a demandé au Congrès plus de 105 milliards de dollars pour les dépenses de sécurité, dont 14,3 milliards pour son fidèle allié Israël.

L’AFP a contribué à cet article.

870 survivants de la Shoah remercient Biden pour son soutien à Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant et enlaçant le président américain Joe Biden à l'aéroport Ben Gurion, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant et enlaçant le président américain Joe Biden à l'aéroport Ben Gurion, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)

Huit cent soixante-dix survivants de la Shoah ont écrit une lettre au président américain Joe Biden pour le remercier d’avoir soutenu Israël après l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre.

« Les survivants de la Shoah ont vécu le pire de l’humanité. Nous avons été témoins de l’assassinat de nos familles, de nos communautés et de la quasi-annihilation du peuple juif », ont-ils écrit dans cette lettre rédigée par les Fédérations juives d’Amérique du Nord (JFNA).

« Mais aujourd’hui, c’est différent. Aujourd’hui, nous avons Israël. Aujourd’hui, nous avons les États-Unis d’Amérique et un président désireux de soutenir l’État d’Israël et de dénoncer l’antisémitisme dans son pays et à l’étranger. Votre affirmation inébranlable du droit d’Israël à se défendre est significative pour nous. »

Tsahal affirme avoir touché une cellule équipée de missiles antichar au Liban

L’armée israélienne rapporte avoir frappé et éliminé une autre cellule terroriste dans le sud du Liban qui tentait de mener une attaque avec des missiles guidés antichar.

Par ailleurs, Tsahal affirme avoir frappé un autre site du Hezbollah dans la région, en réponse aux attaques répétées de roquettes et de missiles sur le nord d’Israël.

Un lourd barrage de roquettes tiré vers le centre d’Israël

Un puissant barrage de roquettes a été tiré sur le centre d’Israël.

Des sirènes ont retenti à Tel Aviv, Bnei Brak, Givatayim, Ramat Gan, Jaffa, Holon, Bat Yam, Rishon Lezion et dans d’autres communautés voisines.

Il n’y a aucune information immédiate d’impacts directs ou de blessures.

Deux soldats tués et deux grièvement blessés dans les combats à Gaza

Le sergent d'état-major Lavi Lipshitz, 20 ans, de Modiin, à gauche, et le sergent d'état-major Roei Wolf, 20 ans, de Ramat Gan, qui servaient tous deux dans l'unité de reconnaissance de la brigade d'infanterie Givati et qui ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le sergent d'état-major Lavi Lipshitz, 20 ans, de Modiin, à gauche, et le sergent d'état-major Roei Wolf, 20 ans, de Ramat Gan, qui servaient tous deux dans l'unité de reconnaissance de la brigade d'infanterie Givati et qui ont été tués lors des combats dans la bande de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a indiqué que deux de ses soldats avaient été tués et deux autres grièvement blessés lors d’affrontements avec des terroristes du Hamas dans la bande de Gaza aujourd’hui.

Les soldats tués sont : le sergent d’état-major Roei Wolf, 20 ans, de Ramat Gan, et le sergent d’état-major Lavi Lipshitz, 20 ans, de Modiin, qui servaient tous deux dans l’unité de reconnaissance de la brigade d’infanterie Givati.

Les familles des soldats blessés ont été informées, a indiqué l’armée.

Plus tôt, l’armée avait déclaré qu’elle s’état engagée dans des combats acharnés avec le Hamas et que de nombreux terroristes avaient été tués.

Blinken : Poutine cherche à « tirer profit » de la guerre entre Israël et le Hamas

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a accusé mardi le président russe Vladimir Poutine d’essayer d’utiliser la guerre entre Israël et le Hamas pour tenter de réduire le soutien de l’Occident à l’Ukraine.

« Poutine cherche vraiment à tirer profit de l’attaque du Hamas contre Israël dans l’espoir qu’elle nous distraira (…) et qu’elle amènera les Etats-Unis à retirer leurs ressources » à l’Ukraine, a affirmé le secrétaire d’Etat devant une commission du Sénat.

826 victimes civiles des attaques du Hamas ont été identifiées à ce jour – police

Funérailles de Lili et Ram Itamari qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023, dans le kibboutz Ruhama, le 29 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Funérailles de Lili et Ram Itamari qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Aza le 7 octobre 2023, dans le kibboutz Ruhama, le 29 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

La police déclare qu’à ce jour, 826 victimes civiles de l’attaque meurtrière du Hamas ont été identifiées.

Le communiqué précise que ce nombre représente environ 85 % des corps retrouvés.

Jusqu’à présent, 732 des victimes ont pu être enterrées.

L’identification de toutes les victimes est un processus lent, car beaucoup d’entre elles ont été gravement brûlées ou mutilées lors de l’assaut.

En outre, plus de 350 membres des forces de sécurité ont été tués.

Des familles d’otages du Hamas reçues à l’Assemblée nationale

Un homme regardant les affiches avec les photos des Israéliens retenus à Gaza lors d'une manifestation en solidarité avec les familles des otages, à Rehovot, le 29 octobre 2023. (Crédit : Meïr Conforti /Organisateurs de la manifestation)
Un homme regardant les affiches avec les photos des Israéliens retenus à Gaza lors d'une manifestation en solidarité avec les familles des otages, à Rehovot, le 29 octobre 2023. (Crédit : Meïr Conforti /Organisateurs de la manifestation)

Une dizaine de familles d’otages franco-israéliens détenus par le mouvement palestinien Hamas ont été reçues mardi à l’Assemblée nationale par plusieurs élus et par sa présidente Yaël Braun-Pivet qui a exprimé sa solidarité « vis-à-vis des victimes, d’Israël et des familles ».

« Le peuple français doit s’associer à la douleur de ces familles qu’elles soient françaises ou israéliennes parce qu’elles ont vécu le pire et continuent de le vivre », a affirmé la présidente devant les familles des otages accueillies à la Questure par le président du parti LR Eric Ciotti.

« Nous devons évidemment être à leurs côtés et demander inlassablement la libération de l’entièreté des otages », a-t-elle ajouté au terme de la réunion à laquelle ont participé plusieurs élus, dont Olivier Marleix (LR), Mathieu Lefèvre (Renaissance), Julien Odoul (RN) ou encore Jérôme Guedj (PS).

Pour sa part, M. Ciotti a assuré aux familles qu’il « mesurait leur douleur, leur épreuve et leur angoisse » et appelé « les démocraties à se lever » face à ce qu’il a dénoncé comme un « crime contre l’humanité ».

« Nous avons besoin de votre aide », a affirmé Ayelet Sella, dont sept membres de la famille sont portés disparus.

« Il faut tout faire pour libérer immédiatement les otages », a demandé l’ancienne députée travailliste de la Knesset Emilie Moatti.

Adva Gutman, dont la sœur est portée disparue, a lancé un appel à « cesser de soutenir le Hamas » et à faire pression sur ceux qui continuent de le faire, citant comme exemple le Qatar.

« La direction politique du Hamas est actuellement dans les hôtels 5 étoiles du Qatar », a affirmé le député des Français de l’étranger Meyer Habib (LR), dont la circonscription comprend Israël, et qui s’est dit convaincu que cet émirat peut avoir un rôle « énorme » pour obtenir la libération des otages.

Dans l’hémicycle, l’ensemble des députés, debout, ont ensuite applaudi les familles des otages, présentes en tribune lors de la séance des questions au gouvernement.

« Nous sommes à leurs côtés », a dit Mme Braun-Pivet (Renaissance).

Quatre blessés par les tirs de roquettes sur Ashdod

Des pompiers éteignent l'incendie d'une voiture causé par l'impact d'une roquette à Ashdod, le 31 octobre 2023. (Crédit : Services d'incendie et de secours)
Des pompiers éteignent l'incendie d'une voiture causé par l'impact d'une roquette à Ashdod, le 31 octobre 2023. (Crédit : Services d'incendie et de secours)

Quatre personnes ont été blessées dans deux impacts de roquettes distincts dans la ville côtière d’Ashdod, à la suite d’un tir de barrage en provenance de la bande de Gaza, selon les médecins.

