Face à des accusations antisémites, CUNY perd des fonds
Rechercher

Face à des accusations antisémites, CUNY perd des fonds

Le sénat de l'Etat approuve une réduction de 485 M $ après des plaintes des étudiants au sujet de militants pro-palestiniens

L'East Quad au Brooklyn College (Crédit : Wikimedia Commons)
L'East Quad au Brooklyn College (Crédit : Wikimedia Commons)

Le sénat de l’Etat de New York a approuvé une résolution visant à réduire de 485 millions de dollars en fonds pour le City University of New York (CUNY), en affirmant que cette résolution avait pour but d’ « envoyer un message » à l’université que les facultés ne prenaient pas assez d’action en réponse à l’antisémitisme qui règne sur le campus.

Le vote de la semaine dernière, qui a fait suite à un débat de deux heures, a eu lieu malgré les objections de nombreux sénateurs de l’Etat qui remettaient en question les allégations d’antisémitisme en se demandant s’ils sont exacts et si la coupe des fonds était une réponse appropriée.

L’allégation d’antisémitisme a été portée à l’attention du sénat à la fin du mois de février, lorsque l’Organisation sioniste d’Amérique a envoyé au chancelier du CUNY, James Milliken, une longue lettre détaillant les plaintes pour antisémitisme portées par les étudiants juifs et les mettant en garde qu’ils violent le titre VI de la Loi sur les droits civils, qui exige que les universités financées par le gouvernement fédéral s’assurent que les étudiants ne souffrent pas de discrimination sur le campus.

CUNY a lancé une enquête sur ces allégations et l’université a déclaré qu’elle était en train de réunir un groupe de travail pour promouvoir un environnement plus respectueux sur le campus.

La couverture du Politico de New York sur le vote du 14 mars a cependant suggéré que l’antisémitisme pourrait ne pas avoir été la seule raison pour laquelle le sénat a favorisé la réduction de financement.

La résolution précisait qu’ils acceptaient une proposition du gouverneur Andrew Cuomo de « transférer 485 millions dollars en coûts annuels d’exploitation » de l’Etat à la ville de New York.

Cuomo n’a pas mentionné l’antisémitisme dans sa proposition, selon Politico, et au lieu de cela a expliqué que ce transfert était une réponse à la stabilité financière de la ville de New York et aux efforts pour rendre le système plus efficace.

Les étudiants anti-Israël à l'université Columbia érigeant un faux "mur de l'apartheid" devant l'emblématiques Low Library pendant la Semaine contre l'apartheid israélien, le 3 mars 2016 (Crédit : Uriel Heilman)
Les étudiants anti-Israël à l’université Columbia érigeant un faux « mur de l’apartheid » devant l’emblématiques Low Library pendant la Semaine contre l’apartheid israélien, le 3 mars 2016 (Crédit : Uriel Heilman)

La sénatrice Liz Krueger, qui représente Upper East Side de Manhattan, avait pris position contre la résolution.

« La résolution affirme que parce que le CUNY a eu quelques incidents antisémites, nous devrions réduire le financement dans l’enseignement supérieur pour 500 000 étudiants de la ville de New York », a-t-elle dénoncé, selon Politico New York. « Aucun d’entre nous, soutenons l’antisémitisme, le racisme… malheureusement, nous vivons dans une société où ces incidents se produisent occasionnellement partout ».

Toutefois, le sénateur d’Etat, Ken LaValle, qui préside la commission de l’organisme pour l’enseignement supérieur, a déclaré que le changement de coût était pour « envoyer un message » à l’administration du CUNY, a signalé Politico.

À l’université de New York, les étudiants juifs de quatre campus – le Brooklyn College, le Hunter College, le Collège de Staten Island et le John Jay College – se sont plaints d’être harcelés, de troubles et d’avoir été réduits au silence par des étudiants pro-palestiniens hostiles.

Le 16 février, les étudiants de Brooklyn College ont perturbé une réunion de la faculté en exigeant que les « sionistes » quittent le campus et ont insulté un professeur en l’appelant un « cochon sioniste ».

Lors d’une table ronde à Hunter organisée plus tôt ce mois-ci dans le cadre de la Semaine contre l’Apartheid d’Israël et la Journée internationale de la femme, le dirigeant de Students for Justice in Palestine, Nerdeen Kiswani, a accusé Israël d’utiliser des « viols massifs de femmes palestiniennes » dans le cadre d’une campagne visant à « perpétrer un génocide » sur le peuple palestinien.

« Israël est un Etat qui est construit sur l’assassinat et le viol de masse des femmes palestiniennes », a déclaré Kiswani, affirmation que ni le public présent ni le modérateur du panel n’ont remis en question.

Morton Klein, le président du ZOA, a salué cette réduction de financement, a signalé le Forward.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...