Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Meïr Porush a été rejoint par sa famille à Meron malgré la stricte fermeture du site

Le ministre des Affaires de Jérusalem a expliqué que son épouse et leurs enfants étaient présents sur le site de pèlerinage pour l'aider à superviser sa fermeture avant Lag BaOmer

Le député Yahadout HaTorah, Meïr Porush, arrivant pour les pourparlers de coalition au siège du Likud, à Tel Aviv, le 10 novembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le député Yahadout HaTorah, Meïr Porush, arrivant pour les pourparlers de coalition au siège du Likud, à Tel Aviv, le 10 novembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine, Meïr Porush, a obtenu des autorisations pour lui-même et sa famille afin de visiter le mont Meron en Galilée à la veille de la fête de Lag BaOmer, malgré les ordres de fermeture du site au public pour des raisons de sécurité, selon un reportage diffusé lundi.

Le cabinet du ministre a déclaré à la chaîne publique Kann que Porush, responsable des mesures de sécurité qui ont entraîné la fermeture du site, était sur place pour gérer la fermeture, et que les membres de sa famille ne l’avaient rejoint que pour l’aider.

Porush, accompagné de son épouse, de leur fille et de leur deux fils, aurait passé tout le Shabbat sur le site de pèlerinage, qui attire habituellement jusqu’à 100 000 fidèles, dont tous, à l’exception d’une poignée, ont été interdits d’accès cette année.

Ses deux fils – dont l’un, Yisrael Porush, est l’ancien maire d’Elad, dans le centre d’Israël – auraient reçu des autorisations sous prétexte qu’ils étaient les chauffeurs de l’aîné.

« Le ministre Porush est resté à Meron quelques jours avant les célébrations pour des raisons de gestion, avec l’aide d’une équipe de son bureau », a répondu le cabinet du ministre dans un communiqué.

« Son épouse et leur fille l’ont aidé à répondre à ses besoins personnels au cours de son séjour », poursuit le communiqué. « Les fils du ministre lui ont servi de chauffeurs, comme ils le font depuis des années. »

Des ultra-orthodoxes tentant d’atteindre le tombeau du rabbin Shimon Bar Yochaï, sur le mont Meron, après qu’il a été déclaré zone militaire fermée pendant la fête juive de Lag BaOmer, le 26 mai 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Ni Porush ni ses fils n’ont participé à des événements privés, a précisé le communiqué, ajoutant que toutes leurs activités sur place étaient à des fins officielles.

Le mont Meron abrite la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochaï, qui est honoré le jour de Lag BaOmer. L’enceinte de la tombe attire normalement quelque 100 000 personnes pour la célébration.

L’affluence de la foule, lors du pèlerinage du mont Meron, est une inquiétude majeure depuis 2021. Cette année-là, 45 personnes avaient été tuées dans un mouvement de foule alors qu’elles descendaient une rampe glissante au tombeau, pendant la fête de Lag BaOmer.

Cette année, les autorités ont limité la fréquentation de l’enceinte à un maximum de trente personnes à la fois, de crainte que les fidèles ne puissent être abrités en toute sécurité en cas d’attaque à la roquette par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Des centaines d’Israéliens haredim – ou ultra-orthodoxes – ont tout de même tenté de se rendre dans l’enceinte, ce qui a donné lieu à de violents affrontements entre les pèlerins et la police.

Attaque à la roquette sur Meron

Lundi, le Hezbollah a tiré une salve de quelque trente-cinq roquettes en direction de Meron, dont certaines ont été interceptées et d’autres ont atterri dans des zones ouvertes, sans faire de blessés, mais en déclenchant au moins un incendie.

Le groupe terroriste chiite libanais a déclaré que le tir de roquettes en direction de Meron, ainsi qu’un tir ultérieur de quelque vint-cinq roquettes en direction de la ville de Kiryat Shmona, était une réponse à une précédente frappe israélienne qui avait tué un élément terroriste devant un hôpital du sud-Liban ce jour-là.

Le Comité islamique de la Santé, affilié au Hezbollah, qui gère l’hôpital, a déclaré qu’une personne avait été tuée et dix autres blessées dans cette frappe, dont quatre grièvement.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de dix civils du côté israélien, ainsi que celle de quatorze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 322 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 71 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.