Mireille Knoll : un suspect rejette le mobile antisémite
Rechercher

Mireille Knoll : un suspect rejette le mobile antisémite

Alex. C pense que la vengeance est le réél mobile, mais confirme que le meurtrier présumé a dit "Allahou Akhbar" au moment où il a égorgé sa victime

Mireille Knoll, 85 ans, une survivante de la Shoah qui a été retrouvée assassinée dans son appartement à Paris (Crédit : Autorisation)
Mireille Knoll, 85 ans, une survivante de la Shoah qui a été retrouvée assassinée dans son appartement à Paris (Crédit : Autorisation)

Le journal Le Parisien/Aujourd’hui en France a eu accès la retranscription de la dernière audition d’un des deux suspects du meurtre de Mireille Knoll, qui accuse son complice d’avoir commis le meurtre, mais semble récuser dorénavant le mobile antisémite.

Le corps de l’octogénaire juive a été retrouvé le vendredi 23 mars en partie carbonisé dans son logement social de l’avenue Philippe-Auguste (XIe arrondissement), où elle vivait seule. Les enquêteurs y ont découvert plusieurs départs de feu, puis des traces de coups de couteau sur son corps.

Trois jours plus tard, le parquet de Paris retenait le caractère antisémite du crime.

Contredisant de ses premières déclarations où il affirmait que Yacine avait reproché à Mireille Knoll « les moyens financiers et la bonne situation des juifs »,  Alex. C pense que la vengeance est le réel mobile. Il confirme cependant que son complice qu’il accuse du meurtre a prononcé les mots « Allahou Akhbar » au moment où il a égorgé sa victime.

Lors de sa dernière audition devant le juge d’instruction, datée du 13 avril dernier, Alex C. explique: « J’ai cru entendre parler de certaines conversations, qu’en fait, je n’ai pas entendues. J’étais sous le choc. »

Lorsqu’il arrive sur les lieux, contacté par Yacine qui lui proposait d’y voler des objets de valeur, il entend son complice parler à sa victime:  » « Il lui disait : Tu vas me le payer, j’ai pas été à l’enterrement de ma sœur. Tu m’as balancé […] Madame Knoll disait : Laisse-moi tranquille, je n’ai rien à voir par rapport à la mort de ta sœur ».

Yacine n’aurait pu assister à l’enterrement de sa sœur en Algérie parce qu’il était alors en prison pour avoir posé la main sur la cuisse et fait des avances sexuelles à la fille de l’assistante de Mireille Knoll.

Selon Alex C. il aurait alors traîné la vieille dame dans sa chambre, puis égorgé en prononçant « Allahou Akhbar ».

Pour l’avocat de la famille Knoll, Gilles-William Goldnadel interrogé par Le Parisien, « à partir du moment où il est confirmé qu’Allah Akbar a été proféré, cela confère la signature antisémite. Je ne suis pas troublé par ces nouvelles déclarations, celles spontanées devant la police sont les plus importantes ».

Le voisin de Mme Knoll connaissait la religion de cette dernière.

Devant les enquêteurs, les deux hommes avaient toutefois présenté « des versions contradictoires » sur de nombreux éléments, selon cette source. Ils se sont ainsi mutuellement accusés d’avoir porté les coups mortels, a précisé une autre source proche.

Le premier suspect, né en 1989 et connu des services de police pour des affaires de viol et d’agression sexuelle, est un voisin qui avait l’habitude de rendre visite à la victime. Il était passé dans son appartement dans la journée. Il a notamment été condamné en 2017 pour avoir agressé sexuellement une fillette de 12 ans, d’après la source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien. Les faits s’étaient déroulés au domicile de Mireille Knoll, la jeune victime étant la fille de l’ancienne aide à domicile de l’octogénaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...