Le service d’ambulance Magen David Adom indique qu’il soigne un homme de 50 ans dans un état grave, blessé par des éclats d’obus, et trois hommes âgés de 64, 46 et 35 ans dans un état léger, qui ont été touchés par des éclats de verre.

Ils sont tous transportés à l’hôpital local Assuta.

MDA scrute d’autres sites d’impact de roquettes dans la région pour détecter d’autres blessés potentiels.

Hanegbi : Israël reconnaît la réticence de l’Égypte à accueillir des réfugiés

Interrogé sur la question de savoir si Israël souhaitait que l’Egypte accueille des réfugiés pour Gaza, le président du Conseil national de sécurité, Tzachi Hanegbi, déclare qu’Israël reconnaît la crainte du Caire de voir les Palestiniens déplacés tenter de se ruer sur la frontière si elle est ouverte.

M. Hanegbi rappelle les liens de longue date qui unissent Israël à l’Égypte et espère que le Caire ouvrira sa frontière afin de permettre aux blessés d’être soignés à l’hôpital de Rafah ainsi que dans les hôpitaux de campagne qui peuvent être établis du côté égyptien de la frontière.

« L’Égypte peut aider les citoyens non impliqués de bien des façons. C’est notre intérêt mutuel », déclare M. Hanegbi.

Jusqu’à présent, l’Égypte n’a pas autorisé les civils de Gaza à sortir par sa frontière, limitant le passage à l’aide humanitaire qui entre à Gaza par le point de passage de Rafah. Les propositions israéliennes visant à ce que l’Égypte accueille les réfugiés de Gaza ont exaspéré Le Caire, notamment parce que Jérusalem a refusé de promettre publiquement que ceux qui quittent la bande de Gaza seraient autorisés à y retourner, a déclaré un fonctionnaire égyptien au ouila semaine dernière.

Hanegbi : L’objectif premier de la guerre est le retour des otages

M. Hanegbi déclare que l’un des principaux objectifs de la guerre est le retour des otages.

« C’est notre responsabilité sacrée en tant que nation, envers nos soldats et nos civils. »

Il insiste sur le fait que l’opération terrestre contribuera à la libération des otages.

M. Hanegbi estime que l’ensemble du cadre conceptuel dans lequel Israël envisageait sa sécurité jusqu’au 7 octobre a « disparu ».

« Il n’y a plus de ’round’, ‘d’opération’, il n’y a plus d’objectifs abstraits tels que ‘renforcer la dissuasion’, ‘obtenir un prix’, de ‘frappe douloureuse sur l’infrastructure’, ‘brûler la conscience de l’ennemi’. Le massacre du 7 octobre a fait disparaître l’illusion que nous étions face à un ennemi qui ne risquait pas sa destruction totale ».

Selon M. Hanegbi, le Hamas considère les habitants de Gaza comme de la « poussière humaine qui lui offre une protection ».

Le Hamas doit « cesser d’exister », affirme M. Hanegbi, et c’est la mission de Tsahal.
« Aucune organisation terroriste monstrueuse ne sera plus jamais autorisée à gouverner la bande de Gaza », déclare-t-il.

M. Hanegbi affirme également que le soutien ferme des États-Unis constitue un avantage considérable et permet à Israël de « mener une campagne d’une puissance sans précédent » contre le Hamas.

Afin de conserver ce soutien, explique M. Hanegbi, « il est de notre responsabilité de faire la distinction entre les meurtriers et les spectateurs civils, d’encourager la population civile du nord de la bande de Gaza à se positionner dans des zones sûres au sud, de permettre aux forces d’aide étrangères de fournir de la nourriture, de l’eau et des médicaments à tous ceux qui écoutent nos conseils », et des médicaments à tous ceux qui répondent à notre appel et qui se trouvent dans le sud aujourd’hui, et de demander des soins médicaux vitaux à tous ceux qui en ont besoin, mais pas dans les hôpitaux qui servent aujourd’hui de quartiers généraux au terrorisme, au commandement et au contrôle du Hamas et du Jihad islamique palestinien, mais dans les hôpitaux égyptiens, dans la zone protégée, ou dans des navires-hôpitaux.  »

Il affirme que des navires-hôpitaux étrangers sont en route pour la côte de Gaza.

Tirs de mortier depuis le Liban sur la communauté d’Arab al-Aramshe, dans le nord

L’arme israélienne indique que plusieurs mortiers ont été tirés depuis le Sud-Liban sur la communauté d’Arab al-Aramshe, dans le nord du pays.

Tous les projectiles ont atterri dans des zones ouvertes et n’ont fait ni blessés ni dommages, selon Tsahal.

Elle ajoute que les troupes répondent par des tirs d’artillerie en direction des sources des tirs de mortier.

Hanegbi: Israël est entré dans la 3e phase de l’opération à Gaza et gagnera malgré la douleur

Le conseiller à la Sécurité nationale Tzahi Hanegbi s'exprimant lors d'une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le conseiller à la Sécurité nationale Tzahi Hanegbi s'exprimant lors d'une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

S’exprimant à Tel Aviv, le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi a déclaré que la première étape de la guerre, qui consistait à contenir l’attaque du Hamas et à vider le sud d’Israël des terroristes, était terminée, tout comme la deuxième étape, qui consistait à frapper « avec précision et force tous les systèmes ennemis grâce à des renseignements de qualité provenant de l’air, de la terre et de la mer ».

La troisième étape est l’opération terrestre dans le nord de la bande de Gaza.

« Il s’agit d’une campagne difficile qui exige des combats intensifs. Il n’y a pas de combat sans prix douloureux. Nous sommes une nation combattante, malgré la douleur. Nous sommes déterminés à gagner, malgré la douleur ».

Actes antisémites en France : Borne condamne des « agissements ignobles »

Le Premier ministre français Elisabeth Borne s'exprimant lors du dévoilement d'une plaque commémorative en hommage à la militante française des droits des victimes du terrorisme Françoise Rudetzki, dans le cadre d'une visite des bureaux du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI), à Vincennes, le 13 mars 2023. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
Le Premier ministre français Elisabeth Borne s'exprimant lors du dévoilement d'une plaque commémorative en hommage à la militante française des droits des victimes du terrorisme Françoise Rudetzki, dans le cadre d'une visite des bureaux du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI), à Vincennes, le 13 mars 2023. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

Face à la multiplication des actes antisémites depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas, Elisabeth Borne a condamné mardi « avec la plus grande fermeté » ces « agissements ignobles » et affirmé que l’exécutif « ne laisser(ait) rien passer ».

Depuis le 7 octobre, « plus de 850 incidents ont eu lieu et près de 6.000 signalements en ligne ont été réalisés », a indiqué la Première ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, faisant état de « plus de 430 interpellations et plus de 230 enquêtes en cours ».

Une roquette en provenance de Gaza frappe Ashdod

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza lors du dernier tir de barrage s’est abattue sur un quartier résidentiel d’Ashdod, selon les autorités locales.

Des images montrent des voitures en feu et de la fumée s’élevant d’un immeuble à l’autre.

Le service d’ambulance Magen David Adom indique que ses équipes se rendent sur les lieux pour rechercher d’éventuels blessés. Plusieurs autres roquettes ont été interceptées par le système de défense aérienne Dôme de fer.

Tsahal : des tirs d’armes à feu et de mortiers ont touché le nord d’Israël

L’armée israélienne fait état de nouvelles attaques du sud du Liban sur le nord d’Israël.

Tsahal indique que des coups de feu ont été tirés sur des positions de l’armée à la frontière, et que deux mortiers lancés depuis le Liban ont atterri dans des zones ouvertes près du collège de Tel-Hai. Aucun blessé n’a été signalé dans ces attaques.

L’armée affirme avoir bombardé les sources des tirs et des tirs de mortier avec de l’artillerie. En réponse à ces attaques, ainsi qu’aux missiles et roquettes lancés précédemment depuis le Liban, Tsahal affirme avoir frappé « l’infrastructure militaire » du Hezbollah.

