Merkel s’engage à soutenir l’Egypte, gros contrat pour Siemens
Rechercher

Merkel s’engage à soutenir l’Egypte, gros contrat pour Siemens

Les médias allemands dénoncent "une trahison des valeurs et des intérêts pour un contrat de quelques milliards"

La chancelière allemande Angela Merkel et le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi se serrent la main après une conférence de presse le 3 juin 2015 à la Chancellerie à Berlin (Crédit : AFP PHOTO / TOBIAS SCHWARZ)
La chancelière allemande Angela Merkel et le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi se serrent la main après une conférence de presse le 3 juin 2015 à la Chancellerie à Berlin (Crédit : AFP PHOTO / TOBIAS SCHWARZ)

La chancelière allemande Angela Merkel a promis mercredi de soutenir l’Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi, lors de sa première visite à Berlin qui a permis de concrétiser un contrat pour Siemens, malgré des différends sur les droits de l’Homme.

Merkel a souligné « l’importance hautement stratégique » de l’Egypte pour la stabilité de l’Afrique et du Moyen-Orient, évoquant la menace du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, les troubles en Libye ainsi que le groupe islamiste armé Boko Haram au Nigéria, lors d’une conférence de presse commune.

Cinq ONG internationales, dont Human Rights Watch et Amnesty, avaient interpellé la chancelière lundi sur la « grave crise des droits de l’Homme » en Egypte. Sissi, ex-chef de l’armée, a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013 et lancé une répression sanglante contre ses partisans.

Sa visite à Berlin a été critiquée dans les médias allemands, la version en ligne de l’hebdomadaire Spiegel Online dénonçant « une trahison des valeurs et des intérêts (de l’Allemagne) pour un contrat de quelques milliards », en référence à un accord signé avec Siemens.

Le géant allemand de l’industrie a annoncé avoir finalisé le plus gros contrat de son histoire, d’une valeur de 8 milliards d’euros, portant sur la livraison à l’Egypte de 24 turbines à gaz qui seront installées dans trois nouvelles centrales électriques, et d’une usine clé en main de pales d’éoliennes.

Celle-ci emploiera à partir du deuxième semestre 2017 quelque 1 000 salariés et apprentis dans la région d’Ain Soukhna, et permettra la construction de 600 éoliennes, qui seront érigées dans 12 nouveaux parcs éoliens.

Siemens affirme que la réalisation du contrat, qui confirme des engagements pris en mars lors d’une conférence économique en Egypte, contribuera à augmenter de 50 % la capacité de production électrique de l’Egypte.

La chancelière a souligné les différends avec le président al-Sissi, épinglant notamment « le nombre élevé de peines de mort » prononcées en Egypte, ainsi que des entraves à la liberté d’expression et à la liberté religieuse.

« Vous avez un point de vue que nous respectons, mais nous avons un point de vue que vous devez respecter », lui a répondu le président égyptien.

« Nous aussi, nous aimons la démocratie et la liberté », a-t-il affirmé, tout en soulignant qu’il fallait garantir la stabilité de l’Egypte. « Nous n’accepterons jamais que notre pays devienne comme la Syrie, le Yemen, la Libye ou l’Irak », a-t-il ajouté.

La fin de la conférence de presse a été perturbée par une femme qui a traité al-Sissi de « meurtrier ». S’en est suivi une altercation entre un groupe de journalistes égyptiens opposants et des journalistes favorables au régime qui ont crié « vive l’Egypte », au moment où les deux dirigeants quittaient sous escorte la salle de presse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...