Malgré l’annexion, un ministre émirati souhaite plus de coopération avec Israël
Rechercher

Malgré l’annexion, un ministre émirati souhaite plus de coopération avec Israël

S'adressant à une organisation juive américaine, le ministre Anwar Gargash a déclaré qu'Abou Dabi au-delà de la question palestinienne, "dissociait le politique du non-politique"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre d'État des Affaires étrangères des Émirats Arabes Unis, Anwar Gargash, s'adresse aux journalistes à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, le lundi 18 juin 2018. (AP/Jon Gambrell)
Le ministre d'État des Affaires étrangères des Émirats Arabes Unis, Anwar Gargash, s'adresse aux journalistes à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, le lundi 18 juin 2018. (AP/Jon Gambrell)

Un haut fonctionnaire des Emirats arabes unis a appelé mardi à une coopération accrue avec Israël et a expliqué le rapprochement en cours de son pays avec Jérusalem, déclarant qu’il voulait dissocier les désaccords sur la question palestinienne des avantages mutuels de la coopération dans d’autres domaines.

Lors d’une importante conférence en ligne avec des juifs américains, le ministre d’État aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, a réitéré son point de vue selon lequel le boycott arabe d’Israël, qui dure depuis des décennies, n’a pas donné les résultats escomptés et a plaidé pour des « lignes de communication ouvertes » et des relations accrues avec Jérusalem dans divers domaines, tels que la technologie et la santé.

Ses déclarations semblent marquer un tournant majeur par rapport aux jours précédents, lorsqu’un haut diplomate émirati avait averti dans un journal israélien que l’annexion signifierait la fin de tout rapprochement entre Israël et le Golfe.

Gargash a réitéré l’opposition d’Abou Dhabi à l’annexion unilatérale prévue par Israël de certaines parties de la Cisjordanie, mais a souligné la politique de son pays qui consiste à « dissocier le politique du non-politique ».

« Peut-on avoir un désaccord politique avec Israël tout en essayant de jeter des ponts dans d’autres domaines des relations ? Je pense que oui. Je pense que c’est fondamentalement là où nous en sommes », a déclaré M. Gargash lors d’une interview pour l’American Jewish Committee Virtual Global Forum.

L’Egypte, la Jordanie et la Turquie entretiennent déjà des relations officielles avec Israël, et le Qatar et d’autres Etats du Golfe « ont montré la voie vers des relations plus normalisées avec Israël », a-t-il poursuivi.

M. Gargash, membre du cabinet fédéral des EAU, a déclaré qu’il n’y avait aucune raison de ne pas coopérer avec Israël pour apporter une aide médicale aux Palestiniens souffrant de la pandémie de coronavirus. Une telle coopération, qui a conduit la semaine dernière à l’atterrissage du deuxième des deux avions de ligne émiratis à Tel Aviv, n’affecte pas l’opposition de son pays à l’annexion prévue d’Israël, a-t-il souligné.

Les Palestiniens s’opposent à toute tentative du monde arabe visant à normaliser les relations avec Israël avant la signature d’un accord de paix. L’Autorité palestinienne a refusé d’accepter les équipements des EAU à bord des avions.

Un avion cargo de la compagnie aérienne Etihad à l’aéroport Ben Gurion, le 9 juin 2020. (Moni Shiffer/Autorité des aéroports d’Israël)

Gargash a noté que des décennies d’hostilité arabe envers Israël n’ont fait qu’engendrer une animosité qui rend maintenant plus difficile de travailler ensemble pour le bien commun.

« Les EAU sont clairement opposés à toute annexion telle que proposée par l’actuel gouvernement israélien. Cela étant dit, cela relève du domaine politique. Faut-il vraiment considérer tous les autres domaines comme étant presque impossibles à gérer en raison du domaine politique ? Nous avons essayé cela, en tant que groupe de pays arabes, pendant de nombreuses années, et je ne pense pas que cela ait vraiment abouti à ce que nous voulons en termes de stabilité dans la région », a-t-il déclaré à l’interviewer.

« Je pense que nous pouvons arriver à une situation où nous arrivons à discuter avec un gouvernement israélien donné… et dire, nous ne sommes pas d’accord avec vous sur cette [annexion], nous ne pensons pas que ce soit une bonne idée, mais en même temps il y a des domaines, comme la COVID, la technologie et d’autres choses, où nous pouvons réellement travailler ensemble. »

Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que les négociations et l’ouverture des voies de communication donneront en fait de meilleurs résultats pour nous et pour les Israéliens

Les Emirats veulent promouvoir la stabilité au Moyen-Orient où les parties en conflit pourront résoudre leurs problèmes sur la table des négociations, a poursuivi M. Gargash.

« Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que les négociations et l’ouverture des voies de communication donneront en fait de meilleurs résultats pour nous et pour les Israéliens », a-t-il déclaré.

La politique arabe traditionnelle de « blocage et de fermeture des voies de communication » n’a fait que radicaliser la crise israélo-palestinienne, a ajouté le haut diplomate.

« Le fait que des radicaux du côté israélien diabolisent les Arabes, ou que des radicaux du côté arabe diabolisent les Juifs, n’a aidé personne. Nous devons supprimer ces obstacles et venir dire que nous avons des possibilités de communication ».