Les Houthis du Yémen revendiquent des attaques contre Eilat et promettent d’en mener d’autres

Les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, revendiquent une série d’attaques contre le sud d’Israël.

Yahya Sria, porte-parole du groupe, déclare que l’assaut aérien, comprenant des drones ainsi que des missiles balistiques et de croisière, a été mené « par sens de la responsabilité religieuse, morale, humanitaire et nationale » pour la population de Gaza, face à la faiblesse du monde arabe et à la collusion de certains pays arabes avec Israël.

L’opération a été motivée par « les demandes du peuple yéménite », ajoute-t-il.

Saria note qu’il s’agit de la troisième attaque menée par le groupe contre Israël depuis le début de la guerre, et promet de mener d’autres frappes contre Israël à l’aide de missiles et de drones.

Les tirs de roquettes ont déclenché des sirènes à Eilat dans la matinée et ont été interceptés par le système de défense aérienne Arrow. L’aviation israélienne a abattu les drones.

Le Premier ministre du gouvernement houthi, Abdelaziz bin Habtour, a déclaré plus tôt dans la journée que les drones utilisés dans l’attaque « appartiennent à l’État du Yémen ».

Les Houthis, qui se sont emparés de Sanaa, la capitale du Yémen, en 2014 et contrôlent de vastes régions du pays, font partie de l’axe de résistance contre Israël, au même titre que le Hamas, qui est également soutenu par Téhéran.

Israël-Hamas: les groupes pro-iraniens ne peuvent pas « rester silencieux », prévient Téhéran

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une réunion d'urgence sur la guerre entre Israël et le Hamas à l'Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

Le chef de la diplomatie iranienne a prévenu mardi que les groupes pro-iraniens dans la région ne pouvaient pas rester « silencieux » face à la guerre entre Israël et le Hamas palestinien, en soulignant l’urgence de mettre fin à la guerre.

« Il est normal que les groupes et les mouvements de la résistance ne restent pas silencieux face aux crimes » commis dans le territoire palestinien de la bande de Gaza, a affirmé Hossein Amir-Abdollahian, lors d’une visite au Qatar.

« Ils n’écouteront les conseils de personne, donc il faut que nous profitions de la dernière opportunité  politique pour mettre fin à la guerre » a-t-il ajouté, selon un communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères publié à l’issue de sa rencontre avec l’émir du Qatar, Tamin ben Hamad Al-Thani.

Les rebelles Houthis du Yémen promettent de poursuivre leurs attaques contre Israël

Les rebelles Houthis au Yémen, proches de l’Iran, ont promis mardi de poursuivre leurs attaques contre Israël jusqu’à la fin de sa guerre contre le Hamas, en affirmant avoir déjà lancé plusieurs missiles et drones vers le territoire israélien.

« Les forces armées yéménites (…) continueront à mener des attaques de missiles et de drones jusqu’à ce que l’agression israélienne s’arrête », selon un communiqué diffusé par la télévision des rebelles, Al-Masirah TV.

Un homme légèrement blessé lors d’une attaque à la roquette dans le Néguev

Le service de secours Magen David Adom indique qu’il soigne un homme légèrement blessé après que sa voiture a été touchée par des éclats d’intercepteur de roquettes, à la suite d’une attaque à la roquette sur des zones situées au nord et à l’est de Beer Sheva.

L’homme, âgé de 29 ans, a été transporté à l’hôpital Soroka de Beer Sheva pour y être soigné.

Ben Gvir critiqué pour ses propos sur la libération de détenus pro-palestiniens

Le système judiciaire israélien a indirectement critiqué Itamar Ben-Gvir, le ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, qui a critiqué des juges spécifiques suite à des arrêts qu’ils ont rendus ces derniers jours.

Ben Gvir a ouvertement attaqué deux juges arabes la semaine dernière. Le premier, Ihsan Kanaan, du tribunal de district de Haïfa, pour avoir libéré l’activiste pro-palestinien de gauche Yoav Bar, et le second, Arafat Taha, du tribunal de district de Nazareth, pour avoir libéré l’actrice Maisa Abd Elhadi. Ils avaient tous deux été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés d’incitation au terrorisme.

Abd Elhadi, qui avait, dans un premier temps, été assignée à résidence, a par la suite été inculpée d’identification à une organisation terroriste et d’incitation au terrorisme, dans le cadre d’une vaste opération de répression menée par la police à l’encontre d’Israéliens qui auraient exprimé leur soutien aux attentats en ligne.

« Ces derniers jours, des messages offensants ont été publiés contre des juges qui faisaient leur travail. L’autorité judiciaire israélienne considère ces propos avec la plus grande sévérité », peut-on lire dans un communiqué non signé publié par le service du porte-parole de l’autorité judiciaire.

Le communiqué indique que de tels propos sont particulièrement inquiétants lorsqu’ils sont tenus par des « personnalités publiques de haut rang qui, justement dans des moments pareils, devraient s’efforcer de modérer le discours », une allusion très probable à Ben Gvir.

« Les juges israéliens statuent conformément à la loi, aux circonstances du cas et aux preuves qui leur sont présentées, et continueront à faire leur travail fidèlement, sans crainte et sans parti pris, en temps d’urgence comme en temps normal », conclut la déclaration.

En réponse, Ben Gvir a déclaré : « Je suggère que le système judiciaire se concentre sur le rappel à l’ordre des juges qui font preuve d’empathie à l’égard des partisans du terrorisme plutôt que de donner des leçons aux représentants élus ».

Tsahal fait état d’intenses batailles à Gaza

Les troupes de Tsahal opérant à Gaza, dans une photo publiée par l'armée israélienne le 31 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'IDF)
Les troupes de Tsahal opérant à Gaza, dans une photo publiée par l'armée israélienne le 31 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de l'IDF)

L’armée israélienne fait savoir qu’au cours des dernières heures, les troupes sont engagées dans des « batailles féroces contre les terroristes du Hamas au plus profond de la bande de Gaza ».

L’armée affirme que les forces terrestres et aériennes ont frappé plusieurs positions du Hamas et des escadrons de missiles guidés antichars.

Selon Tsahal, les troupes ont tué des dizaines de terroristes au cours des combats d’aujourd’hui et se sont emparées d’armes.

Tsahal partage de nouvelles images montrant les troupes opérant à Gaza, ainsi que certaines des récentes frappes.

Le communiqué de Tsahal ne fournit pas d’informations sur d’éventuelles victimes du côté israélien.

Un missile à longue portée lancé depuis la mer Rouge intercepté par le système Arrow – Tsahal

Le système de défense aérienne Arrow a intercepté un missile surface-surface lancé depuis la « zone de la mer Rouge » en direction d’Israël, selon l’armée.

Dans un communiqué, l’armée israélienne déclare que les systèmes de l’armée de l’air ont suivi la trajectoire du missile et l’ont intercepté « au moment et à l’endroit les plus appropriés ».

Le missile aurait été lancé par les Houthis au Yémen, soutenus par l’Iran, et viserait la ville d’Eilat, située à l’extrême sud du pays.

Il s’agit de la première utilisation opérationnelle du système de défense à longue portée Arrow dans le cadre de la guerre actuelle, indique l’armée.

Tsahal ajoute que ce matin, des avions de chasse ont abattu d’autres « cibles hostiles » – qui seraient des drones – qui volaient dans la région de la mer Rouge.

« Toutes les menaces ont été interceptées en dehors du territoire de l’État d’Israël. Aucune intrusion sur le territoire israélien n’a été détectée », ajoute l’armée.

