L’université d’État de Floride réagit après des dénonciations de l’antisémitisme
Rechercher

L’université d’État de Floride réagit après des dénonciations de l’antisémitisme

L'annonce de réformes intervient quelques semaines après que 8 000 étudiants de la FSU ont signé une pétition réclamant le départ du président du sénat étudiant

Le bâtiment James D. Westcott de l'université de l'État de Floride. (Ernie Stephens/Wikimedia Commons via JTA)
Le bâtiment James D. Westcott de l'université de l'État de Floride. (Ernie Stephens/Wikimedia Commons via JTA)

Six semaines après que des milliers d’étudiants de l’Université d’État de Floride ont demandé le départ du président de leur corps étudiant en raison de messages sur les réseaux sociaux qu’ils qualifient d’antisémites, le président de l’école a annoncé plusieurs changements visant à rendre l’université plus accueillante pour les étudiants juifs.

Dans une lettre ouverte, John Thrasher a déclaré qu’il voulait « réaffirmer que l’antisémitisme et la discrimination religieuse n’ont pas leur place à la Florida State University » et a souligné ce qu’il a qualifié de « développements significatifs sur le campus destinés à combattre l’antisémitisme ».

Un groupe de travail examinera la vie des étudiants juifs sur le campus, les étudiants seront interrogés sur l’antisémitisme, et le personnel sera formé chaque année sur des questions telles que l’antisémitisme, la discrimination religieuse et les moyens de favoriser un campus plus inclusif pour les étudiants et les employés juifs, a-t-il écrit.

De plus, l’établissement a rétabli un syndicat des étudiants juifs et créé un réseau d’anciens élèves « pour fournir un meilleur soutien et des ressources éducatives à tous nos étudiants », a écrit M. Thrasher, tandis que le calendrier universitaire sera révisé pour inclure « toutes les fêtes religieuses importantes ».

La lettre de M. Thrasher intervient environ six semaines après que plus de 8 000 étudiants de l’USF ont signé une pétition en ligne visant à destituer le président du sénat étudiant en raison de messages sur les réseaux sociaux qualifiés d’antisémites, et moins d’un mois après que le sénat étudiant a adopté une résolution qui contribuerait à lutter contre l’antisémitisme dans l’enceinte de l’université, qui reconnaissait également la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste.

« Je tiens à réaffirmer qu’il s’agit d’une priorité absolue. L’équipe de direction de mon université et moi-même continuerons à travailler avec détermination pour combattre l’antisémitisme et les comportements illégaux », a écrit M. Thrasher dans la lettre. « Si la liberté d’expression est d’une importance capitale sur un campus universitaire, il en va de même pour la création d’un climat d’acceptation et d’appréciation de la valeur et de la richesse des nombreuses cultures et idées qui font de la Florida State University une excellente expérience universitaire ».

En 2013, Ahmed Daraldik avait écrit sur les réseaux sociaux que « le juif stupide pense qu’il est cool » en réponse à une photo de ce qui ressemble à un soldat israélien ayant son pied sur un enfant palestinien ; la photo aurait été mise en scène. Un de ses messages parus sur Instagram l’année dernière comparait Israël à l’Allemagne nazie.

Les publications auraient été supprimées.

« Quand j’ai fait cette publication en 2013, j’étais en Palestine et je voyais la mort au quotidien », avait expliqué Ahmed Daraldik à FSUNews.com en juin. « Ils n’étaient pas destinés à la communauté juive dans son ensemble ou à la FSU. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...