Rechercher

Misogynie : Moshe Gafni qualifie Yulia Malinovsky d’ « antisémite »

L'amendement de l'élue laïque porte à 30 000 shekels les amendes infligées aux vandales qui dégradent des images de femmes dans des espaces publics

Moshe Gafni, député de Yahadout HaTorah, dans le plénum de la Knesset le 26 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Moshe Gafni, député de Yahadout HaTorah, dans le plénum de la Knesset le 26 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef d’un parti ultra-orthodoxe a qualifié le parti laïc d’Yisrael Beytenu d' »antisémite » lors d’une session parlementaire de la Knesset mercredi, après qu’une élue du parti appartenant à la coalition a déclaré que les vandales qui dégradent des images de femmes dans des espaces publics sont semblables aux talibans.

« Ce qui les intéresse, c’est de construire un État taliban. Tout d’abord, ils vandalisent et excluent les femmes de la sphère publique », a déclaré Yulia Malinovsky, députée du parti Yisrael Beytenu, avant un vote préliminaire sur un amendement de loi qui augmenterait les amendes pour les vandales qui dégradent des panneaux d’affichage avec un motif sexiste, à 30 000 shekels.

« Celui qui fait cela se dégrade, fait du mal aux femmes et à l’égalité des femmes. Puis il glisse vers la ségrégation entre les hommes et les femmes », a déclaré Malinovsky.

« L’organisation extrémiste qui a pris le contrôle de l’Afghanistan a interdit aux femmes de faire du vélo. Elle a interdit l’affichage de figures de femmes dans l’espace public. Ils décident de l’apparence d’une femme et de la longueur de ses manches », a-t-elle ajouté.

En réponse à ces accusations, le chef du parti Yahadout HaTorah, le député Moshe Gafni a déclaré : « Elle a dit ‘Taliban’ et vous n’avez pas répondu ? Un membre de la Knesset se tient ici et nous appelle les talibans, et c’est normal ? Il y a un parti à la Knesset dont le seul but est d’empêcher les ultra-orthodoxes de vivre ici. »

La députée de Yisrael Beytenu Yulia Malinovsky préside une rencontre de la commission des services religieux juifs, le 27 octobre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Quelle honte qu’une telle antisémite vienne [parler] ici ! Des talibans ! C’est un parti antisémite. Vous êtes antisémite. C’est une honte. Sommes-nous des Talibans ? » Gafni a crié à travers la salle du plénum.

Après cet échange houleux, l’amendement a été adopté en lecture préliminaire 49-33. Il doit faire l’objet de trois autres lectures pour devenir une loi.

Des manifestants ultra-orthodoxes vandalisent une affiche électorale de la députée Rachel Azaria, candidate à la mairie de Jérusalem, dans le quartier de Mea Shearim de Jérusalem le 26 juillet 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

Gafni a également accusé Yisrael Beytenu de se concentrer sur des lois qui ont principalement un impact sur la société haredi, telles que des taxes abruptes sur les articles en plastique jetables, et de nouvelles conditions pour recevoir des subventions pour les garderies qui y mettent effectivement fin pour des milliers d’étudiants de yeshiva à temps plein.

Malinovsky, répondant à Gafni, a déclaré qu’elle ne pouvait pas comprendre sa résistance à la loi.

« Celui qui dégrade des panneaux publicitaires avec des femmes ne veut pas de femmes dans l’espace public. Les ultra-orthodoxes devraient le condamner. D’où vient votre rage ? » a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...