Nasrallah prononcera vendredi son premier discours public depuis le début de la guerre

Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah, lors d'un discours télévisé pour la commémoration chiite d' Arbaeen, le 17 septembre 2022. (Crédit : Twitter/Capture d'écran)
Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah, lors d'un discours télévisé pour la commémoration chiite d' Arbaeen, le 17 septembre 2022. (Crédit : Twitter/Capture d'écran)

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, prononcera un discours vendredi, son premier discours public depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Le discours est prévu à 15 heures, heure d’Israël, au cours d’une cérémonie en l’honneur des « martyrs qui sont morts sur la route de Jérusalem », selon l’organe de presse pro-Hezbollah Al Mayadeen.

Le Hezbollah et Israël se sont livrés à un certain nombre d’escarmouches à petite échelle à la frontière israélo-libanaise, dont certaines ont été meurtrières. Le groupe terroriste a été averti à plusieurs reprises de rester à l’écart.

Interception possible au-dessus d’Eilat

Une traînée de fumée, provenant apparemment d’un missile de défense aérienne israélien, est visible au-dessus de la région d’Eilat, dans le sud d’Israël, le 31 octobre 2023. (Autorisation)

Des informations font état d’une activité de défense aérienne au-dessus de la région d’Eilat, dans le sud d’Israël.

Des images montrent une traînée de fumée, probablement due à un missile d’interception israélien, et des habitants de la région disent avoir entendu une forte explosion.

Les forces israéliennes n’ont fait aucun commentaire sur l’incident dans l’immédiat.

Plus tôt, Tsahal a déclaré avoir détecté une « cible aérienne » s’approchant du territoire israélien après le déclenchement des sirènes d’infiltration aérienne à Eilat.

Selon certains médias , un projectile aurait été intercepté au-dessus de la mer Rouge, et le gouvernement houthi du Yémen a déclaré que ses drones avaient été lancés en direction d’Israël.

Une image satellite donne un aperçu rare des manœuvres israéliennes à l’intérieur de Gaza

Un écran d'ordinateur montre une image d'une analyse du New York Times de l'imagerie satellite de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Times of Israel)
Un écran d'ordinateur montre une image d'une analyse du New York Times de l'imagerie satellite de Gaza le 31 octobre 2023. (Crédit : Times of Israel)

Un reportage du New York Times, basé sur de nouvelles images satellites de Planet Labs, semble offrir une vue unique des manœuvres de Tsahal dans le nord-ouest de la bande de Gaza.

L’image à grande échelle capturée hier montre les traces laissées par les chars entrant dans Gaza par le nord et se déplaçant vers le sud le long de la côte en direction des banlieues densément peuplées au nord de la ville de Gaza, et ce qui semble être une zone de rassemblement avec des douzaines de véhicules blindés dans un ancien champ.

Le sol est parsemé de cratères dus à des tirs de missiles ou de roquettes, et les bâtiments sont réduits à l’état de ruines.

Le reportage fournit une rare vue indépendante de ce à quoi ressemble l’incursion terrestre limitée d’Israël dans la bande de Gaza, les journalistes ne pouvant y pénétrer et les informations étant étroitement contrôlées par l’armée.

Alors que des informations suggéraient que les forces terrestres israéliennes frappaient les combattants du Hamas à l’intérieur des tunnels, l’armée a seulement déclaré que des bunkers souterrains figuraient parmi les sites ciblés la veille par les forces aériennes, navales et terrestres. Elle a affirmé avoir ciblé des fortifications souterraines tout au long des combats.

Les rebelles au Yémen affirment avoir lancé des drones en direction d’Israël

Les rebelles Houthis au Yémen ont affirmé mardi avoir lancé des drones en direction d’Israël, en réponse à la guerre menée par l’Etat hébreu contre le Hamas .

L’armée israélienne a affirmé plus tôt avoir détecté un « engin volant hostile » au large de la ville d’Eilat sur la mer Rouge. Interrogé par l’AFP, le Premier ministre du gouvernement des Houthis, Abdelaziz ben Habtour, a affirmé que « ces drones appartiennent au Yémen ».

Le Hamas publie une vidéo montrant des combats avec l’armée israélienne

Le groupe terroriste Hamas diffuse une vidéo montrant ses membres affrontant les forces israéliennes dans la bande de Gaza dimanche.

La vidéo montre des images de drone montrant des forces israéliennes rassemblées à l’intérieur de Gaza, près du poste frontière d’Erez, avant de passer à la caméra corporelle d’un agent du Hamas.

Plusieurs membres armés du Hamas sortent d’un tunnel et s’approchent lentement de la zone où sont stationnées les forces israéliennes.

Les hommes armés ouvrent le feu sur les troupes de Tsahal et une fusillade s’ensuit.

De nombreux échanges de tirs ont eu lieu dans la bande de Gaza ces derniers jours, alors que l’armée israélienne étend ses opérations terrestres.

L’armée confirmé que deux soldats ont été blessés au cours de l’opération, l’un par un tir de mortier et l’autre au cours d’un affrontement.

Selon Tsahal, des dizaines de terroristes du Hamas ont été tués dans la bande de Gaza lors de l’incursion terrestre.

Un général à ses troupes : Il ne peut y avoir « d’autre résultat que la victoire »

Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, au centre, dans la bande de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef du Commandement du Sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, au centre, dans la bande de Gaza, le 30 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne diffuse un enregistrement radio du chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, disant aux troupes opérant dans la bande de Gaza qu’il ne peut y avoir « d’autre résultat que la victoire ».

« Stations du Commandement du Sud, le commandant parle. Nous lançons une attaque contre le Hamas et les groupes terroristes dans la bande de Gaza. Notre objectif est unique : la victoire. Quels que soient la durée et les difficultés des combats, il n’y a pas d’autre résultat [possible] que la victoire », a déclaré Finkelman.

« Nous nous battrons de manière professionnelle et puissante, selon les valeurs de Tsahal qui nous ont été inculquées. La principale d’entre elles est de s’en tenir à la mission et de viser la victoire », ajoute-t-il.

« Nous nous battrons dans les ruelles, nous nous battrons dans les tunnels, nous nous battrons là où c’est nécessaire. Nous frapperons le terrible ennemi qui se dresse devant nous », poursuit Finkelman.

« Mes frères de combat, les habitants de Beeri, de Sderot, de Nir Oz, de Kfar Azza et des communautés du Néguev occidental, et avec eux toute la nation d’Israël, nous regardent tous en ce moment. Comme moi, ils vous font confiance et croient en vous. Vous êtes la génération de la victoire », affirme-t-il.

« Mettez-vous au travail, frappez l’ennemi, encore et encore. »

« Maintenant, nous prions pour le retour des autres », dit la mère d’Ori Megidish

La mère de la soldate Ori Megidish, qui a été sauvée, fait une brève déclaration aux médias et aux sympathisants rassemblés devant sa maison de Kiryat Gat, remerciant Dieu, l’armée et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet d’avoir ramené sa fille à la maison.

« Merci à tous pour vos prières et votre soutien », déclare Margalit Megidish, semblant retenir ses larmes. « Notre Ori est rentrée à la maison. Maintenant, nous prions pour le reste des otages et des disparus, et notre cœur est avec toutes les familles. »

Elle s’excuse également de ne pas être adressée plus tôt aux médias, avant de retourner se réfugier à l’intérieur.

Un général iranien affirme qu’il y a plus de 400 kilomètres de tunnels sous Gaza

Un membre du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien marchant dans un tunnel dans la Bande de Gaza, lors d'une tournée médiatique dans un contexte d'escalade de la violence avec Israël, le 17 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un membre du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien marchant dans un tunnel dans la Bande de Gaza, lors d'une tournée médiatique dans un contexte d'escalade de la violence avec Israël, le 17 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le chef d’état-major de l’armée iranienne affirme qu’il y a plus de 400 kilomètres de tunnels sous la partie nord de la bande de Gaza.

« Les véhicules et les motos peuvent passer par certains d’entre eux », a déclaré le général de division Mohammad Bagheri lors d’une conférence sur la défense civile à Téhéran, selon l’agence de presse iranienne Tasnim News Agency.

Le commandant affirme que certains des tunnels débouchent sur l’intérieur d’Israël.