Chargement d’un avion d’Etihad Airways rempli d’aide humanitaire pour les Palestiniens dans un contexte de pandémie de coronavirus à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 19 mai 2020 (Crédit : WAM via AP)

Même les désaccords sur la question palestinienne ne devraient pas être dominés par une rhétorique enflammée, a-t-il dit. « Il faut en fait l’aborder de manière rationnelle et je crois que c’est la voie à suivre… Ne pas parler à Israël ne nous mène nulle part ».

Interrogé par Jason Isaacson, responsable de la politique et des affaires politiques de l’AJC, sur l’invitation faite à Israël de participer à l’Expo 2020 à Dubaï (désormais reportée à 2021), M. Gargash a déclaré que c’était « une décision tout à fait logique ».

Les thèmes majeurs de l’événement sont la tolérance, la communication et l’harmonie régionale, et « vous ne pouvez pas venir et envoyer tous ces messages et dire, je ne vais pas inviter ce seul pays », a-t-il dit. « Ça ne marche pas. Il était donc logique pour nous d’inviter Israël à l’Expo ».

Capture d’écran d’une vidéo du ministère des Affaires étrangères offrant un aperçu du pavillon israélien de l’Exposition universelle de Dubai en 2020. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)

Il a ajouté : « En même temps, cela a lieu dans le cadre de la dissociation du politique et du non-politique. Il a fallu des années pour y parvenir. Et cela s’est produit non seulement aux EAU mais aussi dans de nombreux autres pays de la région ».

Au cours de cet entretien de 45 minutes, que l’AJC a salué comme « une apparition publique historique d’un haut fonctionnaire du gouvernement arabe devant une organisation juive mondiale », M. Gargash a évoqué à trois reprises le plan très mal conçu d’Israël visant à appliquer la souveraineté sur la vallée du Jourdain et toutes les implantations en Cisjordanie.

Yousef al-Otaiba, ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington. (Site web de l’ambassade des EAU)

Contrairement à l’ambassadeur des EAU à Washington, Yousef al-Otaiba, Gargash n’a pas explicitement averti que l’annexion signifierait la mort du récent rapprochement entre Jérusalem et Abu Dhabi.

Vendredi, al-Otaiba, également ministre d’Etat, a publié un article d’opinion en hébreu sans précédent dans le principal quotidien israélien Yedioth Aharonot, dans lequel il déclare que l’annexion « va certainement et immédiatement bouleverser les aspirations israéliennes à une amélioration de la sécurité et des liens économiques et culturels avec le monde arabe et les EAU ».

Dimanche, M. Gargash s’est abstenu de se faire l’écho de ces menaces, mais il s’est également déclaré fermement opposé à l’annexion.

« Les Israéliens doivent cesser de parler de l’annexion des terres palestiniennes », a-t-il écrit sur son compte Twitter au début de ce mois.

« Toute action israélienne unilatérale constituera un sérieux revers pour le processus de paix, sapera l’autodétermination palestinienne et constituera un rejet du consensus international et arabe en faveur de la stabilité et de la paix », a-t-il ajouté.

Gargash est connu pour être l’un des responsables du Golfe les plus ouverts à la normalisation avec Israël. En mars 2019, il a publiquement appelé à un « changement stratégique » dans les relations israélo-arabes, affirmant que la décision du monde arabe de boycotter l’État juif, prise il y a plusieurs décennies, était une erreur.

En vertu d’un accord de coalition entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le dirigeant de Kakhol lavan Benny Gantz, signé le mois dernier, le gouvernement peut poursuivre l’annexion de toutes les implantations et de la vallée du Jourdain – les 30 % de la Cisjordanie alloués à Israël dans le cadre du plan de paix de l’administration Trump – à partir du 1er juillet. L’administration Trump a indiqué qu’elle ne s’opposera pas aux projets déclarés de Netanyahu, à condition qu’Israël accepte son plan « Paix pour la prospérité », qui prévoit sous condition la création d’un État palestinien sur les 70 % restants du territoire.

Les Palestiniens ont rejeté le plan américain et ont déclaré au début de ce mois qu’ils avaient soumis une contre-proposition pour un État palestinien démilitarisé au Quartet pour la paix au Moyen-Orient – les États-Unis, l’UE, l’ONU et la Russie.

Comme la plupart des membres de la communauté internationale, les Émirats arabes unis se sont opposés à l’annexion.

Le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah Bin Zayed Al-Nahyan, au centre, partage un moment léger avec le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, et le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, après l’ouverture du Sommet arabe à Riyadh, le 28 mars 2007. (Crédit : AP Photo/Awad Awad, Pool)

« Cette mesure unilatérale est illégale, compromet les chances de paix et contredit tous les efforts déployés par la communauté internationale pour parvenir à une solution politique durable conformément aux résolutions internationales pertinentes », a déclaré le 10 mai le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed Al Nahyan.

Al Nahyan a explicitement rejeté l’affirmation souvent faite par Netanyahu selon laquelle le monde arabe accepterait finalement l’annexion.

De telles suggestions « contredisent la réalité de la position arabe, car le consensus arabe est déclaré et fixé dans les décisions émises par la Ligue des États arabes et confirmé dans de nombreuses réunions ministérielles arabes », a affirmé à l’époque le haut diplomate des Émirats arabes unis.

« Son Altesse a affirmé que la voie du processus de paix au Moyen-Orient, auquel nous aspirons tous, est claire et connue et établie par les principes internationaux convenus pour résoudre la question palestinienne et mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...