Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Mélenchon défend deux syndicalistes CGT interpellés pour « apologie du terrorisme »

"L'apologie du terrorisme c'est le soutien inconditionnel du gouvernement aux crimes de guerre à Gaza", a réagi le chef de LFI

Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)
Le leader français d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s'exprime lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)

Deux syndicalistes de la CGT ont été arrêtés vendredi dans le nord de la France pour « apologie du terrorisme », en raison d’un tract controversé de soutien aux Palestiniens, une arrestation ayant suscité l’indignation de personnalités politiques à gauche, qui dénoncent un « régime autoritaire ».

Les gardes à vue du secrétaire départemental Jean-Paul Delescaut ainsi qu’une salariée, qui ont duré toute la matinée, ont été levées en début d’après-midi.

L’enquête « se poursuit », a indiqué le parquet de Lille (nord) à l’AFP, sans autre précision. La CGT, fondé en 1895, est un des plus importants syndicats en France.

Selon une source proche du dossier, les deux arrestations font suite à un tract appelant à une manifestation de soutien aux Palestiniens à Lille, diffusé par la CGT le 10 octobre, trois jours après l’attaque sanglante du Hamas contre Israël.

Les policiers « considèrent que le tract a une forme d’apologie au terrorisme et d’appel à la haine », a expliqué l’avocat des gardés à vue, Me Ioannis Kappopoulos.

Une phrase est particulièrement mise en cause: « les horreurs de l’occupation illégale se sont accumulées. Depuis samedi (7 octobre, ndlr) elles reçoivent les réponses qu’elles ont provoquées. »

« On a rappelé (…) que l’organisation CGT n’était pas liée au terrorisme, qu’elle n’était pas pour le terrorisme et qu’elle était là pour représenter les travailleurs partout dans le monde », a déclaré à sa sortie du commissariat le secrétaire départemental CGT, Jean-Paul Delescaut, dénonçant « un tribunal politique ».

Le préfet du Nord, Georges-François Leclerc, s’était notamment basé sur ce tract pour interdire des manifestations pro-palestiniennes.

La secrétaire générale de la CGT, Sophie Binet, a dénoncé « une interpellation scandaleuse ».

« Rien ne nécessitait une garde à vue et un tel emploi de la force (…) comme si c’étaient des terroristes », a-t-elle ajouté. « Nous sommes très inquiets du glissement et de la dérive en matière de liberté d’expression, et de libertés tout court. »

« ‘Apologie du terrorisme’ qui peut le croire ? L’apologie du terrorisme c’est le soutien inconditionnel du gouvernement aux crimes de guerre à Gaza », a réagi sur X (anciennement Twitter) le chef de file de la France insoumise (gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon, regrettant un « régime autoritaire de type nouveau ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.