Israël a vanté les mérites des capteurs souterrains de la barrière de Gaza, officiellement achevée en 2021, comme ayant la capacité de détecter les creusements sous la frontière, bien que les failles de la barrière en surface aient été révélées le 7 octobre. Pendant la guerre d’Israël contre Gaza en 2014, les terroristes ont utilisé des tunnels transfrontaliers pour organiser un certain nombre d’attaques à petite échelle.

Bagheri affirme que la raison pour laquelle l’armée israélienne a attendu pour lancer une invasion terrestre à grande échelle à Gaza est qu’elle sait qu’une telle opération marquera « une nouvelle défaite ».

Une maison touchée par une roquette dans une communauté proche de la bande de Gaza

Une maison touchée par une roquette dans la région d'Eshkol, le 31 octobre 2023. (Crédit : Conseil régional d'Eshkol)
Une maison touchée par une roquette dans la région d'Eshkol, le 31 octobre 2023. (Crédit : Conseil régional d'Eshkol)

Alors que les sirènes continuent de retentir sporadiquement dans les communautés frontalières de la bande de Gaza, une maison a été endommagée par une roquette, selon les autorités locales du Conseil régional d’Eshkol.

L’attaque n’a pas fait de blessés car personne ne se trouvait dans la maison, a précisé le Conseil régional d’Eshkol.

Les villes proches de la frontière avec la bande de Gaza ont été en grande partie évacuées en raison des combats.

Russie : Au moins 80 arrestations suite à la traque aux Juifs à l’aéroport du Daghestan

Des manifestants crient des slogans antisémites sur la piste d'un aéroport du Daghestan, en Russie, recherchant les passagers d'un vol en provenance d'Israël, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP)
Des manifestants crient des slogans antisémites sur la piste d'un aéroport du Daghestan, en Russie, recherchant les passagers d'un vol en provenance d'Israël, le 29 octobre 2023. (Crédit : AP)

Au moins 80 personnes ont été arrêtées à la suite d’émeutes antisémites dans un aéroport du Daghestan, selon le site d’information russe Kommersant.

Selon l’article, l’incident de dimanche, au cours duquel des centaines de manifestants pro-palestiniens ont pris d’assaut un aéroport où atterrissait un vol en provenance de Tel Aviv afin de traquer les Juifs, a été confié au SKR, l’équivalent russe du FBI, pour enquête.

Quelque 150 suspects auraient été identifiés, selon l’article, et des recherches sont en cours.

Pour tenter de calmer la foule, la police aurait, à un moment donné, accepté de laisser les leaders de la meute monter à bord de l’avion pour vérifier s’il y avait des juifs à bord, mais elle est revenue sur sa décision lorsque les émeutiers se sont mis à crier « Allahu akbar » et à insulter la police.

Neuf policiers ont été blessés, dont deux qui ont été hospitalisés, rapporte Kommersant.

80 camions d’aide devraient entrer à Gaza mardi, selon Israël

Des Palestiniens passant devant un bâtiment détruit à Rafah, dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Des Palestiniens passant devant un bâtiment détruit à Rafah, dans la bande de Gaza, le 28 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

80 camions chargés d’aide humanitaire devraient entrer dans la bande de Gaza ce mardi, selon le ministère de la Défense, alors que la cadence des transports d’aide autorisés dans la bande de Gaza s’est considérablement accélérée.

À la date de lundi, Israël avait autorisé l’entrée à Gaza de 144 camions transportant de la nourriture, de l’eau et des médicaments depuis le 17 octobre, dont plus de 50 camions rien que dimanche et lundi, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Les responsables de l’ONU indiquent qu’au moins 100 camions d’aide sont nécessaires chaque jour pour l’enclave, qui recevait 500 camions par jour avant le siège imposé par Israël le 7 octobre en réponse à l’attaque brutale du groupe terroriste du Hamas contre les communautés israéliennes, durant laquelle quelque 1 400 personnes ont été tuées, pour la plupart des civils, et au moins 245 autres ont été kidnappées.

Les États-Unis et d’autres alliés ont fait pression sur Israël pour qu’il augmente considérablement l’aide entrant dans la bande de Gaza. Israël affirme qu’il doit vérifier que toutes les cargaisons entrant dans la bande de Gaza ne contiennent pas d’armes ou d’autres produits de contrebande, et a exprimé la crainte que les marchandises ne se retrouvent entre les mains du Hamas, qui dirige la bande de Gaza.

La high-tech contre Netanyahu, qui refuse d’assumer la responsabilité de l’assaut

Le directeur israélien de l’entreprise technologique WalkMe s’est joint au fondateur de MobilEye, Amnon Shashua, pour demander au Premier ministre Benjamin Netanyahu de démissionner, car son gouvernement n’a pas pris les mesures nécessaires avant les massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre.  Le Premier ministre est également sévèrement critiqué par d’autres chefs d’entreprise du secteur de la haute technologie pour son refus d’accepter toute responsabilité dans le désastre qui a suivi.

« Netanyahu devrait démissionner dès que possible, même si, en théorie, ‘on ne change pas [de chef] pendant une guerre’ et ‘on ne devrait pas en parler maintenant' », a déclaré Dan Adika au quotidien financier le Calcalist, accusant le gouvernement de ne pas avoir fonctionné comme il l’aurait dû pendant l’assaut. « Il n’est pas apte à diriger et doit démissionner. »

Adika et les autres PDG, dont Joel Bar-El de Trax et Oz Alon de Honeybook, se sont dits particulièrement offensés par un tweet publié par Netanyahu semblant blâmer l’establishment sécuritaire du pays de ne pas avoir vu venir les attaques, tweet pour lequel Netanyahu s’est ensuite excusé suite à la controverse qu’il a suscitée.

« En tant que PDG, la responsabilité m’incombe toujours, je ne peux pas blâmer les cadres en dessous de moi. Un premier ministre est un PDG et cette tragédie s’est produite alors qu’il était aux commandes », a déclaré Tom Livne, directeur de Verbit, au quotidien. « Notre Premier ministre est déconnecté de la réalité sur le terrain et cherche simplement un bouc émissaire. »

Paris: une femme qui criait « Allah Akbar » dans le RER maîtrisée par la police

Photo d'illustration : Des policiers devant la préfecture de Paris, quai de Gesvres, le 3 octobre 2019. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)
Photo d'illustration : Des policiers devant la préfecture de Paris, quai de Gesvres, le 3 octobre 2019. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)

Une femme qui, selon des témoins, tenait des propos menaçants et a crié « Allah Akbar » dans un train du RER C a été maîtrisée mardi matin à Paris par la police, qui a ouvert le feu et l’a blessée, a appris l’AFP lundi de source policière.

Après des appels de passagers mentionnant une femme « intégralement voilée » qui « proférait des menaces », la police a réussi à « l’isoler » à la station Bibliothèque François Mitterrand, a expliqué à l’AFP cette source policière. La femme a « refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers » et « craignant pour leur sécurité, ils ont fait usage de leur arme », a ajouté cette source.

Otages du Hamas: le chef de la diplomatie thaïlandaise au Qatar et en Egypte

Le ministre thaïlandais des Affaires étrangères entame mardi un déplacement au Qatar et en Egypte pour discuter du sort des 22 Thaïlandais retenus en otage à Gaza par le Hamas.

Des milliers de civils ont été tués dans les deux camps depuis le début de la guerre déclenchée par une attaque sanglante sans précédent lancée par le groupe terroriste islamiste palestinien le 7 octobre depuis la bande de Gaza contre Israël.

Plus de 230 personnes sont retenues en otage à Gaza, selon les derniers chiffres israéliens, dont 22 ressortissants thaïlandais, selon Bangkok.

Le Premier ministre Srettha Thavisin a déclaré lundi que son gouvernement travaillait d’arrache-pied pour permettre aux citoyens thaïlandais de rentrer chez eux.

Il a envoyé son chef de la diplomatie, Parnpree Bahiddha-Nukara, rencontrer le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du Qatar mardi, avant de s’entretenir avec son homologue égyptien mercredi.

M. Parnpree « discutera de la situation des ressortissants thaïlandais retenus en otage en raison des violences actuelles en Israël et à Gaza », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Environ 30 000 Thaïlandais travaillaient en Israël, souvent dans le secteur agricole, lorsque le conflit, déclenché par l’assaut du Hamas, a éclaté.

Au moins 32 Thaïlandais ont été tués dans le conflit depuis le 7 octobre et 19 ont été blessés, selon le ministère des Affaires étrangères.

« Nous sommes des victimes de cette guerre », a déclaré Srettha aux journalistes avant un voyage au Laos voisin lundi. « Nous avons été plus touchés parce qu’il y a davantage de travailleurs thaïlandais en Israël que d’autres nationalités. »

Srettha a annoncé que le gouvernement fournirait une aide financière aux compatriotes souhaitant quitter Israël.

« La raison pour laquelle les Thaïlandais ne retournent pas en Thaïlande c’est le coût du voyage », a-t-il expliqué.

« Nous fournissons une aide financière de 50 000 bahts (1 400 dollars) par personne, y compris à ceux et celles qui sont déjà rentrés », a déclaré Srettha aux journalistes.

Le Yémen serait à l’origine du tir sur Eilat

Les autorités israéliennes soupçonnent que le projectile tiré en direction d’Eilat a été lancé depuis le Yémen, rapporte le site d’information Ynet.

Sur Twitter, un porte-parole de la milice Houthi, soutenue par l’Iran, a déclaré qu’il ferait une « déclaration importante » dans les heures à venir, qui devrait porter sur les tirs présumés vers Israël.

Waad al-Haq, un groupe yéménite lié au Katai’b Hezbollah en Irak, soutenu par l’Iran, affirme en ligne qu’Eilat a été visée depuis le Yémen.

Tsahal : au moins 240 otages enlevés le 7 octobre sont encore détenus à Gaza

Un homme regardant les affiches avec les photos des Israéliens retenus à Gaza lors d'une manifestation en solidarité avec les familles des otages, à Rehovot, le 29 octobre 2023. (Crédit : Meïr Conforti /Organisateurs de la manifestation)
Un homme regardant les affiches avec les photos des Israéliens retenus à Gaza lors d'une manifestation en solidarité avec les familles des otages, à Rehovot, le 29 octobre 2023. (Crédit : Meïr Conforti /Organisateurs de la manifestation)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, annonce que l’armée avait notifié aux familles de 240 otages que leurs proches étaient détenus dans la bande de Gaza, ce qui porte à au moins 245 le nombre de personnes dont l’enlèvement a été confirmé le 7 octobre.

Il précise que ce chiffre n’est pas définitif, l’armée enquêtant sur de nouvelles informations.

Ce chiffre de 240 n’inclut pas les quatre otages libérées – Judith et Natalie Raanan, mère et fille, et Yocheved Lifshitz et Nurit Cooper, deux femmes âgées – ni la soldate Ori Megidish, qui a été secouru par les forces israéliennes dans la nuit de dimanche à lundi.

Il y a encore des dizaines de personnes disparues dont le sort est actuellement inconnu.

Fin de l’alerte à Eilat après le lancement d’une « cible aérienne » en direction d’Israël

L’armée israélienne avoir identifié une « cible aérienne » s’approchant du territoire israélien.

« Il n’y a pas eu de menace ou de risque pour les civils », déclare l’armée.

L’armée ne confirme pas les informations selon lesquelles la cible a été interceptée ou qu’elle s’est approchée de la mer Rouge.

Mohammad Dahlane appelle à une démocratie d’après-guerre à Gaza, y compris pour le Hamas

Mohammed Dahlan lors d'un entretien avec l'Associated Press dans son bureau de Ramallah, en Cisjordanie, le 3 janvier 2011. (AP Photo/Majdi Mohammed, File)
Mohammed Dahlan lors d'un entretien avec l'Associated Press dans son bureau de Ramallah, en Cisjordanie, le 3 janvier 2011. (AP Photo/Majdi Mohammed, File)

Mohammad Dahlane, ancien homme fort du Fatah à Gaza exilé aux Émirats arabes unis depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, a déclaré à The Economist qu’il envisageait un avenir dans lequel l’enclave et la Cisjordanie seraient gouvernées par un parlement palestinien élu, supprimant ainsi la présidence de l’Autorité palestinienne.

Selon lui, une fois la guerre d’Israël contre le Hamas terminée, la bande de Gaza devrait être gouvernée par un gouvernement technocratique pendant deux ans, avant de laisser place à des élections. Le vote devrait inclure le Hamas rival, dit-il, balayant l’idée qu’Israël sera en mesure d’éliminer complètement le groupe. Le groupe terroriste est sorti vainqueur des dernières élections parlementaires palestiniennes, en 2006.

« Le Hamas ne disparaîtra pas », a-t-il déclaré dans cette rare interview. Bien qu’il soit basé dans le Golfe, M. Dahlane reste un personnage puissant à Gaza, où il assurait auparavant la sécurité du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et où il a depuis négocié des accords pour faire entrer des fonds et du carburant dans la bande de Gaza.

Toutefois, il rejette l’idée qu’il accepterait d’être installé par Israël pour diriger l’enclave une fois que les troupes se seront retirées, rapporte The Economist.

Tsahal déclare avoir tué un commandant du Hamas qui dirigeait les attaques contre Erez et Netiv HaAsara

L’armée israélienne annonce avoir tué le commandant du bataillon Beit Lahiya du Hamas, Nisam Abu Ajina, lors d’une frappe aérienne dans le nord de la bande de Gaza.

Selon les forces israéliennes, Abu Ajina était responsable du commandement des terroristes du Hamas qui ont mené l’attaque meurtrière au kibboutz Erez et à Netiv Ha’asara le 7 octobre.

L’armée affirme qu’il commandait auparavant les forces aériennes du Hamas et qu’il a travaillé au développement des drones et des parapentes du groupe terroriste, utilisés lors des attaques du 7 octobre.

Tsahal indique que la frappe aérienne a été menée sur la base de renseignements recueillis par l’agence de sécurité Shin Bet et la direction du renseignement militaire.

Elle ajoute que « son élimination est un coup dur pour les efforts du groupe terroriste du Hamas visant à perturber les opérations terrestres de Tsahal » dans la bande de Gaza.

Tsahal: 300 sites ont été frappés lundi ; de nombreux membres du Hamas tués

Des chars israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des chars israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo publiée le 31 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne fait savoir que les troupes ont tué de « nombreux » terroristes du Hamas au cours des opérations terrestres menées dans la bande de Gaza au cours de la journée de lundi, et qu’elles ont frappé quelque 300 cibles.

Tsahal précise que les cibles touchées par les forces terrestres, aériennes et navales comprenaient des positions de lancement de missiles guidés antichars et de roquettes, des entrées de tunnels et des complexes militaires du Hamas.

Au cours des opérations terrestres, les troupes se sont heurtées à des cellules terroristes qui ont tiré des missiles et des mitrailleuses lourdes sur les forces.

Tsahal affirme que les troupes ont tué les membres de ces cellules et ont demandé à l’armée de l’air d’effectuer des frappes au cours des combats.

Des chars de Tsahal dans la bande de Gaza. Photo diffusée par Tsahal le 31 octobre 2023. (Crédit : Tsahal)

Le communiqué de Tsahal n’a pas fourni d’informations sur d’éventuelles nouvelles victimes du côté israélien.

Selon le New York Times, les troupes semblaient avoir encerclé la ville de Gaza lundi soir, la fermant au nord et au sud mais gardant la plupart des forces à l’extérieur de la métropole, dans ce qui a été décrit comme « une sorte de mouvement en tenaille ».

Tsahal démolit la maison de Saleh al-Arouri en Cisjordanie

L'armée israélienne démolit une maison appartenant à un responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la ville de 'Arura, près de Ramallah, le 31 octobre 2023. (Capture d'écran/X)
L'armée israélienne démolit une maison appartenant à un responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la ville de 'Arura, près de Ramallah, le 31 octobre 2023. (Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a démoli une maison appartenant à un responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la ville de ‘Arura, près de Ramallah.

Des images postées sur les réseaux sociaux montrent l’explosion contrôlée effectuée par Tsahal.

Le 27 octobre, le chef du commandement central de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, a signé l’ordre de démolition.

Basé au Liban, al-Arouri est considéré comme le chef de facto du Hamas en Cisjordanie.

26 journalistes ont été tués à Gaza depuis le 7 octobre – CPJ

Des journalistes étrangers et israéliens se tiennent sur une colline surplombant la bande de Gaza dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des journalistes étrangers et israéliens se tiennent sur une colline surplombant la bande de Gaza dans la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) indique que 31 journalistes ont été tués dans la guerre entre Israël et le Hamas jusqu’à présent.

Vingt-six d’entre eux ont été tués à Gaza.

Quatre d’entre eux ont été tués lors de l’assaut du Hamas en Israël le 7 octobre.

Un journaliste a été tué au Liban, apparemment par des tirs israéliens visant le Hezbollah.

Le CPJ indique que neuf autres journalistes ont été portés disparus ou détenus.

« Le CPJ enquête également sur de nombreux rapports non confirmés faisant état d’autres journalistes tués, disparus, détenus, blessés ou menacés, ainsi que de dommages causés aux bureaux des médias et aux domiciles des journalistes », indique le groupe dans un communiqué de presse.

Natalie Raanan à Chicago, dix jours après sa libération de la captivité du Hamas

Natalie Raanan. (Autorisaton)
Natalie Raanan. (Autorisaton)

Natalie Raanan est de retour à Chicago, dix jours après avoir été libérée de la captivité du Hamas avec sa mère Judith.

« Les membres de sa famille attendaient avec impatience son retour, et aujourd’hui je partage leur bonheur », a tweeté le consul général d’Israël dans le Midwest, Yinam Cohen.

« Alors que nous célébrons le retour de Natalie, nous gardons à l’esprit les 239 otages, parmi lesquels des bébés, des enfants, des femmes et des personnes âgées, qui sont toujours détenus par le Hamas à Gaza », ajoute-t-il.

Raanan, qui rendait visite à sa famille en Israël, a été prise en otage à Gaza par des terroristes du Hamas lors de l’assaut du 7 octobre.

Après un mois en banque, Tom Nides démissionne « pour se consacrer au Proche-Orient »

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, s’exprime lors de la Conférence des présidents des organisations juives américaines, à Jérusalem, le 19 février 2023. (Crédit : Amit Elkayam)
L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, s’exprime lors de la Conférence des présidents des organisations juives américaines, à Jérusalem, le 19 février 2023. (Crédit : Amit Elkayam)

Wells Fargo a annoncé que Tom Nides, qui avait rejoint la banque il y a un peu plus d’un mois en tant que vice-président après avoir été ambassadeur des États-Unis en Israël pendant 20 mois, avait démissionné « pour se consacrer aux événements du Moyen-Orient ».

« Regarder les événements horribles qui se sont déroulés en Israël et à Gaza ces dernières semaines a eu un effet profond sur moi, d’une manière que je n’aurais pas pu imaginer. Bien que mon mandat d’ambassadeur ait pris fin il y a quelques mois à peine, je me sens maintenant dans l’obligation de me tourner à nouveau vers la région et de continuer à apporter toute l’aide que je peux, en dehors d’un rôle officiel au sein du gouvernement, pour aider à trouver des solutions pour les personnes qui y vivent », a déclaré M. Nides dans un communiqué.

L’ancien ambassadeur déclare qu’il travaillera avec la fédération UJA de New York ainsi qu’avec plusieurs organisations du Moyen-Orient « pour apporter immédiatement toute l’expertise que je peux ».

William Daley, vice-président de Wells Fargo chargé des affaires publiques jusqu’à l’embauche de M. Nides, a repris ses fonctions antérieures et la société a indiqué qu’elle allait relancer la recherche d’un remplaçant pour M. Daley dans les semaines à venir.

L’annonce de Wells Fargo a été faite vendredi.

Ankara accuse Tsahal d’avoir bombardé un hôpital financé par la Turquie à Gaza

L'hôpital de l'amitié turco-palestinienne à Gaza après un bombardement attribué à Tsahal, Ie 30 octobre 2023.(Capture d'écran/X)
L'hôpital de l'amitié turco-palestinienne à Gaza après un bombardement attribué à Tsahal, Ie 30 octobre 2023.(Capture d'écran/X)

Le ministère turc des Affaires étrangères publie une déclaration condamnant ce qu’il dit être un bombardement israélien qui a endommagé l’hôpital de l’amitié turco-palestinienne à Gaza lundi.

Des images montrent le troisième étage de l’hôpital fortement endommagé et de la fumée remplissant le ciel à l’extérieur du bâtiment.

« Toutes les informations nécessaires, y compris les coordonnées de l’établissement en question – qui est le seul hôpital avec une unité d’oncologie à Gaza – ayant été communiquées à l’avance aux autorités israéliennes, il n’y a pas d’explication à une telle attaque », indique le communiqué.

« Le siège et ces attaques inhumaines, qui visent à priver le peuple palestinien de Gaza de ses droits les plus fondamentaux, violent clairement le droit international », ajoute Ankara.

« Israël doit cesser de prendre pour cible les habitants de Gaza en masse, sans discrimination », ajoute la déclaration.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté sur ce bombardement.

39 camions d’aide sont entrés à Gaza lundi, soit 171 depuis le début de la guerre

Un camion d'aide humanitaire entre à Gaza depuis l'Égypte le 30 octobre 2023. (COGAT/X)
Un camion d'aide humanitaire entre à Gaza depuis l'Égypte le 30 octobre 2023. (COGAT/X)

La liaison militaire israélienne avec les Palestiniens, le COGAT, annonce que 39 camions d’aide humanitaire sont entrés à Gaza lundi, ce qui porte à 171 le nombre total de camions entrés à Gaza par l’Égypte depuis l’ouverture du point de passage de Rafah il y a dix jours, pour la première fois depuis l’assaut du Hamas le 7 octobre.

Il s’agit de centaines de tonnes, selon le COGAT, qui ajoute qu’elle comprend de l’eau, de la nourriture et des fournitures médicales. Le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller, a déclaré que 45 camions étaient entrés dans la bande de Gaza hier et que Washington avait l’intention de dépasser ce chiffre à l’avenir, ce qui n’a pas été le cas aujourd’hui.

M. Miller précise que les États-Unis ont progressé dans la livraison de carburant à Gaza, ce qui n’a pas encore été fait depuis le début de la guerre. Israël a interdit ces livraisons, arguant que le Hamas détourne le carburant des civils pour l’utiliser dans ses propres activités terroristes.

« Alors même que nous nous efforçons de fournir du carburant pour ces services humanitaires essentiels, le Hamas continue de conserver d’importantes réserves de carburant. Plutôt que de fournir ce carburant aux hôpitaux, aux travailleurs humanitaires ou à d’autres besoins civils, il continue de l’accumuler au profit de ses combattants et pour mener ses attaques terroristes contre Israël », a déclaré M. Miller, se ralliant ainsi à la position israélienne.

M. Miller indique également que le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a discuté des négociations sur les otages et des efforts déployés pour assurer la sécurité des citoyens américains lors de son entretien avec le premier ministre du Qatar plus tôt dans la journée.

Un projectile abattu au-dessus de la mer Rouge après l’alerte d’Eilat

À la suite d’une alerte à l’infiltration de drones à Eilat, les médias israéliens indiquent qu’un projectile, peut-être lancé depuis le Yémen, a été intercepté au-dessus de la mer Rouge avant d’atteindre la station balnéaire.

Les habitants de la ville, où sont refugiés de nombreux Israéliens déplacés par l’assaut du Hamas sur le sud d’Israël et les attaques du Hezbollah sur le nord, rapportent avoir entendu des explosions.

Gantz : Israël se bat pour les étudiants qui ont peur de porter l’étoile de David en diaspora

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz s'adresse aux Juifs de la diaspora dans une vidéo le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)
Le chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz s'adresse aux Juifs de la diaspora dans une vidéo le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)

En plus de publier sa déclaration vidéo destinée aux citoyens arabes d’Israël, le ministre Benny Gantz publie un séquence similaire adressée aux Juifs de la diaspora.

« Mes frères et sœurs juifs, le 7 octobre 2023 a été un jour de destruction gravé à jamais dans le cœur et l’esprit de tous les juifs du monde », commence M. Gantz, qui s’exprime en anglais.

« Un jour qui a prouvé une fois de plus que nous ne pouvons pas ignorer nos ennemis à notre porte. C’est le douloureux héritage de notre passé – une obligation historique et morale de défendre la nation juive ».

« Comme chaque génération juive, nous pleurons une fois de plus l’assassinat d’enfants juifs. Des familles entières ont été réduites en poussière par le Hamas, une organisation plus méprisable que l’Etat islamique. »

« Mais comme chaque génération juive, nous survivrons à ce mal. Le seul et unique État juif prévaudra. »

« Au moment où je parle, nos fils et nos filles mettent leur vie en danger pour assurer notre survie, pour défendre notre patrie et nos familles. »

« Ils se battent – nous nous battons – pour un avenir libéré du terrorisme, un avenir libéré de la peur juive. Nous le devons au Juif d’Auschwitz qui appelle à l’aide, nous le devons aux étudiants qui ont peur de porter une étoile de David ou de parler hébreu ».

« Nous le devons à plus de 200 otages assis dans l’obscurité, avec rien d’autre que l’espoir pour les réchauffer. Nous le devons aux enfants de la nation d’Israël qui méritent un jour de vivre aux côtés de leurs voisins dans la sécurité et la paix. »

« En ripostant, nous ne nous excuserons pas de vouloir la sécurité. Nous ne nous inclinerons pas devant le terrorisme. Nous ne renoncerons pas à ce que nous savons être juste. Nous continuerons à rêver de paix, mais nous jurons de tenir notre promesse. L’État juif éternel, sûr, puissant et unique est là pour rester. La nation d’Israël vit. Pour toujours », conclut M. Gantz.

Gantz lance un appel aux citoyens arabes dans un contexte de tensions ethniques

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz s'adresse aux Arabes israéliens dans une vidéo le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)
Le chef du parti HaMahane HaMamlahti Benny Gantz s'adresse aux Arabes israéliens dans une vidéo le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)

Le ministre Benny Gantz s’adresse spécialement aux citoyens arabes d’Israël, devenant ainsi le membre le plus haut placé du gouvernement à s’adresser à la minorité dans le but d’éviter que les tensions ethniques ne dégénèrent comme lors de la précédente guerre entre Israël et le Hamas en 2021.

S’exprimant en hébreu avec des sous-titres en arabe, M. Gantz a déclaré qu’Israël était en guerre contre un groupe terroriste meurtrier qui portait atteinte aux « valeurs islamiques ».

« Comme toujours, mais particulièrement en ce moment, il est important de se rappeler que les citoyens arabes font partie intégrante de la société israélienne », a déclaré M. Gantz.

Samedi, une foule de juifs israéliens a tenté de faire irruption dans les dortoirs d’une université de Netanya où des étudiants arabes étaient barricadés à l’intérieur. Des images ont montré les manifestants scandant « Mort aux Arabes », alors que la police s’efforçait de les empêcher de pénétrer dans le bâtiment. Les manifestants juifs ont affirmé que les étudiants arabes avaient lancé des œufs sur les fidèles à proximité plus tôt dans la journée et avaient tenté de perturber l’office.

Dans son discours vidéo, M. Gantz souligne que le 7 octobre a été un « jour noir » pour tous les Israéliens et que les victimes étaient aussi bien juives qu’arabes.

« Les citoyens arabes israéliens souffrent comme nous tous du massacre criminel d’enfants, de femmes et de personnes âgées innocentes », déclare M. Gantz.

Il a parlé de sa rencontre avec un chauffeur de bus arabe de Rahat qui a sauvé des dizaines d’Israéliens lors du massacre perpétré par le Hamas en les transportant en lieu sûr.

M. Gantz indique qu’il a également rencontré des dizaines de secouristes arabes et qu’il salue leurs efforts. « Le partenariat du destin existe. »

Il appelle les citoyens à permettre aux forces de l’ordre de s’occuper de ceux qui soutiennent le Hamas, en n’ayant pas recours à l’autodéfense.

Si certains membres de la société arabe expriment leur soutien au Hamas, les dirigeants de la communauté doivent les dénoncer et les forces de l’ordre les poursuivront, affirme M. Gantz.

« Aujourd’hui, il est important pour moi de dire aux citoyens arabes d’Israël. Nous sommes en guerre pour la patrie et vous êtes une partie inséparable de ses habitants », déclare le ministre. « Ce n’est qu’ensemble, avec toutes les composantes de la société israélienne, que nous gagnerons et que nous apporterons des jours meilleurs ».

Tsahal frappe des positions du Hezbollah au Liban en réponse aux attaques

L'armée de l'air israélienne cible des positions du Hezbollah au Liban le 31 octobre 2023. (Capture d'écran/X)
L'armée de l'air israélienne cible des positions du Hezbollah au Liban le 31 octobre 2023. (Capture d'écran/X)

L’armée israélienne indique avoir frappé un certain nombre de positions du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse à des tirs de mortier et à une attaque de missiles sur le nord d’Israël aujourd’hui.

Tsahal affirme avoir frappé des « infrastructures militaires » appartenant au groupe terroriste.

Une maison incendiée par des extrémistes juifs dans un village palestinien

Une maison qui aurait été incendiée par des résidents d'implantations à Masafer Yatta, en Cisjordanie, le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)
Une maison qui aurait été incendiée par des résidents d'implantations à Masafer Yatta, en Cisjordanie, le 30 octobre 2023. (Capture d'écran/X)

Des résidents d’implantations ont incendié une maison dans le hameau palestinien de Masafer Yatta, dans le sud de la Cisjordanie, avant de s’enfuir, a déclaré un témoin oculaire au quotidien Haaretz.

Des images montrent la maison en flammes.

Le témoin affirme qu’à peu près au même moment, un autre groupe de résidents d’implantations est arrivé à Masafer Yatta après avoir fait une incursion dans le village voisin de Tuba pour lancer des pierres sur les maisons des deux localités.

Tsahal déclare avoir reçu un signalement sur l’incendie criminel présumé et que ses forces se rendent sur les lieux.

La violence des résidents d’implantations s’est considérablement intensifiée depuis la guerre entre Israël et le Hamas, mais les autorités israéliennes n’ont pas réussi à arrêter les responsables, à l’exception de la détention administrative d’un militant d’extrême droite.

Alerte à l’infiltration d’avions à Eilat

Un navire de la marine israélienne opère au large de la côte d'Eilat après une marée noire, le 14 octobre 2021. (Crédit : Eli Warburg et Oz Goren/Ministère de la protection de l'environnement)
Un navire de la marine israélienne opère au large de la côte d'Eilat après une marée noire, le 14 octobre 2021. (Crédit : Eli Warburg et Oz Goren/Ministère de la protection de l'environnement)

Une alerte à l’infiltration de drones a été déclenchée dans la ville d’Eilat et ses environs.

Tsahal examine l’incident.

Cette alerte intervient après que les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont été accusés d’avoir tenté de lancer des drones et des missiles sur Israël au cours des deux dernières semaines. Les missiles ont été abattus par les États-Unis et l’Arabie saoudite, tandis que les drones se sont écrasés sur des villes de la péninsule égyptienne du Sinaï.

La semaine dernière, les forces israéliennes ont déclaré qu’une « menace aérienne » avait été interceptée par un avion de chasse israélien au-dessus de la mer Rouge